Pépinière d’entreprises - Gonfreville l'Orcher

rue Elsa Triolet, 76700 Gonfreville l'Orcher

Implanté à l’angle d’un quartier pavillonnaire, ce pôle tertiaire, d’écriture architecturale simple et lisible, témoigne de la volonté de mixité du nouvel urbanisme du centre ville. Sa forme ramassée et son toit généreusement végétalisé permettent une intégration discrète dans le site. C’est par l’utilisation du matériau CEMATERRE© que le bâtiment se distingue. La terre qui est employée est la terre locale issue des fondations et c’est elle également qui donne sa couleur au bâtiment. Les matériaux employés soulignent la volonté affirmée d’en faire un bâtiment exemplaire de Haute Qualité Environnementale et BBC.

Extrait du Moniteur du BTP du 20/04/2012 :

« Une pépinière d’entreprises construite en Cematerre par la SAS éponyme a été inaugurée dernièrement à Gonfreville-L’Orcher, près du Havre. Imaginé par un chef d’entreprise haut-normand, Alain Lefèbvre, patron de l’entreprise de génie civil Lefèbvre Industrie SAS (6 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2011) et de sa filiale créée en mai 2010, ce nouveau matériau a nécessité trois années de mise au point avec le Laboratoire ondes et milieux complexes (LOMC) du CNRS et l’université du Havre. Il est composé de terre de déblaiement extraite sur place, traitée, stabilisée, malaxée puis compactée après addition de ciment, chaux et liant végétal, du lin le plus souvent. Le bâtiment de 600 m 2 en R 1, HQE et BBC, avait été conçu au départ en verre et acier par les architectes. Sur requête du député-maire, les concepteurs ont accepté de revoir leurs plans pour cette première mondiale.

Trois fois plus isolant

Fort d’un ATEx obtenu auprès du CSTB en mai 2011, Cematerre a déjà séduit d’autres maîtres d’ouvrage.(…)
Leader mondial de la sécurité des structures par fibre optique, la société Osmos a été missionnée pour installer une cinquantaine de capteurs qui transmettront en temps réel, et pendant dix ans, au LOMC les données permettant de juger des caractéristiques du matériau. « Nous savons que nous sommes moins résistants mécaniquement que le béton, mais le matériau est trois fois plus isolant aux plans thermique et phonique. Et nous fondons de gros espoirs en termes de lutte contre la condensation », confie Alain Lefèbvre. »

Concepteur(s)

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

580 m²

Coûts

1 165 000 € HT

Crédit photos

Vincent Rey

Date de mise à jour

10/12/2019