L'Observatoire CAUE
13/07/2024
19:30

Sélection

38 ouvrages
1
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire “Ecole des Près Verts” à Woellenheim

/
Willgottheim (67)
6
Equipement scolaire / universitaire

La Ruche

/
Perthes (77)
4
Equipement scolaire / universitaire

Création d’une école élémentaire et d’un accueil périscolaire

/
Furdenheim (67)
Résidence la Presqu’île 10
Equipement scolaire / universitaire

Ecole René Cassin

/
Bouloire (72)
4
Equipement scolaire / universitaire

École élémentaire publique « Les Berges de Saône »

/
Pontailler-sur-Saône (21)
1
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire et périscolaire

/
Pouilley-les-Vignes (25)
3
Equipement scolaire / universitaire

Restructuration et extension du groupe scolaire de Lugrin

/
Lugrin (74)
3
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire et salle communale d’Alex

/
Alex (74)
École des collines 3
Equipement scolaire / universitaire

École des collines

/
Valherbasse (26)
École maternelle du Tertre 3
Equipement scolaire / universitaire

École maternelle du Tertre

/
Verrières-en-Anjou (49)
Groupe scolaire Jean Rostand 5
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire Jean Rostand

/
Lille (59)
7
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire Christiane Coulon

/
Montfermeil (93)
10
Aménagement paysager

Groupe scolaire Simone Veil

/
Wavrin (59)
Des cours aux jardins d’école – Ecole Renaissance 4
Aménagement paysager

Des cours aux jardins d’école – Ecole Renaissance

/
Mons-en-Barœul (59)
Groupe scolaire Simone Veil 1
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire Simone Veil

/
Villejuif (94)
2
Equipement scolaire / universitaire

École maternelle

/
Vendegies-sur-Écaillon (59)
7
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire Jules Ferry

/
Drancy (93)
10
Aménagement paysager

École élémentaire et restructuration de la demi-pension

/
Azé (71)
Groupe scolaire Thomas Pesquet 5
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire Thomas Pesquet

/
Villepreux (78)
Locaux périscolaires 3
Equipement scolaire / universitaire

Locaux périscolaires

/
Corgoloin (21)
Végétaliser une cour d’école 11
Equipement scolaire / universitaire

Végétaliser une cour d’école

/
Libourne (33)
Ecole des Lucioles – Une école sous le préau 22
Equipement scolaire / universitaire

Ecole des Lucioles – Une école sous le préau

/
Baulon (35)
Cours arborées de l’école élémentaire Montesquieu 2
Equipement scolaire / universitaire

Cours arborées de l’école élémentaire Montesquieu

/
Boigny-sur-Bionne (45)
Groupe scolaire “La Romaine” 1
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire “La Romaine”

/
Vers-Pont du Gard (30)
Îlot Mortier 1
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire

/
Ambrières-les-Vallées (53)
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire Françoise Héritier

/
Lyon 7e Arrondissement (69)
Groupe scolaire Claude Schilmoller et cuisine centrale 4
Equipement scolaire / universitaire

Groupe scolaire Claude Schilmoller et cuisine centrale

/
Bruyères-sur-Oise (95)
Désimperméabilisation de la cour d’école 5
Equipement scolaire / universitaire

Désimperméabilisation de la cour d’école

/
Doussard (74)
Construction d’une école maternelle et d’un restaurant scolaire 1
Equipement scolaire / universitaire

Construction d’une école maternelle et d’un restaurant scolaire

/
Nangy (74)
Désimperméabilisation de l’école du Nord 2
Aménagement paysager

Désimperméabilisation de l’école du Nord

/
Dijon (21)
1
Equipement scolaire / universitaire

Extension du groupe scolaire Vincy

/
La Balme-de-Sillingy (74)
1
Equipement scolaire / universitaire

Extension du groupe scolaire

/
Amancy (748)
1
Equipement scolaire / universitaire

Extension du groupe scolaire des Prés-de-la-Fontaine

/
Saint-Julien-en-Genevois (741)
Aménagement de la cour de l’école maternelle du Petit Prince et de ses abords 8
Aménagement paysager

Aménagement de la cour de l’école maternelle du Petit Prince et de ses abords

/
La Haye-Fouassière (44)
Aménagement des espaces extérieurs du pôle enfance Le P’tit bonheur 10
Equipement scolaire / universitaire

Aménagement des espaces extérieurs du pôle enfance Le P’tit bonheur

/
Bouvron (44)
Aménagement des espaces extérieurs du groupe scolaire Le Lieu Utile 5
Equipement scolaire / universitaire

Aménagement des espaces extérieurs du groupe scolaire Le Lieu Utile

/
Bouguenais (44)
Requalification de cours d’école et parvis du groupe scolaire du Coudray 3
Aménagement paysager

Requalification de cours d’école et parvis du groupe scolaire du Coudray

/
Nantes (44)
Cour de l’école de l’Argelier 9
Aménagement paysager

Cour de l’école de l’Argelier

/
Saint-Rémy-de-Provence (13)

Groupe scolaire “Ecole des Près Verts” à Woellenheim

41, route départementaleLieu-dit : Meyermatten, 67370 Willgottheim
1

Présentation

Le groupe scolaire de l’”Ecole des Près Verts” à Willgottheim propose une architecture douce et fluide qui se glisse délicatement dans le paysage. Par un faible gabarit, une géométrie opportuniste, des rythmes variés (façades et toitures), des matériaux d’enveloppe rustiques d’origine organique (le bois pour les façades, le végétal pour les couvertures), le projet se plie aux contraintes géométriques du site tout en valorisant ses qualités paysagères et en offrant des parcours d’accès de qualité. Les prolongements extérieurs du groupe scolaire sont traités en cohérence avec le parti paysager d’ensemble : le projet maintient un paysage ouvert en limitant l’emprise des clôtures aux limites d’accès de qualité. L’un parti majeurs du projet était d’offrir un aménagement qui garantisse une grande perméabilité piétonne et cycliste ; une aire de stationnement ainsi qu’une pratique variée des espaces publics dans une ambiance et une densité végétale omniprésente : mise en scène des pleins et des vides selon un axe Nord-Sud. Le projet se veut à la fois compact afin de répondre scrupuleusement aux surfaces utiles du programme et limiter son emprise sur le site, et fluide afin de favoriser les déplacements et le repérage à l’intérieur comme à l’extérieur des locaux. La conception du bâtiment a pour objectif de garantir la flexibilité interne des locaux et d’anticiper sur les besoins en terme d’extension future de ceux-ci. En effet, chaque école s’organise autour d’un espace de distribution, la bibliothèque garantit un fonctionnement indépendant, la salle polyvalente est placée de manière à établir une relation directe tant avec le hall d’accueil qu’avec le préau et la cour élémentaire, la salle festive est ouverte sur la cour et le projet intègre la possibilité de réaliser aisément les salles d’exercices supplémentaires. Besoin énergetique : 57kwh/m² /an Hagenmuller : BET structures BE Jost : BET fluides et HQE E3 : économiste de la construction AMO : CAUE67 (G.Studio)

Programme

Construction d’un bâtiment de groupe scolaire en simple rez-de-chaussée, comprenant une école maternelle et une école élémentaire: 5 salles d’exercices, 1 bibliothèque et salle informatique, 1 salle d’activités sportives, 1 salle de repos, bureaux, locaux administratifs et techniques, sanitaires et vestiaires. Un abri à vélo couvert, intégré à l’architecture du bâtiment, est localisé sur la façade nord, dans la cour élémentaire.

Détails

Concepteur(s) : G. STUDIO - agence d'architecture
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Willgottheim-Woellenheim
Année de réalisation : 2010
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
900 m² au total, école maternelle : 256,45 m² , école élémentaire : 269,1 m² , locaux communs : 328,9 m² , espaces extérieurs : 375 m² .
Coûts
1 600 000 € HT
Crédit photos : Agence G.Studio

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Bardage, Bois, Ecole, Equipement scolaire, Groupe scolaire, Toiture vegetalisee

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

La Ruche

1 Rue Melun, 77930 Perthes
6

Présentation

La Ruche s’implante sur le site de l’ancienne école maternelle, préfabriquée et temporaire, très vétuste (années 1970), démolie après désamiantage. La construction de l’école s’est faite en site occupé ce qui a induit une double contrainte :

– Celle de préserver la tranquillité et sécurité des enfants qui ont continué à se rendre dans l’ancienne école de novembre 2017 à l’été 2018.

– Celle d’imaginer l’implantation “qualitative” d’un projet dans une parcelle dont le centre était occupée par l’ancienne école (implantée au niveau de l’actuel préau d’accès à l’école maternelle et de la cour minérale).

Construite en ossature bois, selon une démarche environnementale de grande qualité optant pour la filière sèche, l’école égrène un chapelet d’une quinzaine de toitures double-pentes couvertes en zinc et protégeant autant d’aimables petites cabanes facilement appropriables par les enfants. Le linéaire de façade – succession de pignons en dent de scie – est recouvert de mélèze rétrovissés encadrant de larges baies vitrées laissant entrer la lumière du jour dans les salles des classes. Les 3 arbres qui ont été abattus lors du chantier ont été transformés en bancs. Le même sens d’économie et de frugalité conduit à retravailler en platine les poteaux bois de l’ancien préau démoli.

Le projet par ailleurs intègre une chaufferie biomasse  à bois qui alimente plusieurs bâtiments communaux. La chaufferie biomasse – d’une puissance de 90 kW –  alimente ainsi non seulement la Ruche, mais aussi l’école élémentaire des Tilleuls, la mairie, la salle des fêtes et la future médiathèque. Les plaquettes forestières, proviennent d’une société d’exploitation de bois de la commune proche de Moigny-sur-Ecole (Essonne), dont la commune est actionnaire.

La Ruche est nommé au prix de la première oeuvre de l’Equerre d’Argent 2018, 1er prix des Trophées Bois Ile de France 2019, et Lauréat ex-aequo du Prix National de la Construction Bois 2019 ( dans la catégorie “apprendre, se divertir »). Elle fait la couverture du magazine EcologiK (mois de juin-juillet-aout 2019) pour illustrer ” EN FRANCE, LE BIOSOURCÉ PREND RACINE” .

Texte  CAUE 77

 

Parti pris architectural par les concepteurs

La volumétrie générale du projet emprunte au centre bourg historique, ses volumétries archétypales et typiques; des maisons de la commune de Perthes, constituée par de l’habitat dense de faible hauteur qui s’est construit et densifié, années après années. Elle en réinterprète leur profil iconique pour en puiser un symbole appropriable.  

La nouvelle école maternelle s’implante de plain-pied, et en linéaire, ce qui permet de créer, des identités volumétriques distinctes par espace, aux largeurs et hauteurs variables par programme. Coté intérieur, ces volumes capables offrent une spatialité particulière et généreuse aux locaux d’enseignement. Ces volumes sont très généreusement vitrés sur les cours de récréations et en fond de décor le mail boisé.

Le bardage à bâton rompus, qui suit la ligne de pente d’une toiture à 45°, dessine une maison comme un enfant pourrait le faire, simple, iconique, graphique. Les symboles des pignons des salles de classes se retrouvent à l’intérieur pour la signalétique et l’orientation des enfants.

( Extrait du dossier de présentation  Ecole Maternelle ” la Ruche ” par Tracks Architectes ).

Parti pris paysager 

 La cour est composée d’un grand espace minéral dans le prolongement du préau. Les espaces périphériques sont recouverts de copeaux appelé BRF,  pour le confort des enfants et l’amélioration des conditions de vies des arbres. La cour d’école est ainsi un véritable sous-bois avec un sol mou et un sol dur. Quelques arbres sont plantés afin de permettre un renouvellement progressif du boisement  

Situé à l’arrière de l’école, le jardin pédagogique est composé de bacs de jardinage surélevés pour les plus petits et d’espaces de pleine terre. Une noue de récolte des eaux pluviale permet de créer également un cadre favorable au développement de la biodiversité

Extrait du dossier de présentation  Ecole Maternelle ” la Ruche ” par Tracks Architectes

 

 

 

 

Programme

Ecole maternelle et chaufferie biomasse

Détails

Concepteur(s) : Les Rondeaux Paysagistes Urbanistes Tracks Architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Perthes-en-Gâtinais
Année de réalisation : 2018
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
815 m² SDP / 675 m² SU / 326 m² de surface extérieure
Coûts
1 890 000 € HT dont le lot bois 743 000 €
Crédit photos : Guillaume Amat

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Bardage, Biomasse, Bois, Centre bourg, Cour de recreation, Ecole maternelle, Jardin pedagogique, Ossature bois, Zinc

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Création d’une école élémentaire et d’un accueil périscolaire

67117 Furdenheim
4

Présentation

Notre projet est avant tout construit autour des enfants. Il s’articule autour de 3 axes de conception principaux: des espaces extérieurs qualifiés et composés avec soin, la recherche d’une lumière maîtrisée et une attention particulière portée à l’acoustique.

La composition en plan masse du projet a été dictée par notre volonté de jouer avec les rapports intérieurs – extérieurs. A la rationalité du plan de l’école répond la liberté formelle des aménagements extérieurs, comme le temps de classe répond à celui de la récréation. Le plan de l’équipement est organisé en trois entités lisibles : le périscolaire, les locaux communs et l’école. Le programme se développe selon une organisation simple et immédiatement compréhensible des usagers.

Source : https://www.mw-architectes.fr/portfolio/furdenheim-portfolio-test-bea/

Programme

Maîtrise d’ouvrage : ComCom du Kochersberg-Ackerland

Accompagnement à la maîtrise d’ouvrage : CAUE du Bas-Rhin

Conception : Agence MW

 

BET : MH Ingénierie, E3 Economie, IG Consultant, Linder Paysage

Surface : 1 510 m²

Budget: 2.9 M€ HT

Livraison: 2020

Détails

Concepteur(s) : Agence MW - architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Communauté de communes du Kochersberg et de l'Ackerland
Année de réalisation : 2020
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire Equipement social et socio-éducatif
Surface(s)
1 510 m²
Coûts
2 900 000 € HT
Crédit photos : Michael BOUTON (edifice-photo.com)

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Centre d'accueil periscolaire, Ecole primaire

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Ecole René Cassin

46 rue du Jeu de Paume, 72440 Bouloire
Résidence la Presqu’île 10

Présentation

Pour redonner de la cohérence au groupe scolaire, le projet redéfinit les limites de l’établissement et requalifie les liaisons entre les différents bâtiments, à l’ombre et à l’abri de la pluie.
L’extension de l’école élémentaire offre une nouvelle façade principale à l’école, mise en valeur par un porche d’entrée en porte-à-faux et une enseigne métallique monumentale qui identifie l’équipement depuis l’espace public.
La nouvelle construction vient fermer la cour de récréation, agrandie et sécurisée.
Un préau composé d’une structure métallique légère ondule dans toute la cour pour relier les différents bâtiments. Il s’élargit en deux points pour accueillir les espaces de récréation couverts et indépendants des élémentaires et des maternelles.
Afin de donner une nouvelle identité plus contemporaine au site, l’ensemble des façades créées présente la même écriture architecturale : la façade sud de l’élémentaire, la nouvelle cuisine et la classe maternelle sont construites en ossature bois et bardage châtaigner.
Côté cour, la façade nord de l’école élémentaire se compose d’une serre bioclimatique adossée aux salles de classes.
Transparente et épurée, elle améliore la performance thermique du bâtiment.
En hiver, il offre à moindre coût un espace de circulation protégé et tempéré naturellement, à la fois renfort d’isolation des classes et espace tampon abritant les vestiaires des élèves.
En été, elle est ventilée en toiture et en façade, s’ouvrant largement sur la cour de récréation.
Toutes les salles de classes bénéficient d’une double orientation et d’un éclairement naturel maximal. La façade donnant sur l’espace public est protégée de la vue et du soleil par un bardage bois ajouré. (Texte : Scheubel et Genty)

Le coup d’oeil du CAUE :

L’école René Cassin, c’est un peu comme un bâtiment conçu selon deux faces, comme le symbole du Yin et du Yang… Depuis l’espace public, le bâtiment laisse apparaître une architecture monobloc et opaque. Pourtant, une lecture plus attentive permet de discerner, dans les interstices du bardage à claire voie façon moucharabieh, des volumes de hauteurs différentes en arrière plan. L’emploi du bardage vertical vient unifier ces différents volumes et ainsi affirmer la linéarité du bâtiment, en réponse à l’alignement d’arbres présent sur l’espace de stationnement qui fait face. Cette façade arbore fièrement dans toute sa longueur le nom de l’école en lettres XXL, soulignant ainsi l’effet cinétique du bardage.
La façade opposée donnant sur la cour de récréation présente également une unicité mais dans une configuration inverse où l’opacité a laissé place à une totale transparence. Une galerie tout de verre joue un rôle thermique de serre, espace tampon non chauffé mais aux atouts énergétiques indéniables, et un rôle fonctionnel abritant l’espace de circulation menant aux classes et protégeant ainsi les vêtements des enfants accrochés aux patères.

