Mémorial des reporters de guerre - Bayeux

Rue de Verdun / Boulevard Fabien Ware, 14400 Bayeux

Lauréat au Palmarès de l’architecture et de l’aménagement du Calvados 2010 – Catégorie : Aménagement

L’histoire de la ville de Bayeux est indissociable de celle du débarquement en Normandie connu dans le monde entier. La ville de Bayeux et l’association Reporters sans Frontières a pris l’initiative de réaliser un jardin-mémoire des journalistes de guerre, morts dans l’exercice de leur métier depuis 1945. Ainsi est né le jardin, unique en Europe. Installé dans l’espace boisé près du cimetière du Commonwealth, le jardin trouve naturellement sa place. Le chemin de promenade en herbe régulièrement tondue est jalonné de pierres blanches gravées aux noms des victimes. Le choix d’une végétation à floraison blanche, la sobriété des lignes courbes et des clairières en sous-bois dégagent une atmosphère de paix et de lumière.

Les objectifs initiaux de ce projet étaient :

– la création d’un projet unique en Europe : réaliser un jardin où la méoire des reporters de guerre à Bayeux (première ville libérée de France),

– la réalisation d’un espace de qualité,

– un enjeu culturel fort,

– un enjeu économique par le tourisme lié au pôle mémoire déjà existant à Bayeux,

– la recherche de la qualité esthétique eu égard au secteur sauvegardé de Bayeux,

– la création d’un espace de communication en lien avec la semaine des correpondants de guerre (première semaine d’octobre, chaque année).

La méthode de travail de conception entre Reporters sans frontières et la ville a reposé sur la concertation et la communication au public. Les pouvoirs publics ont beaucoup aidé au financement pour atteindre un objectif de qualité avant tout.

Les habitants du quartier et les touristes bénéficient de cette réalisation, mais les personnes qu’elle touche particulièrement sont les journalistes et les familles des 2000 reporters de guerre disparus depuis 1944 au cours des conflits.

La prise en compte de la gestion durable s’est traduite par:

– la mise en oeuvre d’une gestion différenciée des espaces (tonte de pelouse et fauchage en sous-bois),

– la préservation d’un sous-bois pour la biodiversité,

– l’utilisation de matériaux durables (pierre blanche),

– la gestion de l’eau par l’infi ltration : pas d’arrosage automatique,

– la gestion des flux piétonniers à terme,

– le stationnement des véhicules à l’extérieur du pôle (un peu éloigné du site),

– et l’accessibilité des personnes à mobilité réduite.

(commentaire Samuel Craquelin, architecte-paysagiste)

 

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

1,85 ha

Coûts

780 000 euros

Crédit photos

Craquelin Samuel, architecte-paysagiste

Date de mise à jour

23/09/2014