L'Observatoire CAUE
13/07/2024
17:13

Sélection

32 ouvrages
1
Equipement touristique et de loisirs

Gites ruraux des Tropes

/
Jupilles (72)
Cabanes Saint-Jacques 1
Equipement touristique et de loisirs

Cabanes Saint-Jacques

/
Raveau (58)
1
Equipement sportif

Reconstruction du refuge du Nid d’Aigle

/
Saint-Gervais-les-Bains (74)
1
Equipement touristique et de loisirs

VILLAGE DE VACANCES FAMILLES – Le Gentil à La Plagne – Montalbert

/
Aime-la-Plagne (73)
1
Equipement touristique et de loisirs

Un Hôtel de charme au Naturel “LES ESCLARGIES”

/
Rocamadour (46)
1
Equipement touristique et de loisirs

La grange de cassan, Le “18-72” à Lacam d’ourcet

/
Sousceyrac-en-Quercy (46)
1
Equipement touristique et de loisirs

Domaine du Broual, la grange-étable

/
Saint-Pierre-Toirac (46)
1
Equipement agricole

Rénovation d’une ferme en maison et chambres d’hôtes

/
Bailleul (59)
1
Equipement touristique et de loisirs

Gîte rural “La Grenouillère”

/
Plainoiseau (39)
1
Equipement touristique et de loisirs

4 gîtes BBC au Lac des Sapins

/
Cublize (69)
1
Equipement touristique et de loisirs

Gîtes contemporains passifs La Haute Molune

/
La Pesse (39)
Hameau hébergement éco-touristique 1
Equipement touristique et de loisirs

Hameau hébergement éco-touristique

/
Malauzat (63)
5
Equipement touristique et de loisirs

Aménagement d’un gîte rural dans une ancienne étable

/
Sonchamp (78)
1
Equipement touristique et de loisirs

La ferme du Marais Girard : écolodge au bord de l’océan

/
Bretignolles-sur-Mer (85)
Equipement touristique et de loisirs

Gites communaux

/
Savigny-en-Véron (37)
7
Equipement touristique et de loisirs

Cabanon Pomme de Pin

/
Gevrey-Chambertin (21)
9
Habitat individuel

Transformation d’une ferme en gîtes

/
La Réole (33)
3
Habitat individuel

Ensemble touristique sur l’étang de la Chaux

/
Alligny-en-Morvan (58)
1
Equipement touristique et de loisirs

LA CITÉ LACUSTRE

/
Chanaz (73)
5
Equipement touristique et de loisirs

Complexe touristique Boisrouge

/
Flagey-Echézeaux (21)
1
Equipement touristique et de loisirs

Chambres d’hôtes – Élément terre

/
Baudrières (71)
3
Equipement touristique et de loisirs

Transformation de la gare en gîtes et espaces d’expositions

/
Leuglay (21)
1+1=1 4
Equipement touristique et de loisirs

1+1=1

/
Guérande (44)
2
Equipement touristique et de loisirs

Gîte du Domaine de l’Avenir

/
Nozay (44)
3
Habitat individuel

Moulin de Rix

/
Rix (58)
Aménagement touristique de l’étang du Marnant 8
Equipement touristique et de loisirs

Aménagement touristique de l’étang du Marnant

/
La Nocle-Maulaix (58)
Constructions dans le cadre de l’aménagement du bassin et du canal 2
Equipement touristique et de loisirs

Constructions dans le cadre de l’aménagement du bassin et du canal

/
Cercy-la-Tour (58)
Bloasis, gite en bois et paille 1
Equipement touristique et de loisirs

Bloasis, gite en bois et paille

/
Oncy-sur-Ecole (91)
Refuges du plateau d’Ambel 3
Equipement touristique et de loisirs

Refuges du plateau d’Ambel

/
Omblèze (26)
Réhabilitation et extension de l’Auberge Nordique 21
Equipement touristique et de loisirs

Réhabilitation et extension de l’Auberge Nordique

/
Le Grand-Bornand (74)
Eco Lodge “Les Echasses” 1
Equipement touristique et de loisirs

Eco Lodge “Les Echasses”

/
Saubion (40)
Gîte rural à Fréterive
Equipement touristique et de loisirs

Gîte rural à Fréterive

/
Fréterive (73)

