Logements sociaux collectifs

30, Cours de Bercy, 03000 Moulins
6

Présentation

La réalisation considérée s’inscrit dans un quartier mixte de la ville de Moulins, le long du Cours de Bercy, où différents types de masses bâties (tissu pavillonnaire, équipements publics et sociaux, bâtiments d’habitation de grandes hauteurs, commerces de surface, etc…) se côtoient sans trop de difficulté en regard d’une zone relativement aérée, du fait de la grande largeur de la principale chaussée traversante et de la proximité de l’Allier.
L’ensemble fonctionnant véritablement comme une zone de transition entre les dites berges de l’Allier et le centre ville à caractère historique et ceci en butée de l’ancien axe principal de relation entre le Nord du département de l’Allier et les villes de Bourges et Nevers via Paris (route nationale 7, à ce jour, contournant la ville de Moulins).
Le Cours de Bercy, largement planté d’arbres de hautes tiges organise les alignements de façades, au gré de ses contres allées de circulation par alternance de masses bâties et de vides, bien souvent résiduels.
La parcelle en question s’inscrit, en fin « d’alignement », à proximité d’un important rond point routier de translation et à côté d’un angle parcellaire occupé par une station de lavage de véhicules.
Le programme prévoyait la réalisation d’un habitat collectif social de 16 logements et ceci suivant une démarche environnementale visant à créer un bâtiment basse consommation.
En fonction d’un volume global tiré « au cordot », de par le respect de toutes les règles, tant en matière d’urbanisme que d’accessibilité, la construction réalisée occupe, à l’alignement, la largeur de la parcelle et ceci afin d’offrir, sur le Cours de Bercy, une façade compacte que l’on pourrait qualifier, par ailleurs, de totale.
Pour autant, au travers d’une découpe suggestive sur deux niveaux (R.d.C. & R + 1), à l’échelle de l’ensemble, la liaison avec l’arrière de la parcelle est clairement établie et ceci suivant la mise en œuvre d’un haut volume d’éclairement qui organise tous les accès, qu’ils soient piétons ou de type routier.
Un angle de « retour » qui permet, de par sa taille et son impact, de créer un véritable cheminement à « ciel ouvert » entre le devant et le derrière.
Le dit cheminement, traité comme un véritable puits de lumière, organise et transfert, par un système de coursives, les accès aux différents logements.
De fait, une continuité spatiale s’établit, par un traitement en vide, entre le Cours de Bercy et le cœur de l’ilot, à l’image des rues qui unissent les places et quartiers de nos villes.
De plus, et par ailleurs, en accroche sur le dit creux fédérateur, les volumes bâtis se déclinent les uns par rapport aux autres, sans trop de difficulté, en regard des marges et reculs imposés par le règlement d’urbanisme.
La cage d’escalier devenant un espace architectural à part entière où la lumière naturelle peut jouer d’effets d’ombres.
En cela et en accompagnement, les percements des façades ne sont que de deux types afin :
•    d’unifier l’ensemble,
•    d’établir une écriture claire des fonctions,
•    de permettre un « jeu » cohérent et tramé des implantations des percements.
Sur le Cours de Bercy, la façade « principale », en accompagnement de la frondaison des arbres de hautes tiges, présentent des percements en décalage comme autant de mouvements spécifiques d’une même trame de base.
Un effet de perforation d’ombres décalées renforcé  par l’adjonction de petits balcons à la fois suggestifs et intemporels.
Une modénature, elle aussi, d’ombre et de lumière anoblie par la mise en œuvre de garde-corps en ferronnerie décorative à motifs arborescents.
L’ensemble, de fait, tout en mouvement, se mêlant à la forte incidence, tant lumineuse que spatiale des arbres de hautes tiges du Cours de Bercy.
En retour, sur la façade Est, à l’opposé du traitement d’angle en porche à l’Ouest, le mur mitoyen, en fonction des désafleurements des limites de propriété, est découpé suivant un « patron » de présentation de façade urbaine et ceci afin de créer une image de front bâti vis-à-vis de l’important rond point en amont.
Une véritable façade est édifiée à l’image d’un spectre constructif coloré et intégré de calage d’un espace surfacique occupé par une station de lavages d’automobiles.
Cette dernière ne proposant aucun traitement de l’angle formé par le Cours de Bercy et l’avenue du Général de Gaulle.
D’un point de vue environnemental, suivant des objectifs de développement durable et afin de produire un bâtiment basse consommation :
•    L’enveloppe constructive est renforcée, sans pont thermique et de type monomur.
•    Les toitures terrasses sont végétalisées (confort thermique été comme hiver et rétention des eaux pluviales).
•    Les menuiseries aluminium et PVC bénéficient de coefficients R renforcés.
•    La ventilation des logements est de type hygro-réglable.

Programme

Rénovation de 16 logements sociaux collectifs

Détails

Concepteur(s) : Les indiens blancs - architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Moulins habitat
Année de réalisation : 2010
Types de réalisation : Habitat collectif
Surface(s)
1 468 m²
Coûts
1 518 026.08 € HT
Crédit photos : Les indiens blancs

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Batiment basse consommation, Logement locatif

Date de mise à jour : 14 septembre 2022
L'Observatoire CAUE
02/03/2024
21:49