Programme

Restructuration et extension du groupe scolaire : construction de 4 classes élémentaires, + 1 classe maternelle, + 2 préaux, agrandissement de la cuisine scolaire et restructuration de la maternelle.

Détails

Concepteur(s) : Scheubel + Genty Architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Bouloire
Année de réalisation : 2019
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
1062 m² restructurés
+ 160 m² d'extension
+ 470 m² de construction neuve
Coûts
1 473 000 € (HT)
Crédit photos : © Jean-François Mollière, Photographe

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Architecture bioclimatique, Batiment passif, Bois, Cantine scolaire, Ecole maternelle, Ecole primaire, Extension de batiment, Groupe scolaire, Ossature bois, Preau, Restructuration de batiment, Serre

Date de mise à jour : 16 janvier 2024

École élémentaire publique « Les Berges de Saône »

21370 Pontailler-sur-Saône
4

Présentation

Lorsque nous devons construire pour des enfants, nous le faisons avec une grande confiance dans leur capacité à comprendre l’espace et à se l’approprier. Nous sommes persuadés qu’ils sont capables de comprendre les notions qui sont à la base de notre métier : le rapport d’un bâtiment avec son site, la symétrie, les contrastes qui créent des ambiances différentes suivant les lieux et les moments de la journée (les différences de hauteurs, de luminosité ou d’acoustique par exemple… ou encore le toucher que procure tel ou tel matériau). Et nous sommes aussi persuadés qu’ils sont sensibles à ce qui est le plus important dans l’architecture, à savoir le sens des proportions.

Après quelques jours passés dans cette école, certains en auront donc peut-être compris les grands principes :

– Le fait que ce bâtiment est tout entier orienté vers la Saône qui est l’élément le plus important de son contexte. Ainsi l’espace de la cour avec ses gradins se termine en balcon, offrant une vue privilégiée sur la rivière mais aussi sur le centre ancien du village situé sur l’autre rive.
– Le fait que cette orientation privilégiée nous a conduit à concevoir deux ailes de bâtiments symétriques, mais que cette symétrie n’est pas respectée par la cheminée et son horloge ceci pour ne pas entraver le regard dans l’axe de la composition.
– Le fait que nous avons volontairement réservé la vue sur la Saône aux éléments exceptionnels du programme (salle polyvalente, bibliothèque, restaurant scolaire) alors que les salles de classes sont ouvertes sur un contexte plus « banal », ceci afin de créer des contrastes entre les différents moments de la journée et les différentes activités pédagogiques.
– Le fait que certaines de ces salles sont plus hautes et qu’elles ne reçoivent pas le même type de lumière que les autres car justement leur programme est «exceptionnel».
– Le fait que les fenêtres des salles de classes qui sont ouvertes sur la circulation ne sont pas là pour distraire ceux qui travaillent mais pour équilibrer autant que possible l’éclairage naturel de ces salles.
– Le fait que le béton brut des circulations révèle le système constructif de cette école mais que la « dureté » de ce béton est adoucie par la chaleur et l’odeur du bois qui est omniprésent.

Programme

École primaire : 7 classes, restauration, médiathèque, salle polyvalente, cour préau.

Détails

Concepteur(s) : BQ+A - Quirot / Vichard / Lenoble / Patrono
Maître(s) d'ouvrage(s) : SIVOS de Pontailler-sur-Saône
Année de réalisation : 2014
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
1530 m² + 444 m² Cour
Coûts
Coût bâtiment : 2 011 000 € HT
Crédit photos : Luc Boegly / N.Waltefaugle / BQ+A

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Cour de recreation, Beton, Brique, Ecole, Equipement scolaire, Lumiere, Preau, Riviere

Date de mise à jour : 3 juillet 2023

Groupe scolaire et périscolaire

Rue de la Perrouse 25115 Pouilley-les-Vignes, 25115 Pouilley-les-Vignes
1

Présentation

Situé à l’angle du croisement de la rue de la Perrouse, avec la route d’Emagny, le terrain plat qui accueille le groupe scolaire de Pouilley-les-Vignes, se rend propice à l’organisation d’un bâtiment de plain-pied, orienté majoritairement vers le Sud.
Ainsi, le projet propose un bâtiment en équerre composé de deux ailes ; d’un côté les classes primaires et de l’autre les classes maternelles, avec une entrée dans l’angle sortant. Les préaux, futurs lieux d’extensions, sont situés aux extrémités.

Pour la mise en valeur d’une architecture contemporaine aux volumes simples et épurés, le projet propose de jouer sur les contrastes de matériaux de finition de façades aux aspects naturels.
Un panneau de synthèse gris clair de grande dimension génère une ambiance minérale jouant avec la lumière.
En contraste, un bardage bois à claire-voie thermo-chauffé pour les parties basses des façades permet de donner une ambiance chaleureuse et organique aux cours et aux parties abritées.
Le zinc pré-patiné des parties en rehausse surligne l’ensemble en toiture par touches à la fois sophistiquées et élégantes.

La légèreté du bâti ainsi acquise en fait une solution adéquate dans le cas de construction sur des sols médiocres. Elle a l’avantage de permettre, en plus de l’économie en fondation, d’assurer une rapidité d’exécution permettant d’avancer l’intervention des corps d’état secondaires.
L’utilisation de ce matériau biosourcé assure également la cohérence de la démarche environnementale dans la construction ; cet établissement est labélisé BEPOS – 65% à haute performance thermique.
Source : Archi+Tech

Programme

Le SIVOS réalise un groupe scolaire de 14 classes (4 maternelles + 10 primaires) + 1 espace périscolaire (150 places) afin de faire face à la demande de la population.
Le maître d’ouvrage profite de cette nouvelle construction pour réaliser un bâtiment BEPOS.

Détails

Concepteur(s) : Archi+Tech
Maître(s) d'ouvrage(s) : SIVOS de la Lanterne
Année de réalisation : 2018
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire Equipement social et socio-éducatif
Surface(s)
2 056 m²
Coûts
3 550 000 € HT
Crédit photos : Photos : Stéphan GIRARD & CAUE - Plan : Archi+Tech

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Architecture contemporaine, Bardage bois, Centre d'accueil periscolaire, Developpement durable, Ecoconstruction, Ecole, Ecole maternelle, Groupe scolaire, Label de performance energetique, Mineral, Performance energetique, Zinc

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Restructuration et extension du groupe scolaire de Lugrin

Chemin du Grand Tronc, 74500 Lugrin
3

Présentation

Dans cette commune de 2 500 habitants, située sur les rives du lac Léman, l’extension du groupe scolaire englobe une surface de 840 mètres carrés, sur un site très bien orienté, ouvert et en pente, avec des reliefs bigarrés que le lac adoucit en arrière-plan. Le groupe scolaire accueille quatre classes supplémentaires ainsi qu’un réfectoire, doté d’une vue panoramique, pour une opération dont le coût total atteint 3 297 246 €. C’est O-S Architectes, bureau basé à Paris, qui a remporté le concours restreint avec un projet mêlant modernisme, emploi de matériaux audacieux, sur fond de respect des traditions locales. Le CAUE a accompagné la commune dans la définition du programme et l’organisation du concours.

 

Extrait de la fiche « Références » – Rédaction de Grégoire Domenach

Programme

Cette opération correspond à la restructuration du groupe scolaire existant, ainsi qu’à son extension comprenant 4 nouvelles classes, ainsi qu’un réfectoire.

Détails

Concepteur(s) : Ateliers O-S architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Mairie de Lugrin
Autre(s) acteur(s) : Alpes contrôle - Bureau de contrôle MEYNET Eric - économiste Euclid - BET structure / BET fluides Lamoureux - BET Acoustique
Année de réalisation : 2018
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
840m²
Coûts
TRAVAUX : 2 410 081€ HT – OPERATION (hors foncier) : 3 297 246€ TTC
Crédit photos : Béatrice Cafieri

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Equipement scolaire, Extension de batiment, Restructuration de batiment

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Groupe scolaire et salle communale d’Alex

193 route des Acacias, 74290 Alex
3

Présentation

Ce projet architectural est positionné dans ce qui était auparavant un champ en pente douce, orienté sur le versant ubac et à proximité du cœur de village d’Alex. En forme de grand trapèze, de près de 2 000 mètres carrés, l’équipement regroupe en un seul espace la salle polyvalente de la commune, un pôle administratif ainsi que le groupe scolaire, constitué de trois classes de maternelle, quatre classes d’élémentaire, une classe de périscolaire et une salle de motricité. Outre son emplacement de choix, avec une vue sur la vallée de Thônes et les Dents de Lanfon, la structure incarne une flexibilité et une modularité des usages qui lui confèrent un attrait indéniable. Le CAUE a accompagné la commune dans la définition du programme de cet équipement et dans l’organisation du concours de maîtrise d’œuvre.

 

Extrait de la fiche « Références » – Rédaction de Grégoire Domenach

Programme

Cet équipement se compose de la salle polyvalente de la commune, d’un pôle administratif, ainsi que du groupe scolaire, constitué de trois classes de maternelle, quatre classes d’élémentaire, une classe de périscolaire et une salle de motricité.

Détails

Concepteur(s) : L’atelier des Cairns - paysagiste Nunc architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune d'Alex
Autre(s) acteur(s) : Echologos - BE Acoustique BE Plantier - BET Structure GEC Rhône-Alpes - économiste Ingénieurie Conception énergénique
Année de réalisation : 2017
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
1 931m²
Coûts
3 999 831€ HT
Crédit photos : Béatrice Cafieri

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Bois, Developpement durable, Equipement scolaire, Salle polyvalente

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

École des collines

Plan d'Agneau, 26350 Valherbasse
École des collines 3

Présentation

Dans la vallée de l’Herbasse, un groupe scolaire intercommunal est sorti de terre en 2019 pour accueillir 7 classes maternelles et élémentaires. Le projet se distingue par la mise en œuvre de murs porteurs en pisé sur deux niveaux et plus largement, par la forte utilisation de matériaux biosourcés et géosourcés.

La terre (traditionnellement employée dans cette vallée du Nord Drôme) est utilisée à l’extérieur pour les façades principales mais aussi à l’intérieur, pour ses qualités esthétique, physique et thermique (inertie, régulation hygrométrique). La qualité du résultat ouvre des perspectives à l’utilisation de la terre dans l’architecture contemporaine. La technique ancestrale du pisé n’est toujours pas encadrée par des règles professionnelles mais le protocole de contrôle qualité mis en place avec l’entreprise et le bureau de contrôle a permis de réaliser ce chantier sans une procédure de demande d’ATEx (Appréciation technique d’expérimentation).

Le reste de la structure est en ossature bois avec isolation en paille. Le bois est aussi utilisé en parement, en plafond et pour les menuiseries, préaux et clôtures. Avec l’emploi du pisé et du bois et sa volumétrie fragmentée évoquant l’esprit d’un hameau, l’école des collines apparaît en totale adéquation avec son site. Comme la terre, pour l’essentiel extraite sur place, le bois et la paille sont d’origine locale. Le bâtiment est certifié Bois des AlpesTM et la paille vient de la Loire. L’utilisation de ces matériaux, la conception bioclimatique et les solutions techniques retenues (ventilation double flux, panneaux solaires, chaudière à granulés bois à condensation et planchers chauffants) vont permettre au projet d’obtenir le label BEPOS - Effinergie 2013. La production électrique des panneaux photovoltaïques, d’une puissance totale de 66 kWc, devrait assurer une autonomie basée sur l’autoconsommation et la revente du surplus au réseau public.

Le groupe scolaire se développe en deux entités distinctes : le bâtiment pédagogique avec des espaces généreux sur deux niveaux (la maternelle est en rez-de-chaussée) et le restaurant scolaire. L’ensemble est relié par un hall d’accueil largement vitré qui offre aux enfants un coin des contes (pour se poser) et une forêt enchantée (pour déposer leurs manteaux avant d’entrer dans la cantine). Les classes sont situées en façade sud et bénéficient des apports solaires passifs. Des ouvertures toute hauteur permettent aux tout-petits de profiter des vues vers le paysage. Pour les usagers, « la nature est entrée dans l’école ». Ils apprécient la qualité de la lumière naturelle, l’ambiance chaleureuse due au bois et la beauté du pisé.

Texte  : CAUE de la Drôme, mars 2021

Programme

Construction d’un groupe scolaire de 7 classes en matériaux biosourcés et géosourcés

Détails

Concepteur(s) : Design & Architecture Nama Architecture
Maître(s) d'ouvrage(s) : SIVOS de la Haute-Herbasse
Année de réalisation : 2019
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
1864 m² (surface utile)
Coûts
Coût d'opération (travaux, honoraires et frais divers) : 4 197 704€ HT
dont 3 728 553€ HT de travaux
Distinctions / label
OFF du Développement Durable (édition 2021)
Crédit photos : ©NAMA Architecture

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Materiau biosource, Materiau naturel, Materiau vegetal, Bois, Ecole, Groupe scolaire, Paille, Pise

Date de mise à jour : 27 janvier 2023

École maternelle du Tertre

11bis rue des Vignes, 49112 Verrières-en-Anjou
École maternelle du Tertre 3

Présentation

Le programme de cette opération porte sur l’extension d’une école maternelle avec la création d’une salle de classe, d’un préau et d’un auvent à l’entrée de l’école ainsi que la restructuration des locaux existants avec amélioration du confort thermique.

La construction d’un préau et d’un auvent, en charpente et poteaux bois, permet d’identifier l’école maternelle et de signaler son entrée depuis la voie piétonne.

La nouvelle salle de classe, couverte par un toit à trois pentes, s’inscrit dans le rythme des grandes toitures existantes de l’école.

En opposition aux couvertures en ardoise et aux murs béton de l’existant, les nouvelles constructions se distinguent par une écriture plus légère. La couverture en bac acier ondulé de teinte claire et le bois apportent une image contemporaine et chaleureuse.

Tous les locaux de l’école s’articulent autour d’un grand espace central dédié aux activités de jeux et de motricité. Cette organisation concentrique est le point de départ du projet qui redessine une agora fonctionnelle, lumineuse et polyvalente. Elle est équipée de rideaux acoustiques, à la fois rideaux de scène et enveloppes protectrices, qui permettent de diviser l’espace en plus petites zones, proposant de multiples configurations. Deux grandes verrières éclairent naturellement l’espace et sont complétées par des guirlandes lumineuses qui apportent un esprit festif à cet espace partagé. En périphérie, l’agora est cernée par un grand meuble en bois qui offre un nouveau support aux jeux et aux activités pédagogiques. Il évoque un décor, ludique et pratique, truffé de niches et d’arches, de rangements et de bancs, de patères et de casiers, de cachettes et de gradins.

Programme

  • Extension avec création d’une salle de classe, d’un préau et d’un auvent à l’entrée de l’école.
  • Restructuration des locaux existant avec amélioration du confort thermique.

Détails

Concepteur(s) : Scheubel + Genty Architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Verrières-en-Anjou
Année de réalisation : 2020
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
SU Bâtiment : 840 m²
Préau : 210 m²
Coûts
1 250 000 € HT
Crédit photos : Émilie GRAVOUEILLE

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Ecole, Extension, Ecole maternelle, Preau, Salle de classe, Restructuration de batiment, Confort, Isolation thermique, Bac acier, Bois, Ecran acoustique, Apercus-2021

Date de mise à jour : 16 janvier 2024

Groupe scolaire Jean Rostand

Rue de la ville de Naumbourg 59260 Lille, 59260 Lille
Groupe scolaire Jean Rostand 5

Présentation

Plus qu’un équipement pédagogique, le groupe scolaire est un équipement public majeur. Il permet une mutualisation de fonctions d’accueil municipal et s’ouvre autant aux enfants que sur la ville. Le bâtiment du nouveau groupe scolaire s’insère dans les typologies alentour. Il s’érige en R+1 et occupe moins de la moitié de la surface de la parcelle, afin de préserver un maximum d’espaces en pleine terre. Son alignement en limite parcellaire permet de compléter la typologie de l’îlot autant que de restituer à la ville la moitié du terrain comme jardin municipal.

