Owen se compose de 51 logements en accession abordable : 36 logements collectifs et 15 maisons individuelles. Le projet prend place dans le site singulier d’une ancienne caserne militaire ancrée dans un tissu faubourien nantais. Il en propose une réinterprétation contemporaine et contextuelle : matérialités, tramage des fenêtres, volumétries en redents, seuils et frontages.

Le projet se saisit des prescriptions de l’urbaniste et du paysagiste. Il construit un lien entre les traces de la trame orthogonale des anciens casernements et la frontalité poreuse des rues constituées aux alentours. Il décline la question du mur comme architecture, devenant tour à tour seuils, échancrures, porches, habitats, abris de jardins partagés, locaux vélos et pièces annexes.

L’architecture proposée articule des volumétries qui se veulent constitutives d’une silhouette urbaine crénelée. Les maisons individuelles et les logements collectifs se font face, ouvrent une nouvelle rue et dialoguent entre eux. Les espaces extérieurs privatifs (cours d’entrée et jardins) jouent le rôle d’un frontage actif, où les conditions de fabrication d’un hameau sont rassemblées. Ils répondent ainsi à des attentes résidentielles actuelles, qui croisent urbanité et qualité de voisinage.

Les notions de collectif et d’individuel s’entremêlent. Dans les logements individuels, les architectes ambitionnent d’introduire des espaces intermédiaires où le vivre-ensemble est possible. De la même façon, au sein du collectif, ils intimident les prolongements extérieurs. Ainsi, ils assument une forme d’individualité d’une part, et intègrent des espaces partagés, d’autre part.

En écho au contexte de cette ancienne caserne, les architectes travaillent la minéralité du projet. Ils articulent des principes constructifs simples qui mettent en œuvre les matériaux de manière qualitative. Un travail en pied de socles en briques de béton de teinte brune souligne les corps de bâtis principaux, en maçonnerie traditionnelle. Il se prolonge en murets et ponctuellement en volumes bâtis. Les éléments de serrurerie sont de la même teinte que les menuiseries extérieures en aluminium coloré. Les toitures sont en zinc. Enfin, le végétal, considéré comme un matériau du projet d’architecture, fait l’objet d’une composition paysagère attentive.
(Texte : Tact Architectes, complété par le CAUE de Loire-Atlantique)

Approche environnementale :
  • RT 2012
Programme

36 logements collectifs et 15 maisons individuelles

Année de réalisation
2021
Surface(s)
3 760 m² SDP
Coûts
6 176 000 € HT
Crédit photos
Cyrille LALLEMENT
Réalisation mise à jour
août 2023
debug, no arrray