Gites ruraux des Tropes

Hameaux des Gites ruraux, 72500 Jupilles
1

Présentation

En bordure de bourg, s’étire un champ sur lequel existe un ancien bâtiment. En face, la forêt domaniale de Bercé, plantée depuis plus d’un siècle. A côté, une parcelle de forêt régénérée : de jeunes chênes d’une dizaine d’années. Dans ce site, les maîtres d’ouvrage ont décidé d’implanter un hameau de sept gîtes ruraux. Ces bâtiments sont destinés à accueillir pendant de courtes périodes, tout au long de l’année, des estivants “en mal de vert”, désireux de se reposer et de visiter en famille le village de Jupilles, la Vallée du Loir et bien sûr, la proche forêt classée aux chênes élancés de plus de trente mètres. Face à ce désir de nature, de forêt, il faut éviter l’écueil du lotissement et trouver une manière harmonieuse de traiter la bordure du bourg. Chaque gîte est conçu comme une boîte qui disparaît derrière une haie de même hauteur ; celle-ci double par sa matière végétale la nature minérale des murs. Les ouvertures du gîte sont pratiquées au travers de la haie, chaque gîte dispose d’un abri extérieur pour ranger vélos et matériels annexes. Une piscine complétera l’ensemble, elle sera chauffée l’hiver. La “pool-house” est là pour plus de convivialité : un lieu privilégié, où l’on se partage les équipements que d’ordinaire on ne trouve que dans de grandes opérations. L’ensemble du site est paysagé à la manière d’une prairie sauvage. (Duncan Lewis) Nominé pour le prix grand public de l’architecture 2003 7 maisons individuelles pour la location

Programme

Conception et construction d’un hameau de 7 logements de vacances, en lisière de forêt. Réhabilitation d’une ancienne ferme, bâtiment d’accueil. Construction d’une piscine.
Aménagement paysager du site.

Détails

Concepteur(s) : DUNCAN Lewis Scape Architecture
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Jupilles
Année de réalisation : 1997
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
1100 m²
Coûts
1 200 000 euros (TTC)
Crédit photos : CAUE de la Sarthe

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Amenagement paysager, Equipement touristique et de loisirs, Gite rural, Hebergement touristique, Prix d'architecture

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Cabanes Saint-Jacques

Chemin de la Fontaine, 58400 Raveau
Cabanes Saint-Jacques 1

Présentation

Ce projet de reconversion de patrimoine architectural consiste à créer en zone forestière, dans une friche industrielle datant du 18e siècle, un hébergement vert de grande capacité composé de 20 lits.

Il utilise le niveau n+1 de la grande halle existante en nichant des cubes de bois sous l’ancienne charpente, qui surplombent ainsi la cour intérieure à ciel ouvert. Les toitures ont été par ailleurs restaurées.

(Claudine Muller)

Programme

Réhabilitation d’anciennes forges en hébergement touristique de grande capacités (20 lits)

Détails

Concepteur(s) : RADIGUE Jean-Louis - architecte
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2005
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
243 m² SHON 872 m² (SHOB)
Coûts
245 000 € (HT), communiqué par le maître d'ouvrage
Crédit photos : CAUE 58

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Bardage, Bois, Chambre d'hote, Friche industrielle, Hebergement touristique, Ossature bois, Patrimoine architectural, Reconversion de batiment

Date de mise à jour : 2 octobre 2022

Reconstruction du refuge du Nid d’Aigle

Les Glaciers, 74190 Saint-Gervais-les-Bains
1

Présentation

Le programme du refuge du Nid d’Aigle est un choix clair : celui d’un lieu dans lequel les alpinistes peuvent se réfugier en cas d’intempérie ou faire étape dans leur ascension.

Dans un volume compact sont ainsi logées des chambres et une grande salle d’accueil. Malgré son accès aisé, le refuge est bien une construction de haute montagne, et son installation dans le site est guidée par le recherche d’un compromis entre sécurité, discrétion et agrément. Cela se lit dans son écriture architecturale.

A l’arrière, un long mur courbe forme une étrave destinée à protéger la construction des avalanches. Il s’agit de la seule partie construite en maçonnerie, l’essentiel de la construction ayant été bâti en structure bois, matériau qui facilite l’intégration paysagère et qui est aisément transportable par hélicoptère. En outre, le bois contribue au confort thermique de l’édifice, qui doit être, du fait de son éloignement des réseaux, le plus économe possible. A ce titre, des capteurs solaires sont installés sur le toit.

