Maison de l’environnement à Tremblay-en-France - TREMBLAY-EN-FRANCE

Aéroport de Paris, 93073 TREMBLAY-EN-FRANCE

En créant une Maison de l’Environnement, ADP (Aéroports de Paris) a pris l’initiative de répondre aux interrogations et craintes du public, liées aux nuisances occasionnées par le trafic aérien. L’objectif d’ADP a été d’instaurer une communication interactive avec les riverains et tous ceux qui s’intéressent à l’environnement des aéroports. Pour se faire, il a conçu un espace spécifique et permanent pour communiquer sur son activité et sa politique de traitement des nuisances. ADP crée ainsi une première mondiale. Ce projet comprend en rez de chaussée un espace d’exposition de 600 m2, une salle de projection de plus de 80 places, une zone de documentation / bibliothèque et un point d’information. En mezzanine, se trouvent les bureaux du personnel chargé des questions touchant l’environnement. Cette Maison de l’Environnement se veut un espace à la fois convivial et didactique : écrans vidéos, maquette animée, modules, multimedia, bornes interactives et pour fleuron Sonate, un système informatique réalisé avec les élus et les associations. L’expérience a fait florès puisque depuis septembre 1995, une autre Maison de l’Environnement a été créée à Orly La Maison de l’Environnement est destinée à accueillir le public sur la plate forme de Roissy Charles de Gaulle, pour lui fournir toutes les informations concernant l’activité de l’aéroport, ses nuisances, les dispositions prises pour les réduire, et aussi ses impacts positifs comme générateur d’activité économique. Cette maison est visitée tant par des groupes que par des individus, des riverains comme des officiels. Elle doit être facilement repérable et accessible, accueillante. Elle est orientée vers la communication et le dialogue avec les visiteurs ; elle est aussi le lieu de travail des agents ADP chargés des relations avec l’environnement. Elle contient les terminaux de l’outil informatique «SONATE», destinés à visualiser en temps réel les trajectoires des avions au décollage et à l’atterrissage, et de nombreux autres équipements scénographiques. L’espace d’accueil structuré sous forme d’îlots, propose au public une libre promenade autour de trois grands thèmes : Le territoire et l’histoire : dans ce chapitre sont rappelés les moments clés pour ADP et la Région Ile de France : les constructions des aéroports et terminaux, le développement du trafic aérien, la constitution d’un pôle économique de taille européenne, le développement régional équilibré. L’aéroport : ce thème est illustré par l’activité aéroportuaire, avec la circulation aérienne d’une part et la chaîne escale d’autre part. La politique d’environnement : cette partie met en évidence la politique de prévention suivie par ADP en matière d’environnement, depuis des décennies. Sont abordées les conséquences de l’activité aéroportuaire sur l’eau, l’air, la faune et la flore et l’environnement sonore. La Maison de l’Environnement est un bâtiment visible et accueillant, dans un environnement extérieur remodelé, sur un vaste territoire, en collaboration avec le paysagiste Alain Provost. Ce bâtiment, isolé de toute autre construction, se situe en contrebas de la bretelle autoroutière d’accès aux aérogares. La Maison se révèle progressivement au regard des automobilistes, calée à l’extrémité d’un ample mouvement de terrain qui émerge d’un bois. Les abords immédiats de la Maison sont constitués d’un jardin creux demi circulaire, que le piéton franchit par une passerelle pour parvenir à l’accueil. Volumes et lumière Le programme a été réparti en trois types d’espaces, aux contraintes «lumière» différentes : Un vaste espace public d’exposition, qui doit être éclairé naturellement avec des vues sur l’extérieur mais dont l’essentiel de l’activité est introvertie et dont les principaux éléments de scénographie excluent tout ensoleillement direct, Des locaux fonctionnant sans éclairage naturel : salle de projection, locaux techniques, réserves,… – Des bureaux et salons demandant une vue extérieure. Le principe architectural du projet consiste à identifier, indépendamment, chacun des trois sous espaces ainsi définis. Les locaux obscurs sont abrités sous un mouvement de terre à l’Ouest, dernière «vague» du vaste aménagement paysager qui remodèle le site pour mettre en valeur la Maison. Les bureaux et salons sont regroupés sur deux niveaux dans un «roc», bâtiment d’apparence minérale posé sur le jardin en creux, à l’Est. Entre les deux, la vague et le roc, un forum carré de 24 x 24 m, délimité par des façades de verre au Nord et au Sud, est couvert par un toit métallique très mince, légèrement incurvé en arc, avec de larges débords sur les quatre côtés, pour protéger du soleil. Les ambiances intérieures sont contrastées : le bois et les teintes chaudes sont dominants sous la vague, dans le roc et sur le plateau d’accueil ; tandis que des textures plus «techniques», métalliques, caractérisent le forum et sa scénographie. Textes de : -Michel Lorriaux Chef du département environnement à Roissy Aéroport de Paris -Pierre Michel DELPEUCH Architecte en Chef Aéroports de Paris. Architecte : Pierre Michel Delpeuch assisté de Graciela Torré, Nicolas Descamps et Jean Pierre Buniazet (Direction de l’Architecture et de l’ingénierie, ADP) Paysagiste : Alain Provost Scénographe : Asymétrie : Bernard Fric

Programme

Bâtiment d’accueil

Concepteur(s)

Année de réalisation

Surface(s)

1200 m2 (SHON)

Coûts

1,5 millions d'€ (HT)

Documents

Crédit photos

CAUE 93

Date de mise à jour

27/04/2012