Restaurant universitaire - Cluny

Rue de la Porte de Paris, 71250 Cluny

L’enceinte de l’abbaye de Cluny dessine un paysage fini, installé dans le calme et l’histoire. Sa silhouette ne réclame en apparence aucune modification. Seule, la nécessité d’un nouvel usage autorise la greffe d’un élément étranger.
Le pôle de restauration s’inscrit dans la trace triangulaire d’une construction ruinée qui en définit pratiquement l’enveloppe volumétrique.
L’essentiel du projet réside dans l’exploitation d’un paysage tout proche construit par les remparts, par la fine tour de Buteveaux et par le cours discret du Médasson. La composition des plans est orientée pour cadrer visuellement les éléments forts et dominants du site.
Deux types d’espaces composent le pôle de restauration : les espaces techniques destinés aux livraisons, aux réserves et aux cuisines, et les espaces de réception (salles à manger, cafétérias et terrasses).
Au rez-de-chaussée, une longue salle à manger révèle de l’intérieur le rempart mis en valeur. Une large ouverture, au sud, en cadrant le cours interrompu du Médasson et la nouvelle école de danse toute proche, oriente les salles à manger vers la nouvelle rue.
À l’étage, la salle à manger est un volume étroit et vitré, décollé du rempart pour ménager une longue terrasse en bois, orientée vers la ville, à la lumière du sud-ouest. Cadré sur l’abbaye, ce volume répond à la tour Butevaux toute proche, en simulant une tour couchée. Depuis le jardin, cette disposition atténue l’impact visuel de l’étage qui sert d’appui à une lente toiture couvrant le reste du triangle.
Chaque façade participe à l’articulation de situations contextuelles différentes :
. La façade sud-ouest ouvre les salles à manger sur la ville.
Au sud-est, rue Porte de Paris, c’est une façade moins ouverte. Quelques ouvertures soulignées par des encadrements de pierre s’inspirent et jouent avec celles des pignons conservés et restaurés.
. Sur le jardin, côté ENSAM, un rideau de câbles tendus entre sol et auvent tamise en le végétalisant (plantes grimpantes) le niveau bas. Il laisse entrevoir salles à manger et accueil en dissimulant de façon aléatoire des fonctions plus confidentielles. Cette double façade, semi-transparente, crée, sous un large auvent, une galerie pour les attentes extérieures. Elle tempère la franchise du collage d’un bâtiment neuf confronté à l’autorité d’un monument.
. Côté jardin, salle de réception et salle de repos s’ouvrent sur le parc de l’ENSAM. Les salles à manger des étudiants (haute et basse) privilégient plutôt des vues échappant au contexte scolaire.
Le plan obéit à une organisation rationnelle et compacte qui recherche l’efficacité et le confort du personnel, tout en répondant aux règles de fonctionnement et d’hygiène attachées à un restaurant universitaire. La cuisine, située dans une configuration centrale et rectangulaire, trouve zénithalement une lumière naturelle. Les matériaux sont choisis en connivence avec le site. Ils répondent au besoin de distinguer clairement les parties neuves des parties patrimoniales, dans une relation contrastée et non agressive. Plus que des matériaux, ce sont des matières capables de donner à la construction un aspect inamovible, portant en elle son propre vieillissement. Ceci nous conduit à des textures primitives et légères (menuiseries en acier et peaux en acier prépatiné et en bois) pouvant se greffer, juste en l’effleurant, au tissu médiéval.
Ces plaques d’acier Corten recouvrent en les colorant les toitures, les parties pleines des façades et le volume de l’étage, ponctué de lamelles de bois qui, disposées à claire-voie, créent à l’intérieur des transparences filtrées qui reçoivent en écho la richesse du site. La conjugaison combinée de ces matériaux teinte le bâtiment à la façon d’une écorce de bois et réponde ainsi à la sensibilité du lieu autant qu’à sa qualité patrimoniale.

© Bernard DESMOULIN

Programme

Espaces de réception (salle à manger, cafétéria, terrasse)

Espaces techniques (livraisons, cuisine, stockage)

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

1038 m2

Coûts

2 900 000 € HT

Documents

Crédit photos

Luc Boegly

Date de mise à jour

24/12/2021