Le refuge associe les signes d’une architecture technique de haute montagne et ceux d’une architecture domestique en proposant un volume simplement dessiné aux finitions de qualité : habillage de pierres locales, bardage en bois non traité, couverture en cuivre. Depuis la salle aux poutres rayonnantes et aux grandes baies vitrées comme depuis la terrasse, les clients peuvent profiter d’un superbe panorama.

Par sa situation singulière et son architecture adaptée, le refuge se comprend ainsi comme l’ultime limite de l’espace civilisé aux portes du monde de la haute montagne.

 

 

 http://www.caue74.fr/

http://www.caue74.fr/referentiel/divers/autre-equipement-public/reconstruction-du-refuge-du-nid-d-aigle.html

 

 

Programme

Réalisation conçue pour héberger les alpinistes et recevoir de nombreux touristes.

Détails

Concepteur(s) : MÜLLER Gaston - architecte
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Saint-Gervais-les-Bains
Année de réalisation : 2006
Types de réalisation : Equipement sportif
Surface(s)
SHON : 242, 80 m² . SHOB : 300 m² .
Coûts
Coût des travaux : 1 043 000 € HT.
Crédit photos : CAUE74

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Architecture, Bois, Detail d'architecture, Environnement, Loisir, Paysage, Refuge de montagne, Sport

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

VILLAGE DE VACANCES FAMILLES – Le Gentil à La Plagne – Montalbert

73210 Aime-la-Plagne
1

Présentation

Le centre de vacances de La Plagne – Montalbert a été construit en 1972 à une altitude de 1 550 m. Il a été modifé en 1980 par le cabinet d’architectes Paul Renaud.
Les normes et exigences constructives de l’époque sont aujourd’hui obsolètes. Cet équipement touristique exigeait une restructuration et une rénovation.
L’équipe choisie pour ce projet répond avec une solution constructive porteuse : le bois.
En effet, ce choix répond parfaitement au sujet :
– la rénovation exige de répondre aux nouvelles réglementations thermiques et à un meilleur confort environnemental,
– le chantier se réduit aux périodes sans neige ; la mise en œuvre doit être efficace,
– le contexte géographique et climatique permet d’avoir de la matière première à portée de main qui s’intègre parfaitement au paysage montagnard.

La réhabilitation thermique, la surélévation et l’extension sont des exercices de plus en plus courants : les solutions techniques et la légèreté qu’offre le bois sont des atouts pour ces projets.
Le centre de vacances a bénéficié d’une belle transformation qui atteint le niveau « Bâtiment Basse Consommation », une première pour une résidence de tourisme en France.
Le projet se décompose en trois parties :
–  la rénovation thermique par l’extérieur avec l’installation d’une ventilation double fux pour les espaces communs et une ventilation hygroréglable pour les chambres,
–  trois surélévations de l’existant pour augmenter la capacité d’accueil du centre,
– une extension sur 3 niveaux.

Aujourd’hui, de l’extérieur, on ne distingue plus l’ancien bâtiment ; le traitement des façades a permis d’unifier toutes les interventions supplémentaires.
Le matériau bois est à la fois utilisé pour la construction, pour le parement et pour le chauffage.
En effet, le centre de vacances s’est doté d’une chaudière à plaquettes forestières de 350 kW avec un silo de 90 m3, ce combustible se trouve localement et en abondance.
Pour la construction, les murs, les façades et les planchers sont en ossature bois avec un isolant en laine de roche.
Les menuiseries sont en double vitrage et en pin, lasurées noires.
Les bois d’ossature sont massifs et la charpente des toitures terrasses gravillonnées est en douglas.
Le mélèze est l’essence qui compose les vêtures ajourées des façades. Les tableaux des menuiseries sont habillés de panneaux 3 plis mélèze peints en jaune ou orange.
La provenance des essences utilisées est l’est de la France et l’Autriche. Une traçabilité des bois a été effectuée sur demande des architectes.
Le volume total de bois utilisé est de 200 m3.
La mixité des matériaux à l’intérieur comme à l’extérieur caractérise aussi ce projet car la structure existante est en béton, la solution constructive bois est adaptée à la structure existante par la légèreté et elle est soulignée par l’utilisation du métal pour les garde-corps, les escaliers…
Les façades sont épurées et élégantes, les détails d’exécutions sont précis et valorisent l’utilisation du bois dans la construction.
Le projet s’intègre dans le paysage savoyard été comme hiver.