 

Le projet dialogue avec l’environnement en fonction des orientations sur rue et jardin : d’un côté, la façade urbaine en brique assure une certaine intimité aux fonctions de l’école et s’inscrit dans la matérialité du quartier. De l’autre côté, la façade, orientée sur le jardin, est entièrement vitrée avec des châssis bois. Elle bénéficie de l’intimité paysagère de ce cœur d’îlot végétal. Le projet est complémentaire de l’existant autant par son échelle maîtrisée que par les formes et matériaux qu’il emploie. L’usage de la brique en façade permet de réinterpréter dans un appareillage sauvage un matériau qui constitue l’identité du quartier. L’usage de matériaux bruts, qu’il s’agisse du béton en RDC ou du bois à l’étage rend lisible la structure du lieu pour ses usagers. La forme autant que les matériaux employés permettent d’inscrire le projet dans son contexte.

© Sam Architecture

Programme

Groupe scolaire comprenant, 5 classes maternelles, 8 classes élémentaires et une entité périscolaire dimensionnée pour 360 enfants

Détails

Concepteur(s) : Philippe Bauer SAM Architecture
Maître(s) d'ouvrage(s) : Ville de Lille
Autre(s) acteur(s) : ALTIA - acoustique BETELEC - BET Electricité BEHAL - cuisiniste Bollinger & Grohmann Ecallard Elements Ingénierie
Année de réalisation : 2020
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
3 097 m²
Coûts
6 930 823 € HT
Crédit photos : Charly Broyez

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Batiment passif, Beton brut, Centre d'accueil periscolaire, Cour de recreation, Ecole maternelle, Ecole primaire, Groupe scolaire, Integration paysagere, Ossature bois, Renovation urbaine

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Groupe scolaire Christiane Coulon

22-24 rue de Courtais, 93370 Montfermeil
7

Présentation

OBS-453
“Les mots du maître d’oeuvre”

L’école élémentaire à Montfermeil se situe à la jonction de plusieurs échelles urbaines : d’un côté de grands ensembles de logements et d’équipements publics, de l’autre côté, le tissu pavillonnaire du quartier historique. La conception du projet tire son inspiration de cette expérience urbaine offerte par la banlieue environnante, mêlant des maisons individuelles à la silhouette élancée et de superbes jardins que l’on peut apercevoir par endroits derrière les murets. Par son architecture marquante et sa volumétrie, le bâtiment cherche à exprimer cet équilibre entre ouverture vers la ville et protection par son enceinte, en conservant un gabarit bas et étiré à l’image du contexte.

L’école est développée comme une arborescence dont les ramifications viennent animer les limites de la parcelle, et délimitent des poches végétales qui proposent des ambiances différentes. Butant contre les limites de la parcelle, les quatre branches de dimensions variables forment des pignons étroits, faisant écho aux silhouettes des maisons individuelles. L’école affirme sa présence et devient un nouveau point de ralliement dans ce quartier pavillonnaire. Cette composition équilibrée forme une séquence rythmée d’espaces d’enseignement, d’espaces en plein air et de surfaces végétalisées, variant les expériences visuelles depuis l’intérieur des salles de classe. Associant des espaces en plein air et des espaces intérieurs, le rez-de-chaussée rassemble les fonctions collectives : la place, la cour, le jardin, le terrain de jeu, le hall, la demi-pension et la salle de motricité, tandis que les lieux affectés au travail et les salles de classe sont placées à l’étage supérieur, pour retrouver une atmosphère domestique.

Les nombreuses parties vitrées créent un univers de reflets renvoyant les images du paysage changeant, permettant aux enfants d’évoluer dans un lieu favorisant l’éveil au monde extérieur.

Le parement extérieur est composé d’un mélange de briques aux teintes claires et douces. La brique vieillira naturellement et apporte au bâtiment une peau sensible, vibrante et changeante en fonction de la lumière du soleil. À l’intérieur, le bois unifie les espaces hétérogènes et accentue le côté domestique, créant pour les écoliers une atmosphère chaleureuse et accueillante.

L’univers du projet est mis en évidence par le choix des matériaux. La structure au rez-de-chaussée est constituée de voiles en béton perforé et d’un plancher béton porté telle une table sur ses pieds soutenant à l’étage une ossature bois entrecoupée de portiques, offrant au bâtiment une grande inertie thermique. Le principe structurel permet d’éviter tout point porteur au sein des espaces, ceux-ci deviennent flexibles, évolutifs et facilement adaptables dans le temps.

Programme

11 salles de classe, la place, la cour, le jardin, le terrain de jeu, le hall, la demi-pension et la salle de motricité, Label Effinergie

Détails

Concepteur(s) : Tank Architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Ville de Montfermeil
Année de réalisation : 2019
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
1990 m² (SHON)
Coûts
5 800 000 € HT
Crédit photos : Julien Lanoo

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Ecole, Groupe scolaire

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Groupe scolaire Simone Veil

9 Avenue de l'Europe, 59136 Wavrin
10

Présentation

Le projet paysager vise à créer un écrin paysager favorisant la biodiversité autour d’un équipement culturel structurant pour la commune. Outre les aménagements propres à un groupe scolaire, le projet se démarque par une végétalisation généreuse répondant aux enjeux de biodiversité et aux contraintes d’un site accueillant des enfants. Le végétal participe à révéler l’architecture brute et horizontale en travaillant sur les textures, les ombres et densité. L’utilisation de couvre-sols et de d’arbustes locaux vise à limiter à terme l’entretien du site au profit d’une gestion douce permettant à la faune de s’épanouir.  Les cours, en pavés poreux pour limiter l’imperméabilisation, permettent des usages variés dans un cadre protégé et végétalisé.

© Slap Paysage

Programme

Cours d’école, jardins pédagogique, parvis, stationnement

Détails

Concepteur(s) : Damien SURROCA Architectes SLAP Paysage
Maître(s) d'ouvrage(s) : Ville de Wavrin
Autre(s) acteur(s) : B.E.T. HDM ingénierie S.A BAUDIN-CHÂTEAUNEUF - Entreprise de construction Créacept Hexa Ingenierie Idex
Année de réalisation : 2020
Types de réalisation : Aménagement paysager Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
Espaces extérieurs : environ 1 hectare dont 3200 m² de stationnement paysager 1900 m² de parvis planté 3300 m² de cours 1600 m² de patios et jardins pédagogiques
Coûts
Lot Espaces Verts -mobilier : 240K euros HT
Crédit photos : Slap Paysage

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Cour de recreation, Groupe scolaire, Jardin pedagogique, Parvis, Vegetalisation

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Des cours aux jardins d’école – Ecole Renaissance

1 Rue Bossuet, 59370 Mons-en-Barœul
Des cours aux jardins d’école – Ecole Renaissance 4

Présentation

Depuis plusieurs années, la ville de Mons en Baroeul s’est engagée dans une dynamique urbaine ayant pour ambition la mise en valeur de son patrimoine bâti et paysager. Le projet « des cours aux jardins » a pour ambition d’imaginer la cour de l’école des lieux de nature ouverts à tous, ludiques et participants à la vie de quartier.

La concertation avec les enfants des deux écoles du GS Renaissance a permis de récolter leurs souhaits pour la transformation de leurs cours d’école. La démarche a été de passer dans chaque classe du groupe scolaire afin de sensibiliser les enfants sur le projet et de leur proposer de participer activement au dessin de leur futur univers de jeux.

A l’échelle de la commune, les groupes scolaires constituent un ensemble de cœur de nature potentiel non négligeable dans la mise en place d’un maillage d’espace relais. Ainsi, les cours de récréation de l’école Renaissance présente des enjeux importants en termes de confort, de qualité d’usages et d’enrichissement de la vie scolaire.

Les espaces extérieurs du groupe scolaire proposaient plusieurs zones délaissées ainsi qu’une vaste nappe en enrobé noire à invertir et reconquérir. Au traverses ambitions de végétalisation et de désimperméabilisations des sols, le projet vise alors à créer des aménagements paysagers sublimés, véritable univers propice au développement de l’imaginaire des enfants.

© Slap Paysage

Programme

Cours d’écoles maternelle, primaire et Jardin pédagogique

Détails

Concepteur(s) : SLAP Paysage
Maître(s) d'ouvrage(s) : Ville de Mons en Baroeul
Année de réalisation : 2019
Types de réalisation : Aménagement paysager Aménagement urbain Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
Surface de la parcelle : 12 496 m² Surface aménagée : 7 500 m²
Coûts
Terrassements-VRD-Clôtures-Mobiliers : 203 000 € HT Plantations et Mobiliers spécifiques : 127 000 € HT
Crédit photos : Romain Sansom

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Concertation, Cour de recreation, Groupe scolaire, Jardin pedagogique, Vegetalisation

Date de mise à jour : 25 octobre 2022

Groupe scolaire Simone Veil

5 Passage de la Pyramide, 94800 Villejuif
Groupe scolaire Simone Veil 1

Présentation

Constitué de différents volumes aux matières différenciées semblant empilés les uns sur les autres, le bâtiment se perçoit comme un collage et offre ainsi une lecture aisée de ses différents niveaux.

Le groupe scolaire s’inscrit dans une nécessité de combler un manque de locaux dans les quartiers centre et nord de la ville de Villejuif, en périphérie parisienne. Le site des réservoirs sur lequel il s’implante fait figure d’exception dans la ville, se trouvant à l’écart des nuisances sonores et possédant, en plus du bassin, de grands arbres.

La topographie et la géométrie du terrain sont également singulières : un jeu de plateforme accompagne ce site très réduit, voir interstitiel, et le bâtiment y consomme un minimum d’espace tout en donnant des vues sur le paysage lointain. Compactes, ses façades décomposées lui offrent une échelle douce et une lecture aisée de ses différents niveaux. Ainsi, leurs langages, leurs matières et leur imbrication se perçoivent comme un collage et affirment le statut d’équipement public de l’école.

Au sein de cet îlot enclavé, trois accès différents viennent redonner une fluidité en offrant plusieurs destinations, dont un parvis commun. La maternelle et le périscolaire investissent le rez-de-chaussée et s’ouvre sur une grande cours. Une bibliothèque, jouxtant un patio central se déploie en double hauteur et installe ainsi un lien visuel avec l’école élémentaire occupant les niveaux supérieurs. Leur accès peut se faire grâce à l’escalier menant directement à la cours du premier étage. Un très grand porte-à-faux y libère l’espace et donne une vue panoramique vers Paris. Il se distingue par son écriture et sa matérialité.
Cette cours haute est ainsi conçue comme un grand vide qui se déploie sous le volume en bois brulé accueillant les classes élémentaires.

La couleur verte déclinée sur plusieurs tons entre en résonance avec le site arboré. Le bâtiment fait écho au paysage et installe ainsi des relations harmonieuses.
Les salles de classe sont d’une géométrie claire offrant des repères aux élèves et permettant la mise en place de systèmes lumineux et visuels leur apportant une grande qualité d’usage et d’appropriation. Les classes de maternelle s’ouvrent sur les grands arbres, de la même manière que les salles de restauration en sous-sol, et les classes élémentaires présentent également des hauts jours.
Cette lumière naturelle abonde dans tout le bâtiment, si bien que même les généreuses et amples circulations en profite et en deviennent des espaces non seulement fonctionnels mais aussi ludiques.
Cette école offre une grande diversité de situations, ces lieux variés prennent leur valeur par contraste naturel.

Texte : Dominique Coulon & Associés

Programme

Construction d’un groupe scolaire comprenant :

  • 6 classes maternelles
  • 11 classes élémentaires
  • accueil périscolaire
  • salles d’activités
  • restauration collective
  • logement gardien
  • parking

Détails

Concepteur(s) : COULON Dominique – architecte Dominique COULON & Associés LETHO DUCLOS Steve – architecte POULAT Olivier – architecte
Maître(s) d'ouvrage(s) : VILLE DE VILLEJUIF
Année de réalisation : 2021
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
4312 m²
Coûts
13 300 000 € HT
Crédit photos : © Clément Guillaume

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Cantine scolaire, Centre de loisirs, Ecole maternelle, Ecole primaire, Equipement scolaire, Groupe scolaire, Logement, Parking

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

École maternelle

Rue de Sommaing, 59213 Vendegies-sur-Écaillon
2

Présentation

Le projet s’implante à l’intérieur d’un coeur d’un îlot dans la commune de Vendegies sur Ecaillon.

Au pied de l’église et jouxtant le presbytère réhabilité en salle polyvalente la nouvelle école maternelle s’accroche à l’école primaire existante afin de créer un groupe scolaire au centre du village.

Par son implantation en T le projet intègre l’école existante, organise et qualifie les espaces extérieurs du groupe scolaire.

La première branche est constituée d’un préau qui relie les deux programmes et se tourne vers le paysage. La branche accueillant les classes s’implante perpendiculairement, dans le sens de la pente. Un mur d’enceinte en brique, dans la continuité des murs pignons, constitue la cour d’école et s’ouvre à travers de larges fenêtres extérieures vers le jardin sauvage du presbytère.

Les deux volumes sont réalisés en charpente métallique pour répondre aux contraintes du site, à l’économie de l’opération mais aussi pour faire référence aux hangars agricoles qui jalonnent la campagne environnante.

Le préau est une grande toiture plate dont l’ossature ,entièrement vitrée , offre un cadrage généreux vers le paysage lointain en contrebas.

Les salles de classes et d’activité s’organisent dans un bâtiment dont la toiture traditionnelle à deux pentes libère un grand volume . Elle se prolonge au Sud pour protéger les larges baies donnant sur la cour. En bout de pente la hauteur libre sous chéneau est de 2.10 m pour que la hauteur sur cour soit à l’échelle des enfants.

Un espace de rangement extérieur ,comme une petite maison, s’adosse au presbytère et s’ouvre sur la cour en contrepoint du volume principal.

Au nord un grand couloir accessible depuis le préau distribue toutes les salles de classes, d’activité et les sanitaires. C’est un lieu qui s’anime tout au long de la journée, au rythme de l’école. Un mur rideau s’implante sur toute sa longueur afin d’en faire profiter les parents qui viennent chercher leurs enfants mais offre aussi aux enfants une vue sur un espace boisé et amène la lumière jusqu’à l’intérieur des classes.

De grands meubles en bois délimitent les salles de classe et la circulation, ils reçoivent des fonctions telles que des paillasses, des bancs, des rangements, etc…

Nous avons privilégié l’utilisation du bois en doublage et des panneaux en fybrastyrène pour le plafond afin de mettre en place une ambiance aux teintes neutres, naturelles, pour favoriser la concentration et l’appropriation des élèves.

©Studio Rijsel

Programme

École maternelle 3 classes, salle d’activités, préau

Détails

Concepteur(s) : CAILLIAU Edouard LECOURT Thomas Studio Rijsel
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Vendegies sur Écaillon
Année de réalisation : 2021
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
400 m²
Coûts
850 000 € HT
Crédit photos : Crédits documents : studio rijsel Photographies : Séverin Malaud

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Circulation interieure, Ecole maternelle, Extension de batiment, Groupe scolaire, Ilot, Integration paysagere, Preau, Recuperation de l'eau de pluie, Structure metallique

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Groupe scolaire Jules Ferry

15 rue de la Villette, 93700 Drancy
7

Présentation

OBS-463

“Les mots du maître d’oeuvre”

Le groupe scolaire Jules Ferry situé rue de la Villette, a été réalisé entre 2015 et 2020 à la suite d’un concours d’architecture.
Le programme du concours enjoignait aux équipes de concevoir un édifice construit intégralement en bois au-dessus du sous-sol, affecté au stationnement et aux locaux techniques.
La parcelle « en drapeau » d’environ 5 000 m² , appartenant à la ville se trouve très enclavée dans un tissu pavillonnaire. Le projet devait donc optimiser les emprises bâties autour des cours très intériorisées et présenter sur la rue la seule façade publique et le long d’un parvis linéaire les 2 accès aux halls maternelle et élémentaire.

Le projet s’organise donc autour des 2 cours, celle de la maternelle, approximativement carrée, est entourée des salles des enfants les plus jeunes du coté ouest, du réfectoire au Nord et de son préau à l’Est. Du parvis on accède au hall traversant qui donne accès d’un coté aux classes et de l’autre à la grande salle polyvalente, entre parvis et cour.

