Le contexte

La crèche Les Nénuphars se trouve dans le quartier Louvois construit entre 1969-1975 par les architectes-urbanistes Robert Auzelle, Alain Gillot et Ivan Jankovic. Ce quartier typique de l’urbanisme des années 1970, comptait près de 2000 logements, des équipements publics et des commerces entourés d’une vaste dalle permettant le stationnement en souterrain.

Depuis 2016, la ville a engagé un projet de rénovation urbaine de ce quartier inadapté et vieillissant. Le cœur du projet prévoit la déconstruction de 20 000 m² de béton (dalle regroupant une galerie commerciale et deux silos de stationnement sur 6 étages) afin de redonner aux habitants l’accès au sol. Un des piliers de l’ancien parking a été conservé, témoin discret de l’ancienne dalle.

 

La transformation du quartier Louvois

Le renouvellement du quartier prévoit la création de logements et commerces, d’un parking souterrain public, d’un centre médical, d’une crèche et d’une ludothèque. Toutes les surfaces de commerce supprimées lors de la destruction de la dalle sont rétablies dans les RDC des nouvelles opérations. Les aménagements sont réalisés par l’agence Urbicus : parc arboré, jardin d’eau avec un bassin de 600m3. Les voies et les circulations piétonnes ont été repensées et de nombreux arbres plantés. Un cèdre du Liban, emblème du quartier, a été déplacé et figure en bonne place dans le nouvel aménagement.

La suppression de la dalle a découvert le rez-de-chaussée des immeubles de logements collectifs. Afin de mieux les intégrer aux espaces publics environnants, les façades sur rues ont été réhabilitées selon plusieurs logiques : création de nouveaux logements, transformation en ludothèque, implantation de la crèche et ravalement. Enfin, au pied de certains immeubles, une mince bande de terre accompagnée d’un quadrillage en filins d’acier permet la plantation de plantes grimpantes.

 

Se raccorder au RDC découvert des logements

Conformément à une demande de la ville, la crèche est implantée en continuité d’un plot de logements. Pour apporter un maximum de lumière naturelle dans cette configuration mono-orientée, les architectes ont créé deux patios. Les logements sont ainsi mis à distance et la crèche bénéficie d’un accès vers l’extérieur. Les patios “font partie des mécanismes de conception à l’agence” comme le précise l’architecte Samuel Delmas.

 

Construire une crèche en ossature bois

Les architectes se sont tournés vers un mode constructif durable qui s’inscrit dans un projet global vertueux : désimperméabilisation et renaturation des espaces publics, gestion des eaux pluviales et raccordement au chauffage urbain géothermique. Les travaux liés à la dalle ont généré de nombreuses nuisances qui ont impacté les habitants. Afin de les préserver, les architectes ont choisi de construire la crèche en chantier sec, procédé plus rapide, plus propre et plus respectueux de l’environnement.

Le bâtiment est donc réalisé en MOB (mur ossature bois) et chaque élément du programme (bureaux, circulations sections, locaux annexes) possède sa propre ossature autonome. Le béton a été utilisé ponctuellement pour renforcer le socle donnant sur l’espace public et pour les murs en interface avec les logements qui n’ont pas la même réglementation incendie. Ils ont réalisé un DCE (Dossier de Consultation des Entreprises) très complet afin de bien spécifier le niveau de détail attendu pour l’ossature bois, le raccordement avec la façade rapportée et le soin des aménagements intérieurs. Les entreprises ont dû proposer un échantillon de façade pour vérifier le rendu final : ces échantillons en peuplier thermo-chauffé sont restés à l’extérieur plus d’un an sans se dégrader.

 

Du bois à l’extérieur et à l’intérieur

La technique du peuplier thermo-chauffé, utilisée en façade, permet de pré-teinter le bois, d’augmenter sa pérennité et de l’utiliser de manière structurelle. Des épines verticales reprennent le rythme intérieur de la structure (solives visibles au plafond). Elles présentent le double avantage de préserver l’intimité des occupants et de servir de protection solaire aux façades exposées. Des bavettes intermédiaires en zinc pré patiné doré protègent et ponctuent chaque niveau de la façade rapportée. La façade de la ludothèque (installée dans le RDC de la tour), est également recouverte d’épines pour prolonger la façade de la crèche. En raison de la réglementation incendie lié aux logements, ces épines ont dû être réalisées en douglas, leur donnant une teinte légèrement différente.

À une certaine rigueur extérieure, répondent des intérieurs lumineux et chaleureux avec des aménagements de qualité en okoumé (bois exotique) teinté. Les menuiseries intérieures ont été choisies en hêtre afin de s’accorder avec la teinte rosée des aménagements.

 

La distribution du programme

Un soin particulier est donné à l’interface entre l’espace public et l’entrée de la crèche. La pierre de comblanchien, que l’on retrouve à plusieurs endroits de la ZAC est utilisée pour le parvis de l’équipement qui se prolonge à l’intérieur. La porosité entre l’intérieur et l’extérieur est accentuée par l’ouverture d’un patio en second plan de l’entrée et un beau volume en double hauteur.
La crèche est divisée en 5 sections permettant de regrouper les enfants par âge. 4 sections sont installées en rez-de-chaussée ouvrant chacune sur un extérieur. Afin de compacifier le bâtiment, la section des grands a été installée à l’étage et bénéficie alors d’une terrasse. Le mobilier intérieur a été acheté séparément par la ville. Les architectes ont conseillé de choisir des meubles en hêtre dont la teinte s’harmonise avec celle des aménagements intérieurs.