 

texte de Marion FOURNEL, architecte

Programme

Restructuration  et rénovation en bois  d’un centre de vacances.

Détails

Concepteur(s) : Designers : Studio Totem (Lyon) Paysagistes : Itinéraire Bis (Lyon) TECTONIQUES - architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : SCI CAP VACANCES Patrimoine
Autre(s) acteur(s) : BE Environnement : exNdo (Lyon) BE Structure : IGBat (Avignon) BE Structure bois : Arborescence (Bourg-Saint-Maurice)
Année de réalisation : 2010
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
SHON : 4 840 m²
Coûts
5 965 000 €
Crédit photos : Isabelle FOURNIER - Photographe

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Bois, Renovation de batiment, Tourisme, Village de vacances

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Un Hôtel de charme au Naturel “LES ESCLARGIES”

46500 Rocamadour
1

Présentation

Démarche de la maîtrise d’ouvrage

Lorsque les futurs propriétaires envisagent la réalisation d’un projet hôtelier, ils le veulent «à échelle humaine», d’une qualité en accord avec l’identité patrimoniale du site. Cherchant dans un premier temps un bâti ancien de caractère à réhabiliter, ils s’orientent finalement vers une construction neuve et choisissent le site des “Esclargies».  Ce lieu-dit, situé sur le plateau calcaire de l’Hospitalet, surplombe la cité médiévale de Rocamadour. La parcelle boisée est représentative du paysage des Causses du Quercy et le projet architectural tirera son identité du caractère du site.

Souhaitant proposer un établissement respectueux de cet environnement exceptionnel, les propriétaires ont travaillé à l’obtention de plusieurs labels valorisant leur démarche.
Le Conseil Régional, le Conseil Général, la DREAL et l’Europe ont soutenu le projet pour sa démarche de qualité. Les études de définition ont été menées en coopération avec plusieurs structures.
Une étude conduite avec l’ADFPAT a permis d’affiner la faisabilité et le programme : un hôtel 3* de 16 chambres, sans restauration. Suivi par un comité de pilotage associant les collectivités, la CCI, l’ADT, le PNR et l’architecte, le montage du projet a duré 2 ans.
Consulté en amont, le CAUE du Lot a joué un rôle dans l’accompagnement du projet vis-à-vis de ces différents partenaires.

Implantation et conception
L’esprit des lieux
L’hôtel bénéficie d’un cadre naturel d’exception, à proximité de la cité et du site classé de Rocamadour. Le site est occupé par une vieille chênaie et délimité par des murets en pierres sèches. Ce contexte constitue un écrin paysager qui contribue à caractériser fortement le projet. La maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’oeuvre se sont accordées pour concevoir cette construction dans le plus grand respect du lieu. Le but recherché a été à la fois de préserver le site mais également de le valoriser, en cherchant à le donner à voir.
Le bâtiment est implanté dans une petite clairière (« esclargie » en vieux français) au nord de la parcelle, sur un espace plat, proche d’un accès desservi par un chemin rural. Cette implantation a permis de préserver tout le couvert végétal de chênes et d’érables et de limiter les mouvements de terrain.
L’emprise des cheminements et des parkings est réduite au minimum et dessinée par l’implantation des arbres. Le revêtement de gravier calcaire préserve la perméabilité des sols. L’aspect intime et pittoresque du chemin rural pénétrant dans la chênaie et longeant les murets de pierres sèches est ainsi conservé.

Une piscine prend place à l’Est du terrain. Une clôture assure un accès sécurisé, en couvrant un périmètre plus large que le contour proprement dit de la piscine. Doublée par une haie champêtre, elle s’efface par sa finesse et son tracé au milieu des arbres.

L’architecture locale revisitée
Le bâtiment se développe sur deux niveaux, décomposés en deux volumes décalés reliés par un corps central. La toiture à faible pente qui se règle au niveau de la frondaison des arbres, (contrairement à l’architecture locale traditionnelle), renforce l’intégration du bâtiment dans le site.
L’architecture offre une écriture clairement contemporaine. Elle établit cependant de fortes connivences avec l’architecture traditionnelle, par la mise en œuvre de matériaux nobles comme la pierre locale et le chêne massif.
Un traitement rythmé des pignons, avec des maçonneries d’angle en pierres et des ouvertures étroites en lanière, contribue à donner son assise à l’édifice.
En contraste, la partie centrale est traitée en galerie, avec une ossature en béton qui permet d’ouvrir largement les façades. Le remplissage vitré renforce les jeux de transparences et les liens avec l’extérieur.
Les façades des chambres sont traitées par un bardage en chêne massif qui exprime leur caractère plus intime.
L’aménagement intérieur utilise les mêmes matériaux ; le mobilier des chambres a été fabriqué sur mesure en chêne et le mur en pierre du hall d’entrée renforce la continuité entre l’intérieur et l’extérieur.