La maternelle se développe sur 2 niveaux, l’administration occupant une aile en retour au rez-de-chaussée. Un large escalier distribue l’aile ouest à l’étage où se trouvent les autres classes, la bibliothèque maternelle, la salle des maîtres, le RASED, etc.
Le hall de l’école élémentaire est accessible à l’extrémité est du parvis, une large galerie longe le préau maternel et conduit à sa propre cour et aux escaliers qui distribuent 2 niveaux de classes qui s’ouvrent vers l’Est, l’Ouest et le Sud.
La cuisine, accessible par une voie de service qui longe la limite ouest du terrain, occupe l’aile nord et distribue les réfectoires. Un vaste et lumineux préau s’adosse à la limite sud de la parcelle, mitoyenne des maisons et petits immeubles qui enserrent la cour élémentaire sur 3 de ses cotés. Tous les mitoyens ont été reconstruits par un mur continu en brique.
A l’étage se trouvent la salle polyvalente de l’élémentaire qui surmonte celle de la maternelle ainsi que sa bibliothèque et le RASED. Enfin le R+2 partiel qui occupe l’aile qui sépare les 2 cours, est occupé par d’autres classes élémentaires.
Cette organisation compacte où les locaux de 2 sections se surmontent sans communiquer, dégager le maximum de surface libre pour les cours.
Ainsi les espaces libres constituent les principales entités spatiales qui ordonnent rigoureusement la construction au lieu d’être rejetées en périphérie ou former des résidus aux limites indéterminées ou mal définies.

Dans un contexte sans qualité, l’introversion de l’établissement permet de générer son propre univers, renforcé par le mode constructif et des composants qui fabriquent son enveloppe comme ses espaces intérieurs.
Le projet manifeste délibérément le recours à son unique matériau constitutif, le bois sous les diverses formes mises en œuvre : Structure primaire des porteurs et des planchers, poteaux et poutres en lamellé-collé, voiles en panneaux CLT.

Les façades alternent trumeaux revêtus de bardage douglas plan ou crénelé et grands châssis vitrés en chêne, comportant un système intégré d’occultation et de protection solaire. De grands claustras bois rythment les façades, devant les châssis fixes ou ouvrants toute hauteur.

Sur le parvis l’architecture représente l’institution, et son vocabulaire combine les longues horizontales d’un auvent et d’une fenêtre-bandeau protégée par un claustra serré de nervures verticales. Le deuxième étage s’adosse à l’immeuble collectif mitoyen et présente sur la rue une grande horloge carrée, seul signe ostensible de la discrète monumentalité de l’école.

A l’intérieur les partitions sont recouvertes de panneaux bois en hêtre, les portes et les ensembles menuisés sont de même essence ainsi que les faux plafonds; les parquets sont en bois debout de chêne alors que les salles polyvalentes et les réfectoires les sols sont revêtus d’une résine de granulats en caoutchouc.

Dans chaque classe, la cloison profonde la séparant de la circulation, comporte un placard surmonté d’une imposte vitrée. Elle intègre l’évier et dissimule les radiateurs.
Partout la lumière naturelle est abondante, le long des circulations, sur les paliers et dans les dégagements.
Sous la toiture des sheds cintrés conduisent la lumière naturelle en un halo qui atténue les arrêtes vives des partitions.
Dans les cours, au-delà de sécuriser les enfants, il s’agit d’offrir les conditions d’étendre leur imaginaire sans qu’interfère un contexte extérieur médiocre qu’ils connaissent bien par ailleurs.

Programme

Groupe scolaire en structure bois , 6 classes maternelles, 15 classes élémentaires et un centre de loisirs

Détails

Concepteur(s) : HARARI ARCHITECTES
Maître(s) d'ouvrage(s) : Ville de Drancy
Année de réalisation : 2020
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
5 900 m² (SDO)
Coûts
13 000 000 € HT
Crédit photos : Jean & Aline Harari

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Groupe scolaire

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

École élémentaire et restructuration de la demi-pension

71260 Azé
10

Présentation

La parcelle proposée pour l’implantation de la nouvelle école est située à l’arrière du front bâti existant. Elle porte un engagement fort en faveur du renforcement du centre-bourg. Nous avons choisi d’implanter l’école à la place du terrain de sport, adossée au préau existant, avec l’intention d’impacter le moins possible l’ouest de la parcelle pour maintenir la vue sur les vignes. Le résultat est un bâti­ment compact et thermiquement efficace. Aussi, cela permet à ce nouvel équipement de s’intégrer au bourg, en s’appuyant sur les éléments qualitatifs du site : le préau, la cour, les murets et les arbres existants.

La nouvelle école est parée de pierre de pays et surmontée de deux toitures en tuiles locales symétriques qui éclairent généreusement les espaces situés au centre du plan. L’utilisation de ces matières, et plus généralement l’écriture architecturale proposée, répondent à la volonté de réaliser un bâtiment à l’esthétique contemporaine mais attentif aux spécificités locales, sans tomber dans le pastiche.

Programme

Construction d’une école élémentaire, restructuration d’une demi-pension ainsi que des espaces extérieurs

Détails

Concepteur(s) : Atelier de Montrottier Loïc Parmentier & associés Atelier du rouget Simon Teyssou et associés
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune d’Azé
Autre(s) acteur(s) : Euclid - BET structure / BET fluides
Année de réalisation : 2019
Types de réalisation : Aménagement paysager Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
634 m² (école), 211 m² (demi-pension) et 1080 m² (espaces extérieurs)
Coûts
1 480 088 € HT
Crédit photos : Benoit Alazard, photographe

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Cour de recreation, Architecture contemporaine, Architecture interieure, Construction, Eclairage naturel, Ecole, Espace exterieur, Integration paysagere, Materiau naturel, Preau, Restructuration de batiment

Date de mise à jour : 3 juillet 2023

Groupe scolaire Thomas Pesquet

2 rue de Vaugirard, 78450 Villepreux
Groupe scolaire Thomas Pesquet 5

Présentation

Le contexte
Le groupe scolaire Thomas Pesquet se trouve au nord d’un quartier pavillonnaire, en limite des champs qui s’étendent vers un coteau boisé. Il a été conçu comme un parvis ouvert sur le quartier tout en ayant une intériorité grâce à la cour paysagère qui sépare les deux écoles.

La volumétrie
L’école est un dispositif qui s’enroule sur lui-même, en continuité de bâtiments de logements déjà présents à l’est. Seize salles de classes sont disposées autour d’une cour centrale, divisée par un espace planté créant la limite entre école primaire et maternelle.

Un maximum du linéaire de façade est déployé au nord vers les champs pour offrir aux salles de classe la vue sur le lointain et créer un lien avec la plaine de Versailles.

Le projet
Le groupe scolaire se divise en un socle en brique percé de larges ouvertures sur la cour, surmonté d’un registre plus aérien avec une trame vitrée qui se termine par un débord de toiture. Cela traduit la répartition du programme entre les salles de classes maternelles au rez-de-chaussée, ayant la spécificité de pouvoir être couplées deux par deux en un espace de près de 100m2, et les salles de l’école primaire plus rationnelles, à l’étage.

Systèmes constructifs
Le bâtiment possède une structure intérieure en béton, des murs périphériques en brique monomur alvéolaire et des murs de refends en briques de terre. Il est doublé thermiquement par l’extérieur avec une vêture de briques de terres cuites. Ces briques proviennent de la briqueterie Dewulf à Allonne, à environ 80km de Villepreux. Toutes les menuiseries et les parquets sont en bois, et les toitures en zinc.

Gestion des eaux pluviales
Une fine marquise en verre est installée sur tout le rez-de-chaussée du bâtiment côté cour, et permet d’assurer les récréations à l’extérieur même en temps de pluie.

L’espace planté, perméable, représente un quart de la surface de la cour, il est agrémenté d’une noue paysagère et sert de jardin et de potager pédagogique en faisant écho à la plaine de Versailles. Les toitures sont végétalisées avec un substrat d’une épaisseur de 20 cm et permettent de récupérer les eaux de pluie. Plutôt que d’avoir des gardes corps en toiture trop visibles depuis l’espace public et la cour, les architectes ont réalisé un débord qui entoure les toits terrasses végétalisés, permettant de souligner le sommet du bâtiment et de rendre visible la végétation.

L’usage sensible du matériau terre
A l’intérieur, pour les différentes cloisons entre les salles de classes, les architectes ont déployé une variation de techniques de murs en terre crue selon les revêtements souhaités. Certains murs sont en brique de terre extrudées, posées entre deux lisses de bois et liées par un mortier de terre avec un appareillage de brique visible, et d’autres sont en torchis avec un enduit lisse sans aspérités. Toutes les terres utilisées pour les briques, les mortiers et les enduits proviennent d’un chantier du Grand Paris Express au nord de Paris.

Performances dans la construction
La terre crue présente des avantages hygrothermiques (absorption de l’humidité), phoniques et thermiques.

L’absence de cuisson nécessaire à sa production, la possibilité de son recyclage de manière quasi infinie et sa disponibilité en quantité en font un matériau avec un excellent bilan carbone. Cependant la construction en terre peine à se diffuser à cause des normes constructives et des avis techniques.

 

Le CAUE est particulièrement attentif et intéressé par l’économie circulaire illustrée par ce projet.

Les concepteurs sont engagés en faveur de l’usage de la terre dans les constructions et ont notamment milité pour l’utilisation des terres d’excavation issues des chantiers du Grand Paris Express dans les projets de construction en Ile de France, comme c’est le cas dans ce projet. L’agence Joly & Loiret avait en effet réalisé l’exposition “Terres de Paris” au Pavillon de l’Arsenal après deux ans de recherche et un appel à projets “le Grand Paris des déblais”.
https://www.pavillon-arsenal.com/fr/arsenal-tv/documentaires/paris-architectures/11971-76-groupe-scolaire-thomas-pesquet-villepreux-yvelines.html

Concepteur(s)
Joly & Loiret Architectes mandataire mission de base
+ OPC + HQE + Paysage
+ Equipe evp, bmf, bet Choulet, Arwytec, Lasa

Programme

Construction d’un groupe scolaire, école maternelle et primaire.

Détails

Concepteur(s) : Joly & Loiret
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Villepreux
Autre(s) acteur(s) : LASA - BET acoustique Arwytec - Cuisiniste CHOULET Louis - BET fluides
Année de réalisation : 2021
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
3 606 m²
Coûts
7 300 000 €
Crédit photos : Schnepp Renou / joly & loiret – Schnepp Renou / Paul-Emmanuel Loiret

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Groupe scolaire, Amenagement paysager, Materiau naturel, Toiture vegetalisee, Recuperation de l'eau de pluie, Cour de recreation, Gestion de l'eau, Terre, Noue, Terre crue, Economie circulaire, Jardin potager, Torchis, Bois, Materiau biosource, Ecole maternelle, Ecole primaire

Date de mise à jour : 6 avril 2023

Locaux périscolaires

Grande rue, 21700 Corgoloin
Locaux périscolaires 3

Présentation

Le terrain destiné à accueillir ce bâtiment est situé au centre du bourg de Corgoloin, dans le périmètre de l’église inscrite à l’inventaire des monuments historiques. Il est occupé côté rue par une école à deux classes du 19ème siècle et le projet devait être implanté à l’arrière de l’école sur un terrain non utilisé et enclavé.

Cette réalisation offrait l’occasion de remodeler l’ensemble du terrain sur toute sa profondeur pour créer un ensemble public accessible et fonctionnel, tirant parti des potentialités du site.

Côté rue, la cour actuelle est transformée en parvis/parking. Un passage (piétons et véhicules de service), qui dessert l’école et le bâtiment périscolaire, a été créé en démolissant les façades du bâtiment chaufferie/sanitaires existant. Une nouvelle chaufferie ainsi que des sanitaires mutualisés ont été créés dans le nouveau bâtiment.

Le bâtiment périscolaire s’étire le long de la limite Est au fond du terrain et la cour de récréation, mutualisée, est maintenant implantée entre ce nouveau bâtiment et l’école existante.

Le plan est organisé autour d’une profonde entrée, accessible par la cour depuis un préau. Cette entrée, qui abrite les vestiaires et le lavage des mains, dessert à l’Est une bande servante (sanitaires, locaux techniques, vestiaires, office de réchauffage) ouvrant sur une cour de service et à l’Ouest une bande servie (Salle à manger, salles d’activité) ouvrant sur un jardin.

Le bâtiment se veut le plus discret et le plus léger possible dans le paysage. Un volume bas, simple et compact avec une toiture en pente douce couverte d’une étanchéité végétalisée. Ce volume est creusé pour abriter le préau au Sud et un auvent à l’Ouest. En partie centrale un lanterneau vitré à l’Est éclaire l’entrée.

Les façades Nord et Est et une partie de la façade Sud, au nu de la toiture, sont traitées en bardage de fibres-ciment gris clair teinté dans la masse. Cette peau, à l’aspect minéral, soigneusement calepinée, dialogue avec la pierre des murs de clôture et des bâtiments voisins sans mimétisme. Les façades Sud et Ouest, creusées dans le volume sont habillées d’un bardage bois en Douglas non traité composé de panneaux et de montants verticaux créant une modénature. Le bois, du Douglas du Morvan, purgé d’aubier sans traitement protégé par les débords de toiture se patine avec le temps et apporte une note plus sensuelle et chaleureuse.

La construction est conçue de façon à réaliser un ensemble vertueux sur le plan environnemental :
– au niveau des consommations et du confort (volume compacte et enveloppe performante, éclairage naturel des locaux, châssis de surventilation, protections solaires, VMC double flux)
– au niveau des matériaux utilisés (bois en structure, en façade, pour les menuiseries extérieures, pour l’isolation et pour les aménagements intérieurs, membrane sans PVC en toiture, sol caoutchouc).

Programme

Restaurant scolaire avec office de réchauffage et centre de loisirs

Détails

Concepteur(s) : SCPA PERCHE-BOUGEAULT- architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Communauté de Communes de Gevrey-Chambertin et de Nuits-Saint-Georges
Année de réalisation : 2018
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
800 m² + aménagements extérieurs et aménagements ponctuels des bâtiments existants
Coûts
1 601 635.00 € HT, valeur 2018. Ce prix comprend les aménagements extérieurs, les aménagements ponctuels des bâtiments existants, le mobilier fixe, le mobilier de la salle à manger et le matériel de l’office de réchauffage.
Distinctions / label
Lauréat dans la catégorie « aménagement intérieur » du prix de la construction bois en Bourgogne 2019.
Crédit photos : Jérome Beg

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Bois, Centre d'accueil periscolaire, Centre de loisirs, Cantine scolaire, Equipement scolaire

Date de mise à jour : 24 février 2023

Végétaliser une cour d’école

Rue Jules Védrines, 33500 Libourne
Végétaliser une cour d’école 11

Présentation

Comment transformer une cour bitumée en espace ludique et ombragé  ?

 

La cour était entièrement recouverte de bitume, créant des surchauffes l’été et empêchant le sol d’absorber correctement les eaux de pluie.

Un quart de la surface a été creusée et remplacée par des plantations en pleine terre de plusieurs types :

/ Une prairie fleurie a été installée aux pieds des arbres existants, 4 mûriers au centre de la cour, pour retrouver de la biodiversité.

/  Une «  lanière arborée   » d’arbres installés tout en longueur devant les classes procure de l’ombre aux enfants.

/ Des bosquets pédagogiques servent de support d’apprentissage aux enfants, en expliquant les différents cycles de vie de l’arbre selon les saisons et en proposant des activités liées, comme les nichoirs ou les bacs potagers juste devant.

 

Plan des aménagements   ©CAUEGironde d’après ©Atelier CLAP Paysagiste

 

Tous les arbres sont entourés de ganivelles, des clôtures en bois à l’aspect naturel.

Un mobilier en bois a été créé sur mesure : des bancs à l’ombre des arbres et un salon de lecture, à la fois banc et table, comme une «  estrade ludique  » au milieu des bosquets.

Un sol coloré au milieu de la cour sert de tapis de jeu et se poursuit même jusque sur le mur (au niveau du panier de basket).

Le projet a été élaboré en co-construction  par les enfants, enseignants, membres du périscolaire, techniciens et élus à l’aide d’une maquette-jeu mobile.

 

Avant   et    après les travaux, photos ©Atelier CLAP Paysagistes

 

Le calendrier des travaux  :

Démarrage des travaux : mi-juillet 2020

Phase 1 (terrassements, mobiliers, sol)  : été 2020

Phase 2 (plantations)  : toussaint 2020

Livraison : 25 novembre 2020

 

Concernant l’entretien, un carnet de gestion a été mis en place avec les services de la ville, une étape importante pour conserver les aménagements créés.

L’objectif est atteint ici. En plus de faire baisser la température et de mieux gérer les eaux pluviales, le projet apporte une dimension pédagogique, un apprentissage de la biodiversité basé sur l’expérience.

