Novotel - Montchanin

Route du Pont Jeanne-Rose, 71210 Montchanin

Architecture du XXe en Saône-et-Loire

En 1974, la revue Architecture Française publie le projet d’implantation de quatre ensembles hôteliers en Bourgogne pour la société Bomotel, dont un à Montceau-les-Mines et l’autre à Blanzy. Aucun de ces motels dessinés par Pascal Haüsermann ne verra le jour (voir p. ). Plusieurs réalisations témoignent cependant à cette époque d’une vague de constructions sans précédent le long d’axes routiers ou à côté d’agglomérations importantes dans la région. L’édification de l’hôtel entre Montceau-les-Mines et Le Creusot – villes qui étaient alors plus peuplées – a également été motivée par la proximité immédiate de la route reliant Chalon-sur-Saône à Moulins, ainsi que par la perspective de l’implantation de la gare TGV , aujourd’hui toute proche.
Le choix stratégique d’un terrain situé à proximité de zones de passage et d’activités devait s’accompagner d’une architecture moderne et fonctionnelle, reflétant l’image de marque d’une chaîne dont le premier hôtel avait été construit à Lille en 1967. Avant Montchanin, les architectes lyonnais Favier et Genin avaient également réalisé les Novotel Lyon-Bron et Dijon-Sud. Les trois établissements présentent donc un faisceau de ressemblances. L’emploi d’éléments préfabriqués est encore plus marqué à Montchanin, où le bâtiment des chambres comporte davantage de niveaux. Comme à Dijon, les espaces d’accueil et de restauration possèdent une structure en lamellé collé ménageant de vastes ouvertures, à l’acrotère dentelé. La dissociation des fonctions est rendue plus évidente par un auvent métallique à l’articulation des bâtiments. La façade côté route met donc en valeur le parti constructif : le caractère répétitif des allèges et des voiles de béton confère un rythme et un aspect sculptural à l’édifice, notamment de nuit lorsque celui-ci est éclairé. La durabilité des matériaux traduit une conception soignée, après un chantier relativement court (10 mois).

Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1893-2007 – Éditions Picard-2008

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

Non communiqué

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

CAUE 71

Date de mise à jour

04/11/2016