 

Approche développement durable
Volet économique
Les choix constructifs ont été prévus pour être réalisés en majeur partie par des entreprises de proximité,
L’origine locale des matériaux a été privilégiée, avec notamment la pierre calcaire, issue d’une carrière corrézienne frontalière du département,
L’agencement intérieur offre une souplesse qui permet aujourd’hui d’envisager l’extension de l’hôtel, en utilisant l’appartement de service pour créer de nouvelles chambres et un salon supplémentaire,
Dans le cadre du label « Hôtel au naturel », L’hôtel propose un service qui s’appuie sur un réseau d’acteurs locaux. Une grande part des produits de restauration provient de producteurs locaux,
Cet établissement hôtelier est un des seuls hôtels sur le site de Rocamadour ouvert toute l’année. Il assure ainsi une offre d’emploi permanente.
 
Volet environnemental
La conception architecturale de l’hôtel se montre très respectueuse du patrimoine naturel. Tous les arbres du site ont été conservés malgré la proximité de certains avec le futur bâtiment et ont de ce fait reçu une attention particulière lors du chantier,
Une réflexion énergétique est menée alliant confort, qualité d’ambiance et réduction des consommations. L’hôtel et l’appartement des propriétaires sont conçus dans un volume unique. Un réseau de pompe à chaleur permet de limiter la consommation de chauffage. Une importante cheminée permet de réchauffer le hall d’entrée en double hauteur et le salon, par la masse de son conduit qui traverse les 2 niveaux. Enfin l’ensemble des circulations est conçu pour profiter au maximum de l’éclairage naturel,
Le label « Hôtel au naturel » garantit une gestion responsable de l’eau et des déchets, respectueuse de l’environnement et de ses ressources,
L’hôtel propose également des informations sur le patrimoine naturel et architectural des Causses du Quercy en lien avec les actions du PNR.

Volet social et culturel
Se voulant ouvert au plus grand nombre, l’hôtel est conçu pour recevoir une clientèle diversifiée. Les chambres, par leurs dimensions et leur modularité permettent une souplesse d’usage, pour accueillir des couples, des familles ou de petits séminaires.
Le label « Tourisme et Handicap » garantit dans cet établissement un accueil adapté aux besoins des personnes à mobilité réduite et de celles souffrants de déficience mentale.
Des animations sont proposées pour des séjours thématique autour de l’aquarelle et de la randonnée.

(caue du Lot)

Programme

Hôtel d’une capacité de 16 chambres

 

 

Détails

Concepteur(s) : BOSC Patrice - architecte dplg
Maître(s) d'ouvrage(s) : S.C.I "les Esclargies"
Année de réalisation : 2008
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
700 m²
Coûts
Non communiqué
Crédit photos : Caue du Lot

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Hebergement touristique

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

La grange de cassan, Le “18-72” à Lacam d’ourcet

46190 Sousceyrac-en-Quercy
1

Présentation

Démarche de la maîtrise d’ouvrage
Possédant une grange traditionnelle désaffectée, les propriétaires ont envisagé en 2008 de valoriser ce patrimoine au travers d’une activité d’accueil touristique. Un premier projet établi par eux-même a permis d’évaluer le potentiel du bâtiment pour créer un gîte rural avec le label Gîte de France.
La qualité de la grange et sa situation permettaient d’envisager un Hébergement de Caractère dans le cadre de la démarche “Art de Vivre” de la Région Midi-Pyrénées.  
Pour mieux répondre aux exigences de qualité de cette démarche et préserver la valeur patrimoniale du bâtiment datant de 1872, les propriétaires ont choisi de travailler avec une équipe d’architectes expérimentée dans la valorisation de l’architecture traditionnelle. Ils leur ont confié une mission complète comprenant les études, le suivi du chantier, ainsi que l’assistance à la décoration et au choix du mobilier.
Sensibles aux exigences du développement durable, ils ont aussi souhaité intégrer dans cet aménagement des solutions environnementales adaptées aux caractéristiques du bâtiment et un diagnostic thermique a été demandé à l’espace info-énergie (Quercy-Energie).
L’architecte du CAUE a apporté ses conseils dès le début du projet et a assuré un accompagnement tout au long des étapes de cette réalisation.

