Salle des jeunes et centre médico-social - Decize

Boulevard du Docteur-Galvaing, 58300 Decize

Architecture du XXe de la Nièvre

Dressés en 1977 à quelques mois d’écart, les plans des deux équipements laissent penser que le centre médico-social est quelque peu antérieur à la salle des jeunes. Exécutés selon des projets signés par le même architecte, les deux bâtiments accolés n’affichent pas la division apparente des services de l’hôpital de Decize, dissociés par leurs formes et leurs couleurs. Daniel Chenut délivre un ensemble homogène qui tend à effacer l’existence d’un double programme.
Les deux équipements adoptent une tonalité générale similaire due à l’emploi de matériaux identiques (du béton brut en façade), et à des dispositions semblables (une structure apparente en béton et une couverture au profil en dents triangulaires ajourées). La différence naît principalement de la formes générale des plans et des percements. L’ancienne salle des jeunes est un parallélépipède ouvert de baies triangulaires. Elle se compose au rez-de-chaussée d’une salle des fêtes d’une capacité de 650 places et, à l’étage, d’une salle de banquet avec loge et régie. Percé de fenêtres rectangulaires, l’ancien centre médico-social offre un plan plus découpé, dicté par les diverses activités qui s’y déroulent. A son ouverture, il comptait au rez-de-chaussée: la permanence médico-sociale (avec bureaux, cabinet de médecin et salle d’examen), une halte-garderie (avec dortoirs, bureaux, vestiaires, salle de jeux et jardin d’enfants), et le foyer du 3e âge (avec cuisine, salle à manger et salle de séjour). A l’étage, se développaient un foyer des jeunes (avec salles polyvalentes et bureau de l’animateur), l’administration et une cuisine pédagogique. L’idée de créer un espace de lien social ouvert à toutes les générations est maintenue dans l’actuel centre socio-culturel. Y sont proposés des locaux pour la pratique d’activités sportives (gymnastique, danse…) et de loisirs (théâtre, cuisine…), un centre de loisirs pour enfants et des salles pour assurer les permanences de services sociaux (CAF notamment) et d’associations d’entraide. Plus sobre que celle de l’hôpital, l’architecture est aussi plus brutaliste et peut rappeler le monde industriel : béton brut en façade, structure apparente, toitures évoquant des sheds, cheminées, multiples cheminements extérieurs.

Actuellement salle des fêtes Théodore-Gérard et centre socio-culturel Les Platanes.

Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1893-2007 – Éditions Picard – 2008

Maître(s) d'ouvrage(s)

Année de réalisation

Surface(s)

Non communiqué

Coûts

Non communiqué

Crédit photos

CAUE 71

Date de mise à jour

03/11/2016