Salle multifonction - Saint-Jean-Bois

Rue des Etangs , 72430 Saint-Jean-Bois

En entrant dans Saint-Jean-du-Bois par la route, le visiteur peut noter la présence de petites constructions agricoles, parfois reconverties en débarras ou en garage, faites d’une simple structure en bois ou en brique et recouvertes de tôle métallique. La traversée du village donne ensuite à lire l’histoire accélérée et inversée du développement de la maison individuelle, depuis les nouveaux pavillons qui attendent encore leur crépi jusqu’aux demeures à étage édifiées au milieu du dernier siècle, posées sur leur garage, avant d’arriver au centre. Là sont rassemblés les quelques services municipaux : la mairie qui trône à un angle de rue, l’église dont le clocher s’annonce dans la perspective et l’école qui se signale d’abord par la clôture de sa cour. De l’autre côté de cette dernière, une salle multi-activités est venue remplacer l’ancienne salle des fêtes, vétuste et mal adaptée. On y accède par un parking bordé par l’un de ces murs en panneaux de béton préfabriqués qui connotent immédiatement les périphéries françaises. Le regard parcourt alors une prairie d’herbes basses qui s’étend jusqu’à un bois dense en fond de perspective, marquant la fin du village. Le nouvel édifice, sur le côté, ne se remarque qu’au terme de ce cheminement.

Légèrement décollée de l’école, la salle affiche d’emblée sa vocation publique sans toutefois communiquer de manière immédiate sa destination. Sa longue toiture de tôle métallique et sa trame implacable de murs de parpaings pourraient laisser penser à un hangar, tandis que certains raffinements comme les soulèvements de la toiture, les larges châssis vitrés et le dessin de la rive du toit trahissent l’attention dont elle a fait l’objet.

Le principe structurel et spatial comme l’expression générale du projet sont entièrement constitués par quelques éléments de construction courants, quoiqu’assemblés avec subtilité : un plancher parqueté de chêne pour accueillir les différents événements, des murs de parpaings laissés apparents, des poutres et des panneaux en bois qui supportent la grande toiture de tôle métallique. Le second oeuvre est réduit au minimum, que ce soit pour l’acoustique, traitée directement par la forme de la salle et par des parpaings qui piègent les sons en partie haute, ou pour la ventilation, dont les gaines sont cantonnées aux extrémités et n’envahissent pas le reste bâtiment.

L’espace qui résulte de cette mécanique, semblable à une halle, est investi selon les logiques du site et du climat. Les programmes servants sont disposés dans la bande nord-est qui met à distance l’activité de la salle par rapport aux premières maisons. Assez fermés par nécessité, ces programmes sont néanmoins percés de quelques baies qui provoquent des confrontations inattendues depuis la cuisine ou le lavabo des toilettes. La façade sud-ouest, libérée de toute sujétion, s’ouvre entièrement sur l’extérieur. Les châssis vitrés s’y succèdent entre les portions de murs projetées vers le dehors qui portent le débord du toit et font office de brise-soleil verticaux pour atténuer la chaleur des soirs d’été. Les activités qu’accueillent les deux salles modulables se déroulent ainsi face à la prairie qui apparaît comme le prolongement du bâtiment, avec le bois en fond de perspective. Le dispositif optique revêt ici une fonction urbanistique, voire écologique : l’espoir est que cette vue sur la nature que la nouvelle salle est venue fabriquer conduise à la reconnaissance et à la sauvegarde de cette lisière, mettant ainsi un terme à l’étalement du village.

Performance : RT 2012, réseau de chaleur par chaufferie bois
(Texte : Julien Boidot)


Coup d’oeil du CAUE
La salle des fêtes de Saint Jean-du-Bois constitue un programme audacieux pour cette commune rurale. Il se traduit par une architecture à la fois simple dans sa volumétrie et d’inspiration locale puisqu’il fait référence aux petites architectures que nous rencontrons au sein des paysages ruraux alentours. Ce bâtiment possède des lignes épurées, valorisées par des finitions traitées avec soins.
Ne s’agissant pas d’un bâtiment unique, il vient redonner du sens aux espaces publics qui le bordent en les restructurant. Il créé notamment du lien avec l’école en requalifiant son entrée.
Son organisation permet de profiter d’une grande salle et d’un espace de réception et de convivialité à l’entrée. Elle profite également d’une chaufferie bois installée pour l’occasion dans une remise de l’école. Le bâtiment est également tourné vers l’avenir puisque, par son positionnement, il devient la limite construite du bourg et anticipe sur cette ligne le positionnement possible des constructions futures.

 

Programme

Salle polyvalente, place et chaufferie bois

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

315 m² SDP

Coûts

695 000 euros (HT)

Crédit photos

© Clément GUILLAUME, photographe

Date de mise à jour

02/09/2021