 

Le site de l’agence …

Programme

Aménagement paysager et biodiversité pour la cour de l’école élémentaire Sud

Détails

Concepteur(s) : Atelier CLAP Paysagiste
Maître(s) d'ouvrage(s) : Ville de Libourne
Année de réalisation : 2020
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
2 300m²
Coûts
72 864€ HT cout travaux (30€ HT/m2)
Crédit photos : Atelier CLAP

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Eau pluviale, Concertation, Cour de recreation, Biodiversite, Arbre, Permeabilite des sols, Aire de jeux

Date de mise à jour : 2 décembre 2022

Ecole des Lucioles – Une école sous le préau

Rue Philippe, 35680 Baulon
Ecole des Lucioles – Une école sous le préau 22

Présentation

La ville de Baulon a souhaité rassembler ses deux écoles sur un même site, en y associant un restaurant scolaire. Engagés sur les questions de construction durable, les élus souhaitaient un projet économe en énergie et exemplaire sur le plan environnemental. Ainsi, le projet s’appuie sur le choix de matériaux biosourcés et en circuit court, aussi bien pour la structure et le bardage (bois local) que pour l’isolation (fibre de bois, terre-allégée).

Trois nefs regroupent sous un même toit l’école, le restaurant scolaire, ainsi qu’un grand préau prenant place entre ces bâtiments, tout en préservant leurs orientations respectives au sud.
Inscrit dans une économie de projet serrée, cette cour couverte de plus de 400 mdouble la surface de la cour de récréation. Elle permet des usages extérieurs par toute météo. Elle devient également l’espace de distribution des différents locaux, minimisant les espaces de circulations chauffés. Ce lieu actif, entre intérieur et extérieur, caractérise fortement l’ambiance de l’école.
Des petits programmes ponctuent ce préau (bibliothèque, sanitaires…). Ils illustrent de façon didactique les points forts du projet et la démarche environnementale : valorisation de la filière bois, récupération des eaux pluviales, construction en terre issue du site.

La charpente bois des trois nefs reste apparente et structure les espaces extérieurs et intérieurs. Les grandes toitures permettent de gérer l’ensoleillement et la protection solaire (parties translucides, débords de toitures). De plus, elles permettent la récupération des eaux pluviales.
Par ailleurs, le cycle de l’eau est mis en scène au cœur de l’école par des noues plantées. Elles offrent des espaces végétalisés jusque sous le préau.
Enfin, les refends entre salles de classes sont réalisés en mur ossature bois avec remplissage en terre-fibres pour le confort acoustique et hygrothermique.

Le “chantier terre” a été le support d’une formation, d’un chantier participatif et d’ateliers avec les enfants, dans une optique de transmission des savoirs.
(Texte : Collectif Faro architectes)

Approche environnementale :
  • Utilisation de matériaux biosourcés en circuit court (bois local, terre issue du site, isolation laine de bois)
  • Gestion et récupération des eaux pluviales (noue et cuve de récupération enterrée)
  • Chantier de formation et participatif – construction terre crue
  • Chaudière bois collective à l’échelle de la commune
Valorisations :
  • Réalisation présentée au Off du DD 2023

Programme

Construction neuve d’une école maternelle 4 classes et d’un restaurant scolaire de 150 places

Détails

Concepteur(s) : FARO - architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Baulon
Autre(s) acteur(s) : SISBA - structure béton INGELIGNO – structure bois GEFI INGENIERIE - fluides-cuisine ECMS (ECONOMISTES DE LA CONSTRUCTION MORICE SUTEAU) - économie-OPC
Année de réalisation : 2020
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
Total : 682 m² SDP
Restaurant scolaire : 302 m² SDP
Ecole : 380 m² SDP
Préau : 410 m²
Espaces extérieur : 1 940 m²
Coûts
1 421 000 € HT (valeur 2020)
Distinctions / label
Lauréat du Prix du Public au Prix Architecture Espaces Bretagne en 2020
Crédit photos : François DANTART

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Equipement scolaire, Ecole maternelle, Cantine scolaire, Preau, Cour de recreation, Materiau biosource, Circuit court, Fibre, Rapport interieur-exterieur, Equipement sanitaire, Bibliotheque, Filiere bois, Gestion de l'eau, Noue, Vegetalisation, Ossature bois, Chantier participatif, Terre crue, Terre, Chauffage collectif, Recuperation de l'eau de pluie

Date de mise à jour : 23 août 2023

Cours arborées de l’école élémentaire Montesquieu

Rue de la commanderie, 45760 Boigny-sur-Bionne
Cours arborées de l’école élémentaire Montesquieu 2

Présentation

La commune s’est lancée dans la réflexion du réaménagement de la cour de l’école élémentaire Montesquieu suite à plusieurs constats : 

  • Une cour à dominante minérale, 
  • Des tilleuls qui ne se sont jamais développés et qui n’apportent pas d’ombre, 
  • Un enrobé dégradé et déformé par les racines des arbres,
  • Un équipement sportif inadapté, 
  • Une cour d’école classique en enrobé, sans proposer d’activités variées, 
  • Une modification des usages de la place des écoles pendant la période de la pandémie. 

Les objectifs de la commune ont été de créer un îlot de fraicheur dans l’esprit des cours oasis, en plantant des bosquets, et de mieux gérer l’eau de pluie. Un travail de concertation a eu lieu avec le bureau d’études paysagiste concepteur et les différents usagers.  

Qualité(s) d’usage 

Plusieurs espaces ont vu le jour avec du mobilier adapté : un espace dynamique et sportif coloré, un jardin d’éveil, un espace calme dédié notamment pour faire classe en extérieur (ouvert également aux habitants hors temps scolaire), une cour perchée sur la toiture terrasse pour les activités extrascolaires.  Les bosquets et les zones plantées permettent de créer des séparations entre les différents espaces et ainsi préserver les usages. 

Chaque seuil d’entrée/sortie dans les classes a été accompagné de murets et de plantations d’arbustes et de vivaces le long des façades. Les enfants utilisent les murets comme des assises et ceux-ci ont été déclinés dans la cour pour séparer les espaces.  

Dimension environnementale 

Des arbres, arbustes et vivaces ont été choisis selon plusieurs critères (intérêts pédagogiques, biodiversité, floraison et couleurs). Les enfants ont participé aux plantations.  Pour les parties non végétalisées, le sol a été recouvert de béton drainant, de couleurs claires. Entièrement perméable et végétalisé, ce nouvel aménagement permet une meilleure gestion des eaux pluviales et apportera à terme un véritable ilot de fraicheur aux élèves. 

 Intérêt(s) spécifique(s) 

Le projet utilise un espace supplémentaire qui était anciennement le parvis d’accueil de l’école élémentaire et de la médiathèque. L’espace est utilisé en “cour calme” pendant les temps de récréation et pour la classe dehors pendant le temps scolaire. En dehors de ces temps, la cour est ouverte à tous les habitants et usagers de la médiathèque.  

Programme

Transformation des cours de l’école élémentaire pour des espaces plus frais et adaptés aux besoins de l’enfant et amélioration de la gestion des eaux pluviales. 

Détails

Concepteur(s) : OLIVIER STRIBLEN SAS
Maître(s) d'ouvrage(s) : Boigny-sur-Bionne
Année de réalisation : 2022
Types de réalisation : Aménagement paysager Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
2014 m²
Coûts
227 620 € HT
Crédit photos : CAUE du Loiret (LF/LVD)

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Cour, Ecole, Plantation, Eau pluviale, Amenagement paysager, Jeu d'enfant, Permeabilite des sols, Plante d'ombre, Cour de recreation

Date de mise à jour : 25 mars 2024

Groupe scolaire “La Romaine”

Chemin des carrières, 30210 Vers-Pont du Gard
Groupe scolaire “La Romaine” 1

Présentation

Situer

La Romaine est une carrière de pierre abandonnée depuis 2014, située sur la commune de Vers Pont du Gard à proximité du centre ancien. Construire en pierre devient une évidence : la ressource naturelle se trouve sous nos pieds ! Le groupe scolaire se compose d’une école maternelle de 3 classes, d’une école élémentaire de 5 classes, d’une BCD, d’une restauration scolaire et des espaces extérieurs nécessaires au bon fonctionnement des écoles.

Revaloriser

Les blocs de pierre abandonnés dans la carrière sont récupérés et réutilisés pour construire le mur de soutènement. On aurait presque pu les amener sur des rondins de bois à la manière des romains. Les défauts façonnés par le temps sur les pierres de réemploi évoquent le passé ; en contraste avec la surface lisse des blocs plus récents. Ici, mémoire et modernité ne s’opposent pas en écho au patrimoine fort du village. Positionnées en lisière de la parcelle, ces pierres ne sont pas anecdotiques : par leur présence et mise en valeur, elles racontent l’histoire de la carrière. Son existence est prolongée, la mémoire de l’ancienne carrière existe et perdure à travers le bâtiment de l’école.

S’intégrer

Le nouveau bâtiment s’insère alors naturellement dans le tissu urbain et le paysage environnant la commune. En totale cohérence et harmonie avec le contexte existant, l’édifice ne dénote pas, évitant tout pastiche et gesticulation architecturale.
Tournée vers le Sud, la façade s’ouvre largement vers la cour et le coeur du village. Un travail précis de calepinage est entrepris à travers la répétitivité des ouvertures.
Grâce à ses deux parvis couverts en double hauteur, le bâtiment vient affirmer son caractère d’établissement public depuis la rue, les entrées sont facilement repérables. Afin de limiter l’emploi du béton, les grandes ouvertures sur le parvis de l’élémentaire sont réalisées en arc de pierre massive, en référence au Pont du Gard, patrimoine local. Ils viennent marquer l’entrée et cadrent des vues sur le massif des Gorges du Gardon au Sud-Ouest.
Le mur de soutènement en pierre permet de s’adapter à la déclivité du terrain pour une cour de plain-pied.
Cette solution rend possible la plantation d’arbres tout en évitant de purger le sol nativement dur, constitué de rochers affleurants. Les blocs de pierres (anciens et nouveaux) qui constituent le mur ne sont pas jointés afin de drainer naturellement l’eau : les creux viennent jouer le rôle de barbacane.
Côté rue, les passants, parents et enfants sont accompagnés jusqu’au parvis de l’école en toute sécurité : la pierre offre une matérialité qualitative et élégante, révélant la matière laissée brute.

Programme

Le Groupe scolaire de Vers Pont du Gard est situé sur les anciennes carrières de La Romaine, à quelques pas du centre ancien. Ce projet est l’occasion de participer au développement urbain de la commune, tout en offrant une seconde vie au site qui a contribué à façonner l’image de Vers Pont du Gard. La demande est alors clairement identifiée : il s’agit de construire un groupe scolaire en pierre massive prélevée et taillée sur place, avec une main d’œuvre et un savoir-faire local.
Il se compose d’une école maternelle de 3 classes, d’une école élémentaire de 5 classes, d’une BCD, d’une restauration scolaire et des espaces extérieurs nécessaires au bon fonctionnement des écoles. Il s’agit d’offrir un lieu propice au bon développement des enfants, fonctionnel et durable.

Détails

Concepteur(s) : Teissier Portal Architecture
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Vers-Pont du Gard
Année de réalisation : 2023
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
1346 m2
Coûts
2 980 021 € HT
Distinctions / label
Lauréat du Prix Départemental d'Architecture du Gard 2023
Crédit photos : Teissier Portal Architecture

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Ecole maternelle, Pierre, Pente, Integration paysagere, Cantine scolaire, Cour de recreation, Carriere, Taille de pierre, Reemploi, Ecole elementaire, Ecole, Groupe scolaire

Date de mise à jour : 4 janvier 2024

Groupe scolaire

15 rue Lauriers, 53300 Ambrières-les-Vallées
Îlot Mortier 1

Présentation

Sélectionné dans le cadre de APERÇUS 2022 – Prix départemental d’architecture, d’urbanisme et d’aménagement de Mayenne du CAUE 53.
Lauréat du Grand Prix dans la catégorie « Recomposer ».

 

CONTEXTE

Ambrières-les-Vallées est une petite commune rurale de l’Ouest de la France. Les écoles publiques se situent en bordure du centre-bourg, dans un espace mixte où s’entremêlent maisons individuelles isolées, terrains de sport et bâtiments techniques.
Le groupe scolaire d’origine se développait sur des niveaux exigus, le long d’une rue. Dépourvu de transition entre la rue et les cours ainsi que d’un espace intérieur commun articulant les deux écoles, l’établissement ne bénéficiait pas d’une organisation spatiale optimisant les cheminements qualitatifs et sécuritaires de ses jeunes écoliers.

Le programme visait à revoir le fonctionnement général, agrandir et regrouper les écoles tout en conservant leur fonctionnement.

DEMARCHE DE PROJET ET PARTI PRIS

Si le programme initial se limite à proposer de multiples rénovations et agrandissements dispersés, l’architecture du projet propose une stratégie fonctionnelle et économique globale sur le long terme.

Réhabiliter au maximum ce qui peut l’être, déconstruire ce qui ne peut être conservé et en profiter pour concevoir les nouvelles articulations de l’école.

Le parti architectural s’appuie sur la volonté de concevoir des espaces robustes, flexibles et évolutifs, et vise à faire le plus possible avec peu : peu de moyens, peu de ressources.

Le projet prend le parti économique et pédagogique de tout montrer :
– Matériaux bruts, pérennes, peu transformés
– Matériau bois encouragé pour bilan carbone
– Préfabrication pour travaux en site occupé
– Réseaux apparents pour maintenance et économie de doublages

Apparaissent alors dans ce nouveau paysage d’éveil et d’apprentissage, murs en ossature bois, structure porteuse poteaux poutres bois, mur parement bois ajouré, pré-murs béton en soubassement, menuiseries extérieures aluminium et acier, parquet chêne lames sur chant, revêtement acoustique bord à bord de type Knauf Organic Fibres, réseaux (chauffage, ventilation, chemins de câbles, etc.).

Le nouveau parvis permet d’accéder au hall d’accueil du groupe scolaire, véritable espace pivot formant le lien entre plusieurs sous-espaces :
– l’école élémentaire et sa cour
– l’école maternelle et sa cour
– le centre de loisirs
– le restaurant scolaire

De la même manière, mais avec une différence de niveau de +1.80m, les deux écoles forment désormais des «L» autour de leurs nouvelles cours. La toiture de l’extension se prolonge de part et d’autre pour créer des préaux en forme de galerie. Au centre de l’extension, une double circulation sur deux niveaux permet de desservir les nouvelles salles de classe maternelle et élémentaire. Cet espace, largement ouvert et éclairé de manière zénithal, devient un lieu d’échange et de partage entre les différentes générations.

Le groupe scolaire n’est plus mono orienté mais il adopte dès lors une double orientation.

GESTION DU CHANTIER

Le chantier a eu la particularité de se dérouler en site occupé, mené en cinq phases et s’étalant sur 3-4 ans.

La stratégie du projet permet une exécution des travaux en deux principales phases de construction, tout en maintenant l’utilisation des locaux à tout moment. Il profite de la démolition programmée de logements collectifs sur l’arrière de l’école pour s’y développer. Une première extension voit le jour, alors que les écoles fonctionnent sans changement.

LE PETIT MOT DE L’ARCHITECTE

« Une des clefs de la réussite du projet est la relation de confiance mise en place entre les interlocuteurs, malgré les contraintes et les réajustements permanents du projet jusqu’à la livraison. Le rôle de l’architecte consiste à expliquer le projet auprès des élus, des compagnons sur le chantier. L’ouverture d’esprit, l’écoute et la confiance du conseil municipal au travail des concepteurs ont appuyé les choix proposés, le recours à des matériaux bruts, bio-sourcés, les réseaux laissés apparents …, dans un cadre de contraintes financières fortes (coût de construction en fin de chantier : 1 100 € HT/m2 SP créée). »

Article rédigé par le CAUE de la Mayenne sur la base des écrits fournis par la maîtrise d’œuvre.

Programme

Rénovation et extension d’un groupe scolaire composé de :

  • Une école maternelle et sa cour
  • Une école élémentaire et sa cour
  • Un centre de loisirs
  • Un restaurant scolaire

Détails

Concepteur(s) : TBA (Tristan BRISARD ARCHITECTE)
Maître(s) d'ouvrage(s) : Mairie d’Ambrières-les-Vallées
Année de réalisation : 2022
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
Surface planchée créée : 1 285 m²
Surface planchée rénovée : 1 325 m²
Coûts
Coût total des travaux : 3 000 000 € HT
Distinctions / label
Lauréat du Grand Prix Départemental du Cadre de Vie de la Mayenne - Aperçu 53 dans la catégorie Recomposer
Lauréat du Architecture Masterprize dans la catégorie Educational Buildings
Lauréat du Prix d’Architecture ADC Awards dans la catégorie Enseignement
Crédit photos : Simon Guesdon

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Ecole maternelle, Equipement scolaire, Extension de batiment, Groupe scolaire, Ossature bois, Bois

Date de mise à jour : 4 janvier 2024

Groupe scolaire Françoise Héritier

37 boulevard Yves Farge, 69007 Lyon 7e Arrondissement

Présentation

Le groupe scolaire Françoise Héritier marque l’entrée du quartier des Girondins par sa sobriété et sa monochromie qui permet une adaptabilité, invite à une appropriation libre des espaces et garantissent son intemporalité dans ce quartier en cours de construction.

