Maison d’accueil pour personnes âgées dépendantes à Tremblay-en France - TREMBLAY-EN-FRANCE

Place Albert Thomas, 93290 TREMBLAY-EN-FRANCE

OBS-15
PDR-32 : Contrairement à ce type de programme, habituellement relégué en périphérie des villes, la maison pour personnes âgées dépendantes de Tremblay-en-France est implantée au coeur d’un quartier pavillonnaire dense, le Vert-Galant, qui accueille également d’autres équipements tels que collège et commerces.

HISTORIQUE DU PROJET : Dès 1995, la municipalité de Tremblay-en-France décidait de compléter son dispositif d’actions en facteur des personnes âgées par la création de la Mapad. Elle engage une étude de faisabilité et un montage financier auprès de la SAGE, puis lance un concours d’architecture et une consultation d’organismes gestionnaires et apporte le terrain. Soulignons aussi l’engagement de la ville en réalisant une structure pour de personnes aux revenus modestes. Programmation, montage et conduite de l’opération, gestion de l’opération. La municipalité était à la fois à l’initiative et porteuse du projet, puisque la SEM SAGE était une SEM de la ville. Un important travail a été entrepris en phase programme, insistant sur la convivialité des espaces, sur la chaleur des matériaux et son aménagement. Soulignons ensuite le recadrage qui a été fait à l’issue du concours entre le gestionnaire, la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’oeuvre. Le projet a aussi connu un ralentissement pour des questions de financement. Il a cependant été constamment soutenu et porté et jusqu’à son achèvement.

INSERTION URBAINE : Il y a avant tout la volonté de placer ce type de programme, souvent voué par « nature » aux périphéries des villes, dans un petit centre secondaire et de le raccorder à la vie et à la ville. Le programme joue avec cette parcelle triangulaire et le plan masse dans sa fragmentation en trois entités est une résultante du contexte. Bien qu’elle ne soit pas très grande, la parcelle marque le site et tient le carrefour. Elle permet des vues directes sur les rues, recrée un front urbain et s’intègre aux parcelles voisines par son échelle et ses jardins.

DIMENSION ESTHETIQUE : Le projet – fait d’éléments simples se combinant les uns aux autres – est fondé sur l’économie de moyens. Il y a une sobriété qui veut éviter tout geste emphatique hors d’échelle. La rationalisation de la structure et la préfabrication rendent possibles des jeux de matières pour ses différentes entités. Le projet véhicule plus l’image d’un hôtel que celui d’une résidence traditionnelle pour personnes âgées.

FONCTIONNALITE, VALEUR D’USAGE, HABITABILITE : La maîtrise d’oeuvre a joué sur la mixité et la rencontre avec la plus grande fluidité possible des circulations et des cheminements. En créant des rapports entre la volumétrie extérieure, les jardins et le quartier et en fractionnant le programme, elle améliore la lisibilité des fonctions.

INNOVATION : L’innovation tient en plusieurs points forts : tout d’abord, la volonté d’insérer en centre ville, dans un quartier pavillonnaire, ce type de programme à destination de personnes à revenus modestes. Puis la volonté d’offrir aux résidents une ouverture sur la ville et une qualité de vie notamment marquée par la présence de jardins. Le souci d’allier une architecture contemporaine de qualité à un travail sur la fluidité des déplacements et des flux et à une volonté de convivialité et de clarté programmatique qui offre une qualité de fonctionnement au gestionnaire. Enfin « l’apparence », qui ne laisse en rien deviner qu’il s’agit d’une maison d’accueil pour personnes âgées dépendantes. Le recours à une trame constructive simple et à la préfabrication d’éléments de façades a permis aussi de faire des économies de temps et de coûts au moment du chantier. Rappelons que cette opération été mise en place en 1995 et que par ces points, elle véhicule une image très contemporaine en jouant sur l’antinomie entre l’identité forte d’un équipement public et la nécessité de rester à l’échelle d’un quartier pavillonnaire.

Programme

Réalisation d’une maison d’accueil pour personnes agées dépendantes (MAPAD) de 73 lits, cuisine collective et salle de restauration, logement de fonction et locaux administratifs

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

3700 m2 (SHON)

Coûts

4,04 millions d'euros (HT)

Documents

Crédit photos

ABBADIE Hervé

Date de mise à jour

12/07/2019