Architecture de XXe en Saône-et-Loire

Actuellement pépinière d’entreprises.
Certains bâtiments nous confrontent aujourd’hui à des difficultés d’appréciation. Leur présentation dans la presse spécialisée fournit quelques clefs de lecture. Deux articles parus en 1955 dans Architecture Française nous informent sur le caractère innovant de l’architecture de l’usine Gardy et des entrepôts frigorifiques voisins. Le plan de cette société d’appareillage électrique est étudié non seulement en fonction des besoins de l’époque (le montage et l’usinage de petits appareils), mais aussi en fonction des besoins futurs éventuels. Si l’établissement devait assurer la production de moyen et gros appareillage électrique effectuée par d’autres usines du groupe, le grand hall et les vaisseaux annexes pourraient être facilement agrandis. Côté rue, l’édifice présente un volume d’accueil et de bureaux. Les locaux de la direction sont ouverts de larges baies sur l’espace de travail pour faciliter la surveillance. Outre l’aspect technique des voûtes qui supportent une couverture de 60 mètres sur 87 mètres, l’article souligne l’avant-gardisme du système de chauffage. Par l’intermédiaire d’une pompe à chaleur installée dans les entrepôts frigorifiques, les usines Gardy récupèrent la chaleur de l’établissement proche ou bien celle des eaux de la Saône toujours voisine de 10 degrés. Ce chauffage transmis par le sol assure le maintien d’une température intérieure de 15 degrés.

Extrait du Guide d’architecture en Bourgogne 1893-2007 – Éditions Picard-2008

Maître(s) d'ouvrage(s)
Année de réalisation
1955
Surface(s)
6 000 m²
Coûts
Non communiqué
Crédit photos
CAUE 71
Réalisation mise à jour
septembre 2022
debug, no arrray