L’école reprend certains principes des « écoles Jules Ferry », notamment ses préaux massifs. Le bâtiment donne une place importante à la luminosité. Les ouvertures cadrent les vues sur l’environnement, notamment sur la toiture végétalisée. Une partie du toit est mobilisé par le terrain de sport, permettant ainsi de libérer de la place pour développer de généreux espaces extérieurs. Le principe de différenciation des accès pour les maternelles et les primaires sont respectés, les espaces collectifs étant situés au centre de l’ensemble et sont accessibles par les deux ailes.
Simples et claires, les matières confèrent une ambiance de sérénité à l’ensemble, renforcé par la trame de la façade.

Texte CAUE Rhône Métropole

Programme

Construction d’un groupe scolaire marquant l’entrée du quartier des Girondins de 18 classes : dont 8 classes maternelles et 10 classes élémentaires, un gymnase, un restaurant scolaire ainsi que des espaces extérieurs. Le travail autour de la lumière et de la matière respecte le besoin de modernité et le passé industriel du site. Le positionnement en toiture du terrain de sport libère l’espace nécessaire à de généreux espaces extérieurs.

Détails

Concepteur(s) : AA GROUP BAMAA
Maître(s) d'ouvrage(s) : Ville de Lyon
Année de réalisation : 2019
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
4 037 m² surface de plancher
Coûts
7 600 000 € HT
Crédit photos : Renaud Araud

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Toiture-terrasse, Groupe scolaire, Performance energetique, Toiture vegetalisee

Date de mise à jour : 8 janvier 2024

Groupe scolaire Claude Schilmoller et cuisine centrale

895 rue de Boran, 95820 Bruyères-sur-Oise
Groupe scolaire Claude Schilmoller et cuisine centrale 4

Présentation

La nouvelle école de Bruyères-sur-Oise positionnée en entrée de ville propose de revisiter les fondamentaux de l’architecture traditionnelle brioline en dessinant les contours d’une bâtisse qui s’inspire de la longère. L’architecture du projet évoque ainsi le souvenir des constructions vernaculaires et traditionnelles rurales de corps de ferme, symbolique sollicitée en tant qu’enceinte sécurisante de l’apprentissage s’articulant autour des cours de récréation. Ce projet met en œuvre des matériaux locaux témoins de l’histoire du Val d’Oise : la pierre massive issue de la carrière de Saint Maximin, la tuile plate et le recours massif à la construction bois (structure, façades et aménagements intérieurs).

En superstructure, les volumes en pignons sont réalisés en maçonneries lourdes de pierres naturelles massives de taille assurant le contreventement longitudinal de chaque aile tout en apportant une forte inertie aux espaces intérieurs. Entre ces volumes maçonnés, les structures se composent d’une charpente en BLC réalisée suivant un système unique, simple et régulier de portiques espacés tous les 2.0m composés de deux piédroits articulés en pieds et encastrés en tête à leur traverse brisée suivant les deux rampants (volume libre sans entrait). Ce schéma structurel ouvert permet de revoir aisément la configuration des espaces intérieurs dans ce grand volume capable. Des MOB et caissons de toitures remplies de laine de bois en atelier sont ensuite assemblées sur site pour assurer une parfaite étanchéité de la bâtisse.

L’approche du projet vise à créer un bâtiment sobre et pérenne s’insérant entre les champs et les habitations pavillonnaires. La conception bioclimatique du projet s’attache à tirer profit des apports passifs en hiver tout en se protégeant de la surchauffe des périodes les plus chaudes. L’orientation des façades, l’épaisseur du bâti (longères de 12m), l’inertie des matériaux utilisés suivant les orientations, la dimension et protection des ouvertures sont autant de conditions mises en relation avec les contraintes du projet. Le projet est certifié E3C1 avec un recours massif aux matériaux locaux bio et géosourcés : pierre massive, tuiles plates et bois. La trame structurelle sans refend intermédiaire permet aisément la mutation de l’école en un autre équipement ou l’extension du groupe scolaire.

Programme

Groupe scolaire et cuisine centrale (700 repas) : 6 salles de classe, 1 salle d’évolution, 1 salle de motricité, réfectoire, 2 préaux, 2 cours de récréation, jardins pédagogiques, parvis, parking professeurs, aire de logistique

Détails

Concepteur(s) : Tracks Architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Ville de Bruyères-sur-Oise
Année de réalisation : 2022
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
2000 m2 bâtis + 6124 m2 extérieurs
Coûts
7 124 303 € HT
Crédit photos : Guillaume Amat

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Realisation architecturale, Equipement scolaire, Groupe scolaire, Ecole maternelle, Ecole elementaire, Cantine scolaire, Cour de recreation, Jardin pedagogique, Architecture bioclimatique, Materiau biosource, Pierre, Tuile, Bois, Architecture vernaculaire

Date de mise à jour : 25 mars 2024

Désimperméabilisation de la cour d’école

Impasse des Ouvas , 74210 Doussard
Désimperméabilisation de la cour d’école 5

Présentation

Plus verte mon école

La commune de Doussard, située au bout du lac d’Annecy au sein du Parc Naturel Régional du massif des Bauges, abrite une école élémentaire distinguée par sa démarche pédagogique innovante et son engagement en faveur de la permaculture. Inspirée de la pédagogie Freinet, qui place l’élève au cœur du projet éducatif, l’équipe éducative de Doussard a toujours entrepris des projets coopératifs en lien avec la nature. En 2020, lors du confinement, Laurent Clerc, directeur de l’école depuis 15 ans, et son équipe ont l’idée de repenser entièrement la cour d’école. L’objectif est simple : « créer un espace plus vert et propice à la découverte du vivant tout en réinventant des dynamiques collectives et du lien post-confinement » confie Laurent Clerc. Au-delà de la végétalisation de la cour, le projet fédère une véritable dynamique communale autour de l’écologie et de l’engagement citoyen.

Extrait de la fiche « Références » – Rédaction de Grégoire Domenach

Programme

Le projet porte sur la végétalisation de la cour d’école avec la création de quarante espaces et un réel objectif à la fois écologique et pédagogique.

Détails

Concepteur(s) : Ekosystem - Adrien Auzeil
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Doussard
Année de réalisation : 2021
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
6000 m2
Coûts
80000 € TTC
Crédit photos : Béatrice Cafieri

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Ecole, Cour de recreation, Vegetalisation, Espace exterieur, Ecologie urbaine, Action pedagogique

Date de mise à jour : 3 avril 2024

Construction d’une école maternelle et d’un restaurant scolaire

20 route des Aiguillons , 74380 Nangy
Construction d’une école maternelle et d’un restaurant scolaire 1

Présentation

Vers un imaginaire durable

La commune de Nangy, située à proximité de l’agglomération du Grand Genève, a vu sa population doubler au cours des trente dernières années, passant de 700 à 1 600 habitants. La combinaison de cette forte croissance démographique avec l’obsolescence du bâtiment administratif qui accueillait les tout-petits a mis en évidence le besoin de fournir une nouvelle école maternelle pour le village, en complément du groupe élémentaire existant. Lancé en 2017, sous l’ancienne mandature, le projet a été repris et concrétisé par le nouveau maire, Laurent Favre, et son équipe municipale. Ceux-ci étant désireux de bâtir une école exemplaire, leurs choix se sont portés sur des matériaux durables avec un faible impact environnemental et nécessitant peu d’entretien. Le nouvel équipement public a été adopté à l’unanimité par la communauté locale. Son succès repose sur une étroite collaboration et un dialogue constant entre l’équipe de Design & Architecture, des élus à l’écoute, des enseignants et ATSEM (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) investis, ainsi que des parents d’élèves inclus dès les premières réflexions autour de la construction du bâtiment. Cette approche a permis de conjuguer les visions, les aspirations et les retours d’expérience concernant les besoins concrets des enfants.

Extrait de la fiche « Références » – Rédaction de Grégoire Domenach

Programme

Ce projet porte sur la construction d’une école maternelle avec trois classes, un atelier ainsi qu’un restaurant scolaire.  Elle dispose également d’une cour végétalisée. Le choix des équipements s’est porté sur des matériaux durables avec un faible impact environnemental et nécessitant peu d’entretien.

Détails

Concepteur(s) : Design & Architecture
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Nangy
Année de réalisation : 2022
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
1560 m2
Coûts
4 200 000 € HT
Crédit photos : Béatrice Cafieri

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Construction, Ecole maternelle, Toiture vegetalisee, Jardin pedagogique, Isolation thermique, Panneau solaire

Date de mise à jour : 3 avril 2024

Désimperméabilisation de l’école du Nord

118 rue de la Préfecture, 21000 Dijon
Désimperméabilisation de l’école du Nord 2

Présentation

Les ateliers de concertation avec les enfants et les enseignants ont apporté des changements significatifs qui ont nourri le projet. Le programme visait à désimperméabiliser les sols pour créer un îlot de fraîcheur, encourager la biodiversité et soutenir l’initiative de “l’école du dehors”.

Le nouvel aménagement, conçu en collaboration avec les enfants et les adultes a transformé la cour en enrobé en un espace verdoyant. En plus d’apporter de la fraîcheur, un potager a été développé et un espace dédié à “l’école du dehors” a été créé. Les élèves ont exprimé le souhait d’utiliser des matériaux naturels dans l’aménagement, comme le bois.

La cour offre désormais des petits parcours de motricité et une fontaine, en plus des incontournables d’une cour de récréation comme une marelle ou un terrain de foot. Les élèves ont aidé à planter des plantes vivaces, des arbres fruitiers, ce qui renforce leur implication.

Le projet vise également à mieux gérer l’eau de pluie. Des copeaux de bois ont été disposés autour des arbres et des pavés drainants ont été installés. Ainsi, l’eau s’infiltre dans le sol plutôt que d’être envoyée dans le réseau, ce qui profite également à la végétation.

Ce projet d’aménagement de la cour de récréation est un exemple de comment une école peut intégrer la nature dans son environnement, tout en sensibilisant les élèves à l’importance de la gestion de l’eau et de la biodiversité.

Programme

Désimperméabilisation des sols de la cour d’école. Le nouvel aménagement vise à créer un îlot de fraîcheur, favoriser la biodiversité, encourager «l’école du dehors», contribuer à l’éducation à l’environnement et envisager l’ouverture de la cour au public hors périodes scolaires

Détails

Concepteur(s) : Agence Mayot-Toussaint - paysagistes concepteurs
Maître(s) d'ouvrage(s) : Ville de Dijon
Année de réalisation : 2023
Types de réalisation : Aménagement paysager Aménagement urbain
Surface(s)
1 550 m²
Coûts
300 000 € HT
Crédit photos : Agence Mayot et Toussaint, Paysagistes concepteurs DPLG

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Cour de recreation, Jeu pour enfant, Mobilier pour enfants, Sol, Biodiversite, Concertation, Gestion de l'eau, Permeabilite des sols, Plante, Arbre, Revegetalisation

Date de mise à jour : 25 mars 2024

Extension du groupe scolaire Vincy

70 route du Julliard, 74330 La Balme-de-Sillingy
1

Présentation

Une école pleine d’enseignements

Le contexte démographique de La Balme-de-Sillingy, en fort développement, du fait de sa proximité avec Annecy et la qualité de son cadre de vie, exigeait une réflexion sur l’extension et la réhabilitation du groupe scolaire de Vincy. La récente construction d’un tissu résidentiel formé de pavillons, de maisons individuelles, de lotissements et de logements collectifs autour de l’école, dans un paysage à fort caractère agricole, a incité la commune et l’architecte Patrick Maisonnet à élaborer une démarche respectueuse des circulations piétonnes, ainsi qu’une extension discrète et soignée. Outre la réhabilitation de l’école, deux préaux ont vu le jour, mais aussi une extension avec des locaux dédiés au périscolaire, un réfectoire dont l’esthétique fera date, une salle multi-activités et de nouvelles salles de classe. Ici, même l’architecture devient un outil pédagogique.

Extrait de la fiche « Références » – Rédaction de Grégoire Domenach

Programme

Le projet consiste à la réhabilitation partielle d’un des deux bâtiments de l’école, et à la construction d’une extension. La réhabilitation de l’un des deux bâtiments a permis la création de nouveaux sanitaires, d’une salle de classe supplémentaire et d’une bibliothèque à la place de l’ancienne cantine scolaire et l’extension a permis de développer un espace confortable et lumineux.

Détails

Concepteur(s) : Patrick Maisonnet et Chaveneau Ohashi architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Mairie de la Balme-de-Sillingy
Année de réalisation : 2021
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
845 m2
Coûts
2 455 000 € HT
Crédit photos : Béatrice Cafieri

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Equipement public, Bois, Beton, Enseignement, Extension, Rehabilitation, Groupe scolaire, Ecole elementaire, Ecole maternelle

Date de mise à jour : 25 mars 2024

Extension du groupe scolaire

25 route de Cornier , 74800 Amancy
1

Présentation

Remettre l’école au centre du village

Est-ce parce que la commune d’Amancy signifiait autrefois, en franco-provençal, “petit-bois”, que l’on retrouve désormais cette avancée de façade proéminente, constituée massivement de bois sur la rue principale ? D’apparence, le nouveau bâtiment du groupe scolaire ressemble à une grange de nos vallées alpines, posée sur un sous-bassement maçonnée, avec un faîtage et une toiture à double pans en accord avec le tissu existant. Commune en pleine expansion démographique, située entre le Faucigny et le Genevois, dont le dynamisme s’explique par la croissance de La Roche-sur-Foron et la proximité avec Genève, Amancy avait logiquement porté ses besoins sur la rénovation de l’école et son extension, dont l’expression architecturale devait prolonger les qualités esthétiques de l’église néo-gothique, la mairie et le château. Le programme comprenait par ailleurs le raccord du parvis de la mairie avec celui du groupe scolaire, ainsi qu’un accès PMR et un ascenseur en communs. Pour répondre à ces multiples enjeux, le trio d’architectes Nelly Guyot, Olivier Poulet et Bernard Vaudaux-Ruth ont réalisé une structure qui invite à retourner sur les bancs de l’école…

Extrait de la fiche « Références » – Rédaction de Grégoire Domenach

Programme

Ce projet porte sur l’extension d’une école.  La construction comprend deux étages qui surplombent le préau et l’entrée.  Une passerelle a été créée pour relier l’ancienne école à la nouvelle. Le bois est à l’honneur dans les salles de classe notamment, et apporte une ambiance champêtre très agréable.

Détails

Concepteur(s) : N&BO architectes associés
Maître(s) d'ouvrage(s) : Mairie d'Amancy
Année de réalisation : 2021
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
1114 m2
Coûts
3 585 000 euros TTC
Crédit photos : Béatrice Cafieri

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Enseignement, Bois, Metal, Beton, Extension, Groupe scolaire, Extension de batiment, Equipement scolaire

Date de mise à jour : 25 mars 2024

Extension du groupe scolaire des Prés-de-la-Fontaine

3 avenue du docteur Palluel , 74160 Saint-Julien-en-Genevois
1

Présentation

L’école de la vie

La modernisation du groupe scolaire des Prés-de-la-Fontaine, à Saint-Julien-en-Genevois, devait répondre à des enjeux de croissance démographique sur la commune, tout en optimisant le cadre d’apprentissage. Ce programme a ainsi abouti à la réalisation de quatre salles de classe supplémentaires, un nouveau réfectoire, un agrandissement notable de la superficie de la cour, où la végétalisation est à l’honneur, ce qui permet désormais à l’établissement de proposer des espaces pédagogiques différenciés (bibliothèque, pôle enseignant, périscolaire, salle de motricité). Élaboré par l’agence d’architecte Plages Arrière, le projet repose sur une extension dont l’écriture contemporaine se marie harmonieusement avec l’identité des lieux, associés à une mise aux normes en matière d’accessibilité et un bâti aux vertus bioclimatiques. S’étendant sur un seul niveau — avec 761 mètres carrés de surface de plancher — l’extension joue avec les vides et la géométrie du site pour développer des circulations subtilement pensées, un grand confort d’usage, mais aussi une esthétique chaleureuse et conviviale.

Extrait de la fiche « Références » – Rédaction de Grégoire Domenach

Programme

Ce projet porte sur l’extension d’un groupe scolaire. On y trouve quatre salles de classe supplémentaires, un nouveau réfectoire, une cour agrandie, une nouvelle entrée et une végétalisation importante.  On notera que le bois occupe une grande place dans cette extension avec une présence affirmée du bois massif, un bardage en mélèze et des éléments de façades en douglas.

