Le projet répond à des enjeux qui dépassent le simple changement d’affectation d’un bâtiment. La volonté de redynamiser le centre-bourg s’opère à plusieurs niveaux : en transformant la volumétrie de l’édifice existant pour lui donner un statut d’équipement, et en élargissant l’intervention à l’échelle urbaine pour mettre en relation la mairie avec le grand paysage et des usages quotidiens comme l’escalier ou l’arrêt de bus. Le bâtiment est pensé dans sa relation à l’espace public et au grand paysage. La continuité des cheminements, depuis l’espace public jusqu’à l’intérieur du bâtiment confère au parvis une dimension collective. En exploitant le dénivelé du terrain et en élargissant l’espace public, un arrêt de bus se dessine au croisement des deux rues qui devient un lieu appropriable à l’échelle d’un petit groupe d’habitants. L’un des enjeux du projet consiste aussi à donner une expression institutionnelle à un bâtiment ordinaire dont la typologie et les façades s’apparentent au tissu d’habitation. Notre démarche consiste à engager simultanément les relevés structurels du bâti existant et des intentions spatiales. L’analyse du bâti devient un moyen de penser la transformation de l’édifice en prenant en compte la relation au paysage. Notre démarche doit aussi dépasser la valeur historique et sentimentale du bâtiment ancien au projet d’une demande actuelle. Nous plaçons consciemment notre intervention dans le processus d’évolution du bâtiment, qui est en réalité composé de corps de fermes d’époques différentes. En prenant en considération le diagnostic sanitaire qui révèle des pathologies structurelles de certains murs, l’acte de démolir devient un outil de projet. La suppression de l’aile en retour permet ainsi de dégager la façade sud pour obtenir une salle intérieure généreuse et ouverte sur le paysage, et permet de mettre en relation la mairie avec le café, l’église et le prieuré. Si le travail de simplification des volumes donne une expression unitaire à l’équipement public, nous exploitons à l’intérieur la capacité des charpentes existantes à offrir des espaces généreux et modulables. En effet, à l’origine, le programme distinguait la salle des mariages de la salle du conseil. Avec un budget de 400 000 € HT, nous proposons un jeu de plafonds qui permet à la fois de hiérarchiser les pièces et de les associer. Les puits de lumières qui s’installent dans chaque intervalle de charpente recomposent l’espace intérieur. La mise en place d’un rideau thermique permet de diviser l’espace majeur pour que le conseil municipal se réunisse dans une pièce appropriée, plus petite. Le rideau ouvert, l’enchaînement de deux volumes permet à la salle communale de projeter de deux travées largement ouvertes sur le parvis public et sur le grand paysage à l’horizon. (Texte : Huitorel & Morais Architectes)

Le mot du jury du Prix Aperçus Sarthe 2021

« Mareil-en-Champagne joue la carte de l’audace. L’audace de déplacer, redonner une centralité à la mairie située jusqu’alors dans un espace exiguë, excentré. L’audace de transformer un ancien corps de ferme en une architecture contemporaine en faisant quasi abstraction de l’existant. L’audace de vouloir redynamiser le centre-bourg en imaginant une mutation future de cet édifice. L’audace d’offrir des volumes intérieurs généreux, lumineux pouvant accueillir divers usages, ouverts sur un parvis libérant la vue sur le prieuré, l’église, le café. Le jury salue le travail complexe, enrichissant, développé par le maître d’œuvre et maître d’ouvrage pour mener à bien ce projet qui concrétise l’ambition de passer ce message fort : vouloir remettre la démocratie au centre du bourg. »

Programme

Transformation d’une habitation-grange en équipement public

Maître(s) d'ouvrage(s)
Types de réalisation
Année de réalisation
2019
Surface(s)
182,50 m² S(surface de plancher)
Coûts
420 000€ (HT)
Crédit photos
© Raphaël Perdrisot, photographe
Distinction(s)
Prix Aperçus Sarthe 2021 - Prix du public et Prix Patrimoine Mention Centralité
Réalisation mise à jour
décembre 2022