Place et traversée de village - Romeyer (26)

Quartier Village, 26150 Romeyer (26)

Commune du Diois située au pied du Vercors et de la montagne du Glandasse, Romeyer ne compte pas de chef-lieu mais six hameaux proches bien qu’isolés les uns des autres. Au XIXe siècle, une mairie-école et un temple sont édifiés à mi-chemin entre le hameau des Fugiers et celui des Vignons où se situe déjà l’église. Les aménagements livrés en 2018 dans ce quartier renforcent d’une belle manière son identité de ‘‘centre-bourg’’. En toute simplicité, la singularité des lieux est confortée et le patrimoine, valorisé.

En affirmant les limites de l’espace public situé face à la mairie, le projet lui confère un statut de place de village. Une surface en stabilisé renforcé accueille la même capacité de stationnement qu’auparavant, tout en limitant son emprise. Elle permet surtout une plus grande polyvalence des usages au quotidien (pétanque, jeux de ballon…) et dans les moments plus festifs (vogue, vide-grenier…). La place est délimitée au sud par la façade du temple : les concerts et autres spectacles bénéficient ainsi d’un grand fond de scène. A l’ouest, des arbres plantés le long d’un muret en pierre, à l’avant d’un talus planté, mettent à distance les maisons riveraines. A l’est, côté mairie, des terrasses maçonnées en pierre calcaire des Baronnies et revêtues de stabilisé, accueillent des bancs et banquettes végétales. Elles gèrent les différences de niveau tout en isolant et sécurisant l’espace public vis-à-vis de la route départementale qui relie les hameaux. Ainsi, les enfants peuvent y jouer sereinement. Ces terrasses sont aujourd’hui un lieu de rencontre pour les habitants et de repos pour les nombreux randonneurs. Elles pourront à l’avenir servir au Bistrot de pays que la municipalité souhaite créer à côté de la mairie. Au nord de la place, une poursuite de l’aménagement est envisagée, suspendue à la concrétisation d’un achat foncier. Une aire de jeux est projetée au milieu des arbres fruitiers déjà en place, avec des jeux originaux inspirés de la forêt. Le cabanon en pierre au fond du verger sera réinventé en cabane de jeux pour les enfants. De larges dalles en pierre calcaire assureront la transition entre la place et le verger.

La circulation est apaisée sur la route départementale et les liaisons piétonnes favorisées grâce à des revêtements de voirie différents (enrobé grenaillé, résine teintée), la présence de trottoirs (béton désactivé) et des rétrécissements de voirie au droit du monument aux morts et du cimetière. Un nouvel escalier a été adossé à un mur de soutènement pour recréer un accès piéton avec les maisons des Fugiers. Les abords des édifices publics ont fait l’objet d’une attention particulière. Un calepinage de dalles de grande dimension, en pierre calcaire des Baronnies, redessinent les parvis de la mairie, du temple et de l’église. Un espace extérieur, végétalisé et doté de bancs, bénéficie à la salle des fêtes. Ces aménagements, bien intégrés aux lieux, ont été l’occasion de rendre les équipements publics accessibles aux personnes à mobilité réduite. Ailleurs, en bordure de route ou en pied de façade, les plantations et leurs floraisons contribuent à la mise en valeur de l’espace public. Adaptés au climat du Diois, les végétaux sont rustiques et nécessitent un faible entretien. La serrurerie en acier rouillé ­– garde-corps, main courante, potelet anti-stationnement ou appui vélo – a été réalisée sur mesure par un artisan.

 

Texte  : CAUE de la Drôme, mars 2021.

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

3 530 m²

Coûts

Coût d’opération (travaux, honoraires et frais divers) : 461 392 € HT dont environ 423 000 € HT de travaux (ratio : 119 € HT/m²)

Crédit photos

Bastien Defives / transit ; CAUE 26

Date de mise à jour

25/03/2021