Implantation et conception
Valorisation du site
Situé dans un hameau isolé en position dominante, le bâtiment est implanté à la rupture de pente, entre un chemin et un grand pré. Des vues lointaines remarquables s’offrent sur les reliefs des contreforts du Massif Central, vers le nord-est.
L’accès principal, contraint par la pente, se fait au niveau de la partie haute du bâtiment. La grange, représentative de l’architecture du Ségala, avait conservé ses dispositions d’origine, avec des entrées de plain-pied à chaque niveau : le fenil s’ouvrant sur le chemin et la bergerie en partie basse, donnant sur le pré.

Utilisation des volumes
Le bâtiment est couvert en tuiles canal et les maçonneries de pierre, en bon état, étaient percées de 2 grandes ouvertures en anse de panier à chaque niveau.
La conception architecturale a permis de préserver et de valoriser l’identité et la simplicité de cette architecture, tout en offrant un espace habitable original et confortable. Le défi principal du projet reposait sur la nécessité d’introduire la lumière naturelle dans les espaces intérieurs et de gérer les relations du logement avec l’extérieur.
L’espace du fenil, ouvert de plain-pied au sud-ouest, a été utilisé pour aménager les espaces de vie communs avec un grand séjour et une cuisine ouverte, ainsi qu’une chambre accessible aux personnes handicapées et des sanitaires adaptés.
Afin de loger 8 personnes dans 4 chambres, un niveau supplémentaire a été crée dans ce volume. Le niveau bas est réservé à un vaste espace de jeu en relation directe avec le pré et constitue aussi un local pour une extension de la capacité ou des équipements de loisirs.

Gestion de la lumière
La question de l’éclairement intérieur a été particulièrement étudiée et la distribution a permis d’utiliser au mieux  les ouvertures existantes.
L’entrée d’origine de la grange, constituée par une belle ouverture en anse de panier, est valorisée par le traitement d’une paroi vitrée en retrait qui offre un espace de transition abrité.  
La création d’un grand percement vertical central, regroupant plusieurs fonctions, a permis de préserver l’aspect monolithe de cette grange traditionnelle et de limiter le nombre d’ouvertures à créer. Cette faille dans la façade nord-est, placée dans l’axe de la porte-fenière et prolongée par un balcon, crée une transparence vers le grand paysage qui agrandit la perception de l’espace intérieur.
La travée centrale de la charpente est utilisée comme espace de distribution des chambres à l’étage, avec une mezzanine en retrait des façades qui laisse passer la lumière et met en relation les différents niveaux avec des vues diversifiées sur le volume intérieur.

Choix des matériaux
Tous les bois anciens et la charpente elle-même sont conservés et mis en valeur. L’isolation rapportée au-dessus du voligeage permet d’apprécier le système constructif et les assemblages chevillés. La structure du plancher, l’escalier et le cloisonnement vitré sont traités avec des éléments métalliques qui allègent l’ensemble et dont la finition « rouillée » s’harmonise avec les matériaux traditionnels.
La palette des couleurs et des matériaux est homogène, le bois brut et le fer s’accordent avec le caractère utilitaire du bâtiment d’origine et le caractère contemporain du projet s’exprime dans le soin apporté à la conception des détails. 

Procédés constructifs

  • Structure : murs en pierre hourdés à la terre et à la chaux sans rejointoiement extérieur,
  • Toiture : charpente ancienne chevillée en chêne, volige peuplier apparente, tuiles canal anciennes de récupération,
  • Menuiseries extérieures : menuiseries aluminium à rupture de pont thermique totale, volets coulissants en bois sur rails

APPROCHE DÉVELOPPEMENT DURABLE
La démarche durable de ce projet n’est pas une simple addition de solutions techniques mais a appréhendé dans tous ses aspects le comportement du bâti ancien : qualité d’implantation dans le site, adaptation au climat, spécificité culturelle des savoir-faire traditionnels, utilisation des ressources locales, souplesse des assemblages, durabilité des matériaux et faible besoin d’entretien, perméabilité à l’air et gestion de l’hygrométrie, prise en compte de l’inertie, ventilation naturelle et confort d’été, confort acoustique…

