Parc écologique de l’Île de la Loge - Le Port-Marly

78502 Le Port-Marly

L’imaginaire de l’île

Depuis 1830, la ville de Port Marly souhaitait être reliée à l’île de la Loge. L’île a été le motif d’une riche iconographie et a souvent été représentée par les peintres impressionnistes, tel que Sisley. Le projet d’aménagement de ce nouveau parc s’appuie sur la peinture des paysages des berges afin de mettre en scène différentes séquences de paysage, qui correspondent chacune à un biotope spécifique. 

 

Le contexte

La volonté de la municipalité était d’offrir aux habitants un espace vert à proximité du centre-ville par la réalisation d’un parc récréatif et écologique de 10 hectares sur la pointe nord de l’île de la Loge. Afin de rendre le parc accessible, l’Île est enfin reliée au centre-ville par une grande passerelle piétonne au-dessus de la Seine. 

 

Un parc autorégulé

Le projet a été guidé par la volonté d’une gestion écologique des espaces, de préservation du patrimoine arboré existant et du maintien de la biodiversité des zones humides. Les friches qui se trouvaient auparavant sur l’île ont été transformées en milieu naturel afin de conserver l’identité et le caractère sauvage, mais aussi afin de favoriser des écosystèmes qui s’autorégulent et qui nécessitent moins d’entretien. 

 

Les différents usages

Les espaces végétalisés prennent différentes formes selon les usages qu’ils permettent : des sous-bois ludiques avec des aires de jeux, des parties de forêts inaccessibles servant de réserve de biodiversité et une grande clairière au centre qui permet de s’arrêter et de pique-niquer. 

Ces espaces sont reliés entre eux par des sentiers aménagés et accompagnés de commentaires ludiques et didactiques. Enfin, une plateforme d’observation est installée au-dessus d’une nouvelle frayère à poisson au bord de la Seine.

 

La zone inondable

De par son caractère insulaire, le parc se situe en zone inondable. Il a donc fallu que tous les aménagements soient pensés afin de supporter les crues régulières de la Seine. La prise en compte des aléas naturels montre la compréhension de cet habitat changeant auquel il faut s’adapter, mais aussi la volonté d’intégrer pleinement le parc à son environnement. Le parc est aujourd’hui classé « espace naturel sensible ».

 

L’accompagnement et les financements 

En amont du projet, le CAUE s’est efforcé de préciser les objectifs de la commune en matière d’aménagement d’un espace à vocation naturelle et d’accueil du public. Outre les discussions, il a notamment emmené le maire et ses adjoints visiter un parc et des espaces en Seine-et-Marne se rapprochant du contexte insulaire et des souhaits de la commune ; ils ont pu y rencontrer les gestionnaires et être confrontés aux problématiques réelles de gestion de ce type d’espace, pour mieux accorder les objectifs au lieu.

 L’ensemble de ce projet a pu être réalisé grâce aux financements du Conseil départemental des Yvelines, de la Région Ile-de-France et de l’Agence des espaces verts de la Région Île-de-France.

 

Une récompense

En mai 2021, le parc a été primé aux Victoires du Paysage  dans la catégorie « Espaces à dominante naturelle ».

 

Concepteur(s) : Agence Babylone, Vincent Léger (paysagiste, mandataire), NR Conseil (BET, cotraitant), Julie Gambin L’Essence du jardin (paysagiste, co-traitant), BIOTOPES (écologues, sous-traitant)

Programme

Parc écologique

Concepteur(s)

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Surface(s)

10 ha

Coûts

1 900 000 € HT

Crédit photos

CAUE78, ERL

Date de mise à jour

04/06/2021