Détails

Concepteur(s) : Plages Arrière Architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Mairie de Saint-Julien-en-Genevois
Année de réalisation : 2021
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
1938 m2
Coûts
3 009 616 euros HT
Crédit photos : Béatrice Cafieri

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Equipement public, Enseignement, Bois, Beton, Groupe scolaire, Extension de batiment

Date de mise à jour : 25 mars 2024

Aménagement de la cour de l’école maternelle du Petit Prince et de ses abords

Rue du Breil, 44690 La Haye-Fouassière
Aménagement de la cour de l’école maternelle du Petit Prince et de ses abords 8

Présentation

Le projet concerne à la fois l’aménagement paysager de la cour de l’école maternelle publique et de ses abords en un jardin urbain.

La cour d’école maternelle

Dans une volonté d’aménagement du quartier dédié à l’enfance, nous avons été mandatés par la ville de La Haye-Fouassière pour une mission de faisabilité pour l’aménagement de la cour d’école maternelle. Cette première approche nous a permis d’appréhender cette cour qui s’est révélée complexe incluant un espace limité pour l’évolution des élèves, une topographie marquée, des sols imperméables dégradés et des constructions structurelles fortes présentes sur site. Autant d’éléments marquants moteurs premiers de la créativité. Nous avons mené notre réflexion en concertation avec l’équipe enseignante et plusieurs parents d’élèves. Sur la base d’un programme initial amendé de leurs souhaits, nous avons tiré parti du site et de ses contraintes pour développer un aménagement global de la cour et de ses abords.

 

Comme de nombreuses cours, celle-ci est scindée en deux espaces défini en fonction des âges et niveaux. Les plus petits explorent un large espace engazonné avec de la déclivité, structures de jeux et bacs à sable. Les plus grands évoluent sur un espace plat, bruyant et imperméable avec des vélos et tricycles à disposition.

 

Nous avons souhaité pour la cour des petits atténuer la perception de déclivité, supprimer les structures potentiellement accidentogènes et favoriser l’évolution et l’exploration de l’intégralité de l’espace disponible.

 

Nous avons conçu l’aménagement autour de la structure circulaire et marquante qu’est le bac à sable central. Un développé de lignes courbes s’est naturellement dégagé, matérialisé par des emmarchements colorés et murets bas. Ceux-ci permettent l’intégration de terrasses et d’un deuxième bac à sable, éléments phares fortement sollicités par les élèves. Thème important, l’accès à la partie haute (initialement fermée en période hivernale) fut possible par l’intégration de pavés enherbés. Ils permettent désormais aux élèves d’évoluer en toutes saisons et d’accéder aux structures de jeux.

 

L’agrandissement de la cour des grands fut une nécessité. Initialement restreinte et encaissée entre des murs de soutènement, Elle permet maintenant l’évolution des élèves sans contraintes. Le niveau sonore est atténué, la pratique du vélo plus libre et les zones d’expérimentations diverses.

 

Chacune des cours intègre une zone apaisée, à l’écart permettant de répondre aux besoins des élèves souhaitant être au calme.

 

Sur demande de l’équipe enseignante, deux préaux furent intégrés dès la phase de faisabilité. Point essentiel, aucun abri n’existait dans l’enceinte de la cour. Cette mission de conception fut confiée à l’agence Sixième rue. La végétalisation des toitures apporte maintenant ombre et fraicheur à la cour (la valeur ajoutée de cette végétalisation est primordiale à l’ambiance végétale et au souhait recherché de cour d’école désimperméabilisée).

 

La périphérie du site, zone reculée de l’aménagement fut transformée en micro-forêt. Sensibilisés en amont par leurs enseignantes à ce nouveau biotope, les élèves de grande section ont été amenés à réaliser avec nous une action de plantation sur une matinée ; 300 jeunes plants ont été plantés pour former une jeune haie bocagère.

 

L’accessibilité est également une thématique forte développée dans le cadre de ce projet. L’ensemble des salles de classes et les préaux sont désormais accessibles depuis la cour. Le respect de ces exigences et normes en vigueur fut un préalable essentiel. Les pentes ont donc été revues, les marches supprimées et les revêtements adaptés. Un travail sur la matérialité, la perméabilité et les variations de teinte a été mené pour aboutir à ce résultat.

 

Le jardin urbain

Mandaté par la ville pour l’aménagement de cet ancien parking dédié à l’équipe pédagogique de l’école maternelle, nous avons présenté un projet répondant à la demande d’un « Jardin stationné ». Notre projet, en lien direct avec l’imaginaire de l’enfance, explorait le concept de « Jeu de L’Oie ». Le projet de jardin stationné a évolué pour devenir un jardin urbain intégrant en partie centrale une surface de glisse urbaine « Pumptrack ». D’un développé de 45 mètres linéaires pour une surface de 100 m² en enrobé beige, cet élément ludique central permet la motricité des enfants dans l’espace sans interruption en draisienne, vélo, trottinette et roller.

 

Initialement utilisé comme zone de stationnement pour l’équipe pédagogique de l’école, ce site connut une évolution de programme suite à la présentation de l’esquisse pour redonner l’espace aux enfants en sortant la voiture de l’espace. Idéalement situé à proximité de l’école maternelle, cet espace offre un terrain d’expérimentation idéal pour les touts petits. Conçu pour eux ; on y retrouve, en complément du micro-pumptrack, une cabane de jeux en bois coloré et à toiture végétalisée, des rochers jouant un rôle de soutènement des terres et permettant les jeux d’équilibre et enfin la possibilité de récolter de petits fruits.

 

Concrètement, nous avons souhaité métamorphoser ce site initialement identifié comme îlot de chaleur en espace de fraîcheur. Cela s’est traduit par la plantation d’une micro-forêt en cœur de site, par une désimperméabilisation des sols, la mise en valeur de l’unique arbre existant, la couverture végétalisée de la terrasse et par la plantation dense de végétaux arbustifs et des petits fruitiers.

 

L’aménagement est d’autant bénéfique qu’il a permis, réalisant les travaux en site occupé, un usage transitoire, du jardin urbain en guise de cours de récréation.

(Texte de l’Atelier 360°)

Programme

Aménagement paysager d’une cour d’école maternelle et requalification d’un espace de stationnement aux abords en jardin urbain : désimperméabilisation des sols, végétalisation et construction de deux préaux

Détails

Concepteur(s) : ATELIER 360 - paysagistes concepteurs SIXIEME RUE - architectes-urbanistes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de La Haye-Fouassière
Année de réalisation : 2024
Types de réalisation : Aménagement paysager Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
Cour d’école : 2 190 m²
Préaux : 90 m² + 42 m²
Jardin urbain : 1 220 m²
Coûts
Cour d'école : 148 980 € HT + 61 000 € HT
Préaux : 176 500 € HT
Jardin urbain : 128 000 € HT
Crédit photos : Pierre Le Guennec, Atelier 360°

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Equipement scolaire, Ecole maternelle, Cour de recreation, Ecole, Amenagement paysager, Amenagement des abords, Aire de stationnement, Chantier participatif, Vegetalisation, Cloture, Topographie, Pente, Aire de jeux, Jeu pour enfant, Jardin en terrasses, Accessibilite, Preau, Ombriere, Boisement, Haie bocagere, Permeabilite des sols, Cabane, Requalification urbaine, Toiture vegetalisee, Arbre fruitier

Date de mise à jour : 28 mai 2024

Aménagement des espaces extérieurs du pôle enfance Le P’tit bonheur

22 rue Jean-Louis Maillard, 44130 Bouvron
Aménagement des espaces extérieurs du pôle enfance Le P’tit bonheur 10

Présentation

Un nouvel équipement qualitatif

La valorisation de la cour et des abords du pôle enfance (entrée, parvis, parking, aménités d’accueil, clôture, vélos, assises, etc.) font partie intégrante du projet d’équipement, dont le programme global prévoit une école maternelle, une école élémentaire en extension, un accueil périscolaire, une cour d’école, des parkings et des abords. Outre la qualité des bâtiments, l’équipement scolaire se distingue nettement par le soin apporté à ses espaces extérieurs :

  • les arbres existants sont conservés et protégés : le sol n’est pas entièrement enrobé mais paillé d’écorces ou sablé ;
  • la cour est conçue pour la sérénité des enfants et du personnel grâce à l’absence de recoins, et l’écrin protecteur d’une lisière arborée en interface avec la route ;
  • les espaces bordant les cours valorisent le rapport au vivant avec l’introduction de pâturages pour les vaches et la restauration d’une mare pédagogique servant d’abreuvoir ; 
  • un coin terrasse arboré est aménagé pour le repos des parents et des enfants. Il inclut des bacs à jardiner et un « bosquet-ball » ;
  • chaque classe s’étend au sud vers un espace extérieur couvert, face à des prés où pâturent les animaux de l’école ;
  • le pôle maternelle se positionne comme support pédagogique pour apprendre à vivre au quotidien la transition écologique ;
  • des parvis sont aménagés pour mettre l’école à distance du parking, dans une ambiance intimiste. Ils offrent un espace convivial et sécurisant avec vue sur la cour ;
  • les arbres existants et en port libre marquent l’entrée de l’école et ombragent les façades ainsi qu’une bande plantée généreuse en seuil de bâti ;
  • les usages des surfaces imperméabilisées sont optimisés et les eaux de ruissellement occasionnées sont infiltrées dans des noues plantées.

Des principes de base : la concertation et la mutualisation des espaces

La concertation intégrée (PCI) est un des principes de base du projet. Ce temps pris au départ du projet s’avère un gain de temps pour la suite du projet.
Par exemple, la clôture basse (inférieure aux 2 mètres recommandés par le plan Vigipirate) est issue d’une discussion avec les parents. Elle a été acceptée par l’inspectrice. L’espacement des lattes est large, économe en matière, perméable à la faune.
Les jeux simples, naturels et bas (sous 1 m) sont choisis en concertation avec le bureau de contrôle, et avec un “bon sens” conforté à l’usage.
Les services espaces verts de la collectivité sont également concertés pour réfléchir aux solutions en partant de l’organisation existante.

Les surfaces imperméabilisées font l’objet d’usages mutualisés pour les optimiser. Le parking enrobé, vide en dehors des heures de stationnement sert ainsi également de piste d’athlétisme. Quant au “bosquet ball”, il sert de terrain de jeux pour le public le week-end.

Des espaces à la fois naturels et pratiques, supports à la pédagogie par la nature

La conception du pourtour de la cour maternelle est faite pour contenir les matériaux meubles au centre de la cour et pour offrir des assises ; une banquette en bois autour du bac à sable crée ainsi un espace de repos et de contemplation. Du sable et des copeaux sécurisent les enfants tout en protégeant le pied d’arbres existants. L’entretien du bac à sable consiste à recharger le sable tous les ans et à le changer tous les quatre ans. Les feuilles, ramassées une fois par an, servent à la pédagogie.
Le nivellement et l’accessibilité se dessinent pour répondre aux besoins sans s’imposer dans le paysage. Ainsi les seuils bâtis sont accessibles par une pente pour personnes à mobilité réduite (PMR) intégrée. Les enfants les balayent à tour de rôle pour les entretenir. La cour et les jeux sont encaissés de 40 cm au centre.
Le sablé au sol et le mobilier, dans des matériaux et couleurs naturels, adoucissent les abords. La clôture pare-ballon se veut fonctionnelle mais transparente.

L’arrière des salles de classe est pensé comme un espace en continuité du bocage environnant, avec une vraie place donnée au vivant, avec des prairies libres ou pâturées et des espaces d’expérimentation par classe. Un enclos abritant les moutons et une mare sont accessibles ponctuellement avec les enseignants. Ces espaces permettent une pédagogie autour de la biodiversité.

Une authentique place faite au végétal

Les aménagements pérennisent et valorisent l’arbre :

  • dans la cour élémentaire l’enrobé sous les arbres a été décrouté et végétalisé ;
  • sur le parking, une fosse d’arbres longitudinale a été dimensionnée pour le bon développement des arbres, avec un traitement simple du pied d’arbres en prairie libre, et une bordure chasse-roue en traverse de bois ;
  • l’équipement sportif sobre, constitué de deux terrains sportifs, s’intègre dans un environnement entouré d’arbres à l’ombre rafraîchissante.

Une généreuse place est accordée au végétal pour créer de la fraîcheur tout en facilitant l’entretien :

  • pieds de murs plantés de vivaces et massifs arbustifs généreux en port libre dans lesquels les enfants peuvent s’isoler ;
  • bacs surélevés de plantes comestibles faciles à cultiver et à cueillir (menthe, fraises, framboises, etc), associées à une vigne palissée pour créer une verticalité ;
  • grandes surfaces engazonnées ;
  • nombreux arbres existants pérennisés et petits bosquets plantés, comme des fruitiers ;
  • haies bocagères à l’arrière des classes et connexion avec les haies alentours, intégrant notamment des noisetiers, des charmes, de l’aubépine. Plantés sous forme de baliveaux, peu coûteux, ils se sont bien développés ;
  • nouvelles plantations non allergènes. Pour autant, les végétaux qui préexistaient, comme les bouleaux, n’ont pas été éradiqués.

L’entretien de ces espaces extérieurs est estimé à 200 heures de travail par an pour les services techniques. La tonte simplifiée est différenciée selon les lieux et sa fréquence est espacée pour varier le rendu et les paysages. Les arbustes et les arbres en port libre ne nécessitent pas de taille. Ainsi, le gain de temps est engendré par un changement de paradigme dans l’entretien plutôt que par la privation du végétal.

(Texte : CAUE de Loire-Atlantique)

 La démarche paysagère en résumé :

  • Processus de Concertation Intégrée (ateliers participatifs avec Wigwam)
  • Restauration d’entrée de ville
  • Desserte cars, dépose minute et parking voitures mutualisé en piste d’athlétisme
  • Adressage clair de chaque entité
  • Mise aux normes d’accessibilité pour personne à mobilité réduite (PMR)
  • Parc sportif avec banc et pare ballon en structure bois : « le bosquet’ball »
  • Création de cours enherbées, enrobées, sablées avec bacs à sable géants
  • Création de jardins pédagogiques : potager, petits fruits, prairies
  • Création d’une mare pédagogique avec quai, et passerelle bois
  • Régénération des haies bocagères
  • Gestion économique des remblais et déblais sur site en bandes boisées
  • Récupération des eaux pluviales (arbres, animaux, mare)
  • Prés pour vaches et moutons

Rôles :

  • Architecte mandataire : Atelier Belefant Daubas
  • Paysagistes concepteurs : La Terre Ferme
  • AMO Concertation : Wigwam

Programme

Aménagement paysager des espaces extérieurs d’un pôle enfance : stationnements, cours, bosquet’ball, prés, mare

Détails

Concepteur(s) : ATELIER BELENFANT DAUBAS - architectes LA TERRE FERME - paysagistes concepteurs
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Bouvron
Année de réalisation : 2015
Types de réalisation : Aménagement paysager Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
2,6 ha
Coûts
Espaces extérieurs : 656 000 € HT soit 25 € HT/m² et 70 € HT/m² ramené aux espaces utilisés
Total : 3 500 000 €
Distinctions / label
Lauréat de la biennale de Venise 2016
Lauréat du Prix Aperçus 2017, prix départemental d'architecture, d'urbanisme et d'aménagement de Loire-Atlantique
Crédit photos : Sébastien Argant, La Terre Ferme | CAUE de Loire-Atlantique | Jean-François Mollière

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Equipement scolaire, Amenagement paysager, Cour de recreation, Amenagement des abords, Parking, Parvis, Vegetalisation, Arbre, Cloture, Mobilier pour enfants, Ecole maternelle, Ecole elementaire, Paturage, Prairie, Paillage, Lisiere, Mare, Pedagogie, Potager, Pre, Terrasse, Gestion de l'eau, Eau pluviale, Noue, Permeabilite des sols, Mutualisation, Athletisme, Ruissellement, Concertation, Sable, Banc, Accessibilite, Personne a mobilite reduite, Entretien, Gestion differenciee, Jeu pour enfant, Bocage, Milieu rural, Haie bocagere, Passerelle, Jardin pedagogique, Bosquet, Materiau biosource

Date de mise à jour : 6 juin 2024

Aménagement des espaces extérieurs du groupe scolaire Le Lieu Utile

32 Rue Pasteur, 44340 Bouguenais
Aménagement des espaces extérieurs du groupe scolaire Le Lieu Utile 5

Présentation

Genèse du projet

Au départ, c’est une maison de particulier construite en 1968 sur un terrain vague en proches des champs. Les propriétaires y ont planté eux-mêmes des arbres et des haies, créant un jardin et clairière arborée aujourd’hui classé en EBC dans le PLUm.

En 2019, l’association le Lieu Utile y implante une école privée à pédagogies actives. Au cœur d’un jardin forêt vivrier, elle propose une alternative à des enfants dont les troubles et besoins particuliers ne sont pas pris en charge par le système classique.

Le contact à la nature est au cœur de la pédagogie développée par l’école et inspirée de la pédagogie Decroly. La cour est donc souhaitée dès le départ comme un espace sensoriel, foisonnant et arboré dans lequel le vivant a libre cours, et dont le bitume est tout simplement banni quelque-soit l’usage.

Véritable jardin, la cour s’est enrichie au fil du temps, des projets pédagogiques et de la contribution de chacun, bénévole, parent, enfant et personnel pédagogique. Ce laissé-faire a créé un univers offrant une mine d’apprentissages sans cesse renouvelés.

Au-delà de l’école, un accompagnement à la parentalité avec des ateliers les weekends, un lieu ouvert sur l’extérieur comme un tiers lieux, des visites tout public, des chantiers d’insertion de jeunes en décrochage scolaire, etc.

Situation de l’école et insertion dans le site

L’école se situe dans un quartier résidentiel, très proche du parc du Clos Julien qui permet des sorties aisées pour élargir la classe dehors.
Simple, l’espace se compose d’une vaste prairie entourée de bosquets sous lesquels prennent place une multitude de jeux libres et usages réinventés.

Une prairie centrale est mise en défends pour éviter le piétinement et faire place à la biodiversité. Des chemins ont été délimités par les enfants avec des piquets et le sol recouvert d’écorces de bois broyat et branches issus du site. Un espace périphérique est laissé volontairement en libre évolution : les plantes sont épineuses, les troncs empilés, c’est un réservoir de biodiversité abritant des crapauds, insectes : les enfants le savent et les protègent. Des pots retournés suspendus créent des refuges pour perce-oreilles,

Un petit cimetière des animaux est réservé, en faisant un sujet pour la classe.

La clôture de la cour est en ganivelle, à claire-voie et ne dépasse pas 1m, ce qui permet aux enfants d’avoir un horizon visuel dégagé et de ne pas se sentir oppressés. La question de sécurité vigipirate n’a pas été un frein à cet aménagement, outre le passage d’un gendarme pour en vérifier l’existence. La peur de l’intrusion n’est pas un sujet central.

On trouve des réservoirs d’eau de récupération pour l’arrosage du jardin, les enfants sont habitués à utiliser cette eau en priorité et une fois écoulée seulement, celle d’un petit point d’eau près de la terrasse. Un préau sert à s’abriter et accueille une estrade pour le projet annuel de théâtre et un tableau pour la classe dehors.

Les enfants peuvent arpenter la cour tranquilles, ce n’est pas un problème pour la propreté des classes: ils quittent leurs chaussures pour des chaussons, dans lesquels ils sont plus à l’aise en classe. Ils disposent aussi de bottes et des tenues de pluie pour aller dehors par temps pluvieux. Le matériel est étiqueté et rangé dans des casiers à l’entrée de l’école.

La propreté des classes n’est pas un sujet qui crispe les adultes. Enfants (charges partagées) et parents bénévoles assurent le ménage de l’école. La pédagogie offre aux enfants une liberté précieuse, celle d’expérimenter dans plusieurs domaines y compris à l’intérieur : en arts, en création de décors de théâtre par exemple. Tout cela salit mais fait partie de la vie quotidienne au sein de l’école.

Une approche environnementale

Le parc de 7 000 m² a été labellisé refuge LPO. Il comporte une mare de 60 m² en contrebas dans une zone excentrée et inondable du PLU et 4 000 m² d’Espace Boisé Classé (EBC). Les arbres ont fait l’objet d’un diagnostic sanitaire réalisé par l’ONF au printemps 2020. Les travaux de mise en sécurité ont été réalisés par des élagueurs professionnels en 2020. Les étudiants BTS GPN du lycée Nature ont réalisé un diagnostic faune et flore préalable à une proposition de plan de gestion. Par ailleurs dans le cadre de leur projet, ils ont fait des travaux de curage de la mare (méthode manuelle). Cela renforce la biodiversité déjà constatée (grenouilles, tritons, odonates, oiseaux…). Le site dispose d’un jardin où est concilié espace de jeu naturel pour les enfants et espace de culture vivrière. Un plan d’implantation des poches de culture et de plantations d’arbres vivriers est réalisé selon le design de permaculture. L’objectif est que ce site soit exemplaire pour former et sensibiliser tous les publics. Les enfants de notre école apprennent au quotidien à reconnaître les traces de la faune sauvage présente : écureuil, martre, fouine, renard… Le but : concilier présence humaine et vie sauvage en ville : reconnaître, préserver, renforcer, diffuser.

La question des usages pédagogiques, récréatifs, et de l’entretien

Les enfants expérimentent beaucoup dans cet espace ombragé généreux où ils sont à l’aise pour créer. Ils portent parfois des choses lourdes, les déplacent, ils creusent des trous en terre et éprouvent leurs limites. Ils composent grâce aux nombreuses pièces détachées naturellement présentes et qui n’ont rien couté : branches, rondins issus des coupes, cailloux, végétaux, palettes: tout l’existant est utilisé.

L’idée du foot est récente et elle a été amenée par un des enfants, mais ce n’était pas le jeu favori au départ. Les enfants ont concédé eux-mêmes que si on joue au milieu du jardin, on détruit la flore et la faune locale, on a trop chaud, donc ils ont élu un lieu en périphérie du jardin, à l’ombre des arbres.
Le sol en terre est un peu cabossé mais ce n’est pas un problème, cela crée un nouveau challenge. Les plus passionnés se sont lancés dans la confection d’un filet en macramé sur mesure.

Un petit bac à sable a été fabriqué. L’école étant attentive au risque des déjections animales, le choix a été de le couvrir le soir, à la main, avec une bâche cousue sur mesure. Cette précaution n’a rien coûté et n’a pas réclamé le choix d’un équipement complexe de catalogue. Une cabane polyvalente a été fabriquée pour y faire des jeux polyvalents et mixtes, pour faire de la dînette ou simplement se cacher et s’isoler

Un espace de jardinage et de potager borde la prairie : radis, artichauts, tomates, petits arbustes fruitiers y sont cultivés sous la forme d’ateliers en petits groupes aux niveaux mixtes les jeudis après-midi (qui tournent sur trois semaines, encadrés par des bénévoles de l’association). Les enfants peuvent manier de vrais outils stockés dans une cabane de jardin ouverte, et même participer au bricolage avec l’aide des parents ou de bénévoles, dans la mesure de leurs possibilités.

Les enfants ont le droit de grimper aux arbres, notamment dans de beaux pins tortueux, car rien ne l’interdit dans une cour d’école. La règle c’est de faire ce qu’on se sent capable de faire, de ne pas dépasser 3m et de savoir en descendre seul.
Un Sophora Japonica très ancien datant des premiers occupants, au feuillage pleureur crée une vraie cabane de fraîcheur pour s’isoler au calme.

Attenante à une classe on trouve une petite terrasse ombragée où y mener des discussions en groupe et des ateliers, des cours et les déjeuners dès que la météo le permet.

Un jardin d’aromatiques a été planté pour être utile à la restauration scolaire, proche du bâtiment.

(Texte : CAUE de Loire-Atlantique)

Approche environnementale :

  • Labellisation Refuge LPO

Financement :

  • Auto-financement

Programme

Groupe scolaire associatif pour 39 élèves :

  • Réhabilitation d’une maison en école
  • Aménagement des espaces extérieurs incluant une mare, un espace boisé classé et une prairie

Détails

Maître(s) d'ouvrage(s) : Association Le Lieu Utile Ancenis
Année de réalisation : 2020
Types de réalisation : Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
Espaces extérieurs : 7 000 m²
Bâti : 250 m²
Coûts
Aménagement du jardin : 19 000 € TTC
Diagnostic visuel et sonore des arbres : 2 100 € TTC
Elagage et mise en sécurité du site : 13 000 € TTC
Fourniture de clôture en ganivelle (posée par des bénévoles) : 1 500 € TTC
Citernes eaux pluviales : 120 € TTC
Sable du bac à sable : 80 € TTC
Chemin PMR en stabilisé sur 60 m : 2 200 € TTC
Crédit photos : CAUE de Loire-Atlantique

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Groupe scolaire, Ecole maternelle, Ecole elementaire, Cour de recreation, Amenagement paysager, Chantier participatif, Autoconstruction, Mutualisation, Equipement scolaire, Pedagogie, Permeabilite des sols, Tiers-lieu, Tissu pavillonnaire, Rehabilitation architecturale, Reconversion de batiment, Prairie, Bosquet, Biodiversite, Potager, Permaculture, Espace boise classe, Boisement, Materiau de recuperation, Materiau vegetal, Materiau naturel, Reemploi, Terrain de sport, Football, Insecte pollinisateur, Cabane, Jeu d'enfant, Recuperation de l'eau de pluie, Eau pluviale, Preau, Plante aromatique, Cloture, Ganivelle, Experimentation, Mare, Pin

Date de mise à jour : 27 mai 2024

Requalification de cours d’école et parvis du groupe scolaire du Coudray

20 rue du Coudray, 44000 Nantes
Requalification de cours d’école et parvis du groupe scolaire du Coudray 3

Présentation

Un réaménagement des accès et abords du site

L’allée piétonne d’accès au groupe scolaire longe la façade nord du bâtiment en extension et permet de relier la rue du Coudray à la rue du Tyrol. Cette allée en quai (environ 25cm au-dessus de l’espace planté) bénéficie de la présence de beaux arbres (Tulipiers de Virginie, Catalpas, Cèdre de l’Atlas, et Pins), confortés par la plantation de nouveaux sujets et de massifs d’arbustes et de vivaces au pied du mur conservé. Des plateformes en caillebotis permettent un élargissement de l’allée au niveau des zones de plus fort usage telles que les accès aux locaux vélo/trottinettes et le parvis d’entrée.

 

Redonner du confort et de nouveaux usages aux cours

Chacune des cours développe une complémentarité d’espaces pour répondre aux aspirations des enfants telles que des activités ludiques propices à la motricité, des lieux de calme et d’imagination. Tout en privilégiant des sols clairs et perméables et un maximum d’ombrage sous canopée, les espaces sont qualifiés par leur dénivelé, les densités de plantations la nature et la dureté des sols avec un minimum de mobilier. Ainsi, la cour élémentaire présente une lisière épaisse plantée d’une haie vive et accompagnée d’un mail aléatoire d’arbres sur un sol en copeaux complémentaire de l’espace actif dans le prolongement du préau et de la « pinède » sur sable. Associée à l’extension du périscolaire, à l’articulation entre les deux cours, une plateforme légèrement rehaussée en pavés drainants, plantée d’un tilleul isolé, permet à la fois des pauses confortables pour le personnel enseignant, d’orienter et d’organiser les flux vers le réfectoire, ou encore de faire classe à l’extérieur. La cour maternelle utilise le dénivelé avec la future venelle métropolitaine en limite sud pour proposer une pelouse renforcée largement plantée de merisiers et d’érables champêtres et des estrades en bois.

(Texte : Texte des paysagistes concepteurs La forme et l’usage)

Programme

Requalification des espaces extérieurs du groupe scolaire Le Coudray : aménagement d’une venelle de desserte du groupe scolaire, d’une cour élémentaire, d’une cour maternelle et de jardins pédagogiques

Détails

Concepteur(s) : LALU (LA FORME ET L'USAGE) - paysagistes concepteurs
Maître(s) d'ouvrage(s) : Ville de Nantes
Autre(s) acteur(s) : EGIS - TCE
Année de réalisation : 2023
Types de réalisation : Aménagement paysager
Surface(s)
Venelle : 820 m²
Cour élémentaire : 1 338 m²
Cour maternelle : 995 m²
Jardins pédagogiques : 280 m²
Coûts
Espaces extérieurs : 366 000 € HT
Crédit photos : La forme et l'usage

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Equipement scolaire, Groupe scolaire, Cour de recreation, Amenagement paysager, Allee, Liaison pietonne, Arbre, Vegetalisation, Restauration ecologique, Parvis, Accessibilite, Permeabilite des sols, Plante d'ombre, Lisiere, Preau, Centre d'accueil periscolaire, Pavage, Venelle, Ecole primaire, Ecole maternelle, Ecole elementaire, Haie, Enfant

Date de mise à jour : 23 mai 2024

Cour de l’école de l’Argelier

Avenue de Bientina, 13210 Saint-Rémy-de-Provence
Cour de l’école de l’Argelier 9

Présentation

À Saint-Rémy-de-Provence, la rénovation des cours d’écoles prend une toute nouvelle dimension avec le projet des cours oasis. Inspirée par une approche participative et collaborative, cette démarche vise à transformer les espaces de récréation des élèves en un lieu où se mêlent nature, jeux et pédagogie tout en s’inscrivant dans la transition écologique.

Contexte

Saint-Rémy-de-Provence est une commune des Bouches-du-Rhône. Son équipe municipale a porté le projet de requalification de la cour de l’école de l’Argelier dans l’optique d’en faire un modèle pour d’autres à venir.

L’aménagement des extérieurs de l’école a été conçu dans une démarche participative, impliquant les élus de la commune et les nombreux acteurs de la cour – élèves, enseignants, agents d’entretien, animateurs -.  Le partage et la mise en commun des différents regards sur l’espace de projet a nourri la réflexion pour un nouvel aménagement. L’ensemble du processus -concertation, travaux et plantations- s’est déroulé sur 18 mois, garantissant aux élèves ayant participé aux réflexions de voir et de profiter du fruit de leur travail.

Conception paysagère

Les travaux d’aménagement ont commencé par la requalification des sols avec l’excavation de la terre argileuse, et l’installation d’un système d’infiltration et de rétention d’eau, permettant à l’eau d’être évacuée sous 48 heures au bénéfice des plantations.

L’espace a été partagé en plusieurs d’espaces :

  • Des zones dynamiques de sports et de jeux d’escalade
  • Des zones de discussion et de repos avec des bancs, des scènes et des cabanes
  • Des zones d’observation

Une charte est écrite pour chaque zone, indiquant ce que chacun à le droit de faire ou non et responsabilisant ainsi les élèves. Chacune possède son propre code couleur pour plus de clarté.

Les surfaces plantées partitionnent l’espace et apporteront à long terme, fraîcheur et régulation thermique permettant de lutter contre les effets d’îlot de chaleur. On y retrouve arbres, arbustes et vivaces. Elles sont entourées, dans les premiers temps, de petites ganivelles afin d’éviter les piétinements et de favoriser la pousse des végétaux.

Les allées desservant les classes sont en béton drainant. Elles servent aussi d’espace de transition sur lequel les enfants peuvent débarrasser de leurs chaussures les gravillons, feuilles et copeaux de bois avant de rentrer dans les classes. Les élèves sont impliqués dans le nettoyage de la cour cinq minutes avant la fin de chaque récréation, avec la mise à disposition de balais et de matériel adapté.

L’équipe d’animation a initié la création d’un potager, équipé d’un récupérateur d’eau de pluie pour sensibiliser les enfants au cycle de l’eau. Dans la continuité des réflexions menées lors  de l’aménagement de la cour d’école, des nichoirs ont été construits.

Cette approche globale et inclusive fait des cours d’école de véritables lieux de vie, de jeu et d’apprentissage, contribuant à créer un environnement scolaire favorable au bien-être et à l’épanouissement de chacun.

Programme

  • Opération de désimperméabilisation et de végétalisation de cour d’école
  • Approche participative
  • Requalification des sols

Détails

Concepteur(s) : CERRETTI : BET VRD Kanopé - paysagiste concepteur
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Saint-Rémy-de-Provence
Autre(s) acteur(s) : Action éducative et vie locale
Année de réalisation : 2023
Types de réalisation : Aménagement paysager Equipement scolaire / universitaire
Surface(s)
Cour de l'école - 2 800 m²
Arrière cour et chemin - 1500 m²
Coûts
650 000 € HT
Crédit photos : CAUE 13

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Ecole, Cour de recreation, Vegetalisation, Plante d'ombre, Economie d'eau, Usage de l'eau, Stockage d'eau, Recuperation de l'eau de pluie, Sol argileux, Jeu pour enfant, Mobilier pour enfants, Jeu pedagogique, Sport de plein air, Sport, Zone d'importance communautaire pour les oiseaux, Fontaine, Gradin, Sensibilisation, Education a l'environnement, Action educative, Ecole primaire, Concertation

Date de mise à jour : 27 mai 2024