Volet environnemental

  • Conservation des éléments anciens dans leur état d’origine : charpente conservée et non traitée, maçonnerie non rejointoyée, poutres bois conservées et planchers réglés par chape en béton léger,
  • Utilisation de matériaux de récupération en réemploi pour les éléments à reprendre : couverture en tuiles canal anciennes, encadrements d’ouverture et volets coulissants en bois de récupération…,
  • Choix de matériaux naturels : bois non traités, isolation en fibre de bois,
  • Gestion du confort d’été avec possibilité de ventilation naturelle dans le séjour traversant et limitation des surchauffes par les vitrages sud-ouest en retrait des façades,
  • Optimisation de la luminosité naturelle des espaces intérieurs et réduction des besoins d’éclairement artificiel,
  • Création d’un chauffage par plancher chauffant-rafraîchissant et géothermie,
  • Mise en place d’un poêle à bois en complément de l’installation principale,
  • Réalisation d’un assainissement individuel par phytoépuration, avec filtre planté de roseaux intégré à l’aménagement des abords,
  • Choix d’équipements limitant la consommation d’eau et d’énergie : pour tous les sanitaires réducteurs de pression, chasses double flux, régulation du chauffage pièces par pièces.

Volet économique, social et culturel

  • Complément d’une activité agricole et ouverture de la location possible toute l’année,
  • Maîtrise du budget et recherche d’un équilibre coût / performance,
  • Réalisation des travaux avec une équipe d’architectes et d’entreprises locales,
  • Mise en valeur de l’identité du territoire au travers du respect de son architecture traditionnelle,
  • Information sur les ressources touristiques de proximité et valorisation des produits locaux,
  • Prise en compte de l’accessibilité des personnes à mobilité réduite pour le niveau principal du logement,
  • Partenariat avec un artiste local pour la présentation de ses tableaux dans le gîte.

 

Programme

Réhabilitation d’une grange en gite qui valorise la singularité du bâti agricole

Gîte de huit personnes

Détails

Concepteur(s) : ANNETT Robin - architecte LAURENT Renaud - architecte
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2011
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
210 m²
Coûts
183 930 euros TTC (honoraires compris)
Crédit photos : Colomb Delsuc

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Hebergement touristique, Gite rural, Tourisme, Tourisme rural

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Domaine du Broual, la grange-étable

46160 Saint-Pierre-Toirac
1

Présentation

Démarche de la maîtrise d’ouvrage
Faisant suite à la rénovation de la maison d’habitation (cf fiche relative aux travaux de la maison), les propriétaires ont poursuivi le travail effectué avec l’architecte pour la réhabilitation de la grange-étable en gites et en chambres d’hôtes. La qualité et l’imbrication des volumes ont permis de composer une combinaison de programmes pour accueillir des publics variés. Ainsi, l’aile de la grange abrite un petit gîte pour héberger un couple alors que le volume principal est réparti en gite familial et en chambres d’hôtes.

La grange-étable est aussi le support d’évènements ponctuels permettant de dynamiser le site au-delà de sa vocation d’hébergement. Le vaste accueil en relation avec le jardin de la terrasse supérieure et la salle d’activité sous les combles sont conçus pour la réception de groupes lors de formations et de rencontres diverses.

En commençant les travaux par le petit gîte, les propriétaires ont pu valider des choix techniques et esthétiques qui ont trouvé une autre ampleur dans la maison d’habitation et le grand volume de la grange. Pierres naturelles, béton puis bois trouvent leur juste répartition dans chaque programme et chaque bâtiment.

Implantation et conception
Un volume atypique :
Construite en 1900, la grange-étable du Broual est couverte par une charpente Philibert De l’Orme dont les courbes sont en peuplier. Cette forme si particulière permet d’assurer un volume maximal de stockage en favorisant une économie importante de matériaux de construction. Par l’utilisation de petites sections de bois blanc clouées et boulonnées, le poids des courbes est inférieure à un système de fermes traditionnelles et soulage les maçonneries des murs-supports. La petite aile en pénétration bénéficie aussi de ce type de charpente et abritait le logement du métayer.

Un projet valorisant les qualités spatiales