 

Des sections pensées pour le bien-être des enfants et du personnel

Les architectes ont été attentifs au fonctionnement, à l’apport de lumière naturelle et à l’ambiance de chacune des sections. Leur volume principal (espace de jeu) possède un espace de change avec un mobilier à mi-hauteur et une salle de sieste attenante vitrée. Cette conception en sous espaces, permet à un(e) encadrant(e) de changer un enfant tout en gardant un œil sur les autres.
Afin de libérer la vue et de se passer d’éléments porteurs sur les 10 m de portée de la section, les architectes ont opté pour des solives en épicéa de 60 cm de hauteur écartées de 45 cm (entraxe). Un important travail de synthèse a permis que toutes les gaines et les luminaires tombent bien entre les solives et ne perturbent pas l’effet. La vêture extérieure est suspendue à la structure interne afin de libérer toute la partie basse de la façade. Un vitrage bord à bord sans aucun porteur offre ainsi aux enfants une vue dégagée sur l’extérieur.

 

La toiture végétalisée, 5ème façade de la crèche

Dès l’origine du projet, la ville a demandé aux architectes de réaliser des toitures terrasses végétalisées sans garde-corps techniques. L’objectif est de donner une vue agréable depuis les logements. La toiture de la crèche, véritable 5ème façade, vient se fondre dans les nouveaux aménagements paysagers alentours. Un mètre de terre allégée (terre mélangée à des pierres volcaniques de type pouzzolane) permet de réduire la charge pour la structure et de réaliser des plantations de petits arbustes. Les zones non végétalisées sont recouvertes de noyaux d’abricots recyclés, matériau inerte, naturel et plus léger que le gravier. Toutes les gaines techniques ont été intégrées dans le bâtiment afin de les occulter.

 

Le chantier de la dalle : source de réemploi

Les architectes ont repéré des dalles de schiste en excédent lors de la déconstruction de la dalle. Ils ont décidé de les réemployer en “pas japonais” dans l’aménagement des patios et de la toiture végétalisée. Ce réemploi permet de faire écho à d’autres aménagements du quartier et d’accentuer leur ancrage à l’échelle du quartier. Par ailleurs, du bois issu des chantiers alentours a été réemployé dans les aménagements extérieurs.

 

L’avis du CAUE

Le CAUE salue l’implication de la maîtrise d’ouvrage soucieuse, sur le long temps, de la qualité de cet équipement et de son intégration. Les élus se sont en effet positionnés sur la suppression des garde-corps. Ils ont accepté une rallonge budgétaire pour choisir des menuiseries en chêne au lieu du mélèze qui était en rupture d’approvisionnement (pandémie puis guerre en Ukraine). Il en résulte un équipement exemplaire tant dans sa conception que dans ses choix constructifs écologiques !

> La crèche a ainsi fait l’objet d’une visite du CAUE 78 dans le cadre de ses Éco-Rencontres.

> À deux pas : l’équipement pluridisciplinaire de Jean-Pierre Lott et les logements en bois de Leclercq Associés + DREAM.

Concepteur(s) : a+ samueldelmas

  • Chef de projet concours : Giuseppe Tasquier
  • Responsable projet : Guillaume Trubert
  • Equipe études : Marine Piboin, Giuseppe Tasquier
  • Suivi de chantier : Marine Piboin
  • BET : Batiserf (structure)
  • B52 (thermique et fluides)
  • VPEAS (économiste)
  • Meta (acoustique)
  • Etamine (HQE)

Autres acteurs :

  • Donato (gros œuvre)
  • Cruard (charpente, murs, ossature bois, menuiseries bois)
  • Donabat (bardage façade bois et étanchéité)
  • Demattec (menuiseries intérieures)
  • Allavoine Parcs et Jardins (VRD, aménagements extérieurs)

 

Programme

Crèche de 60 berceaux (5 sections), ludothèque 

Autre(s) acteur(s)
Année de réalisation
2023
Surface(s)
1075 m²
Coûts
3,6 M € HT
Crédit photos
Thibaut Voisin pour a+ samueldelmas architectes, sauf mention contraire.
Réalisation mise à jour
avril 2024
Array
(
    [lat] => 48.7810801
    [lng] => 2.1981239
    [zoom] => 12
    [markers] => Array
        (
            [0] => Array
                (
                    [label] => Rue Robert Auzelle, 78140 Vélizy-Villacoublay, France Île-de-France
                    [default_label] => Rue Robert Auzelle, 78140 Vélizy-Villacoublay, France Île-de-France
                    [lat] => 48.7810482
                    [lng] => 2.197736
                    [geocode] => Array
                        (
                        )

                    [uuid] => marker_6602d5a1ea99a
                )

        )

    [address] => Rue Robert Auzelle, 78140 Vélizy-Villacoublay, France Île-de-France
    [layers] => Array
        (
            [0] => OpenStreetMap.Mapnik
        )

    [version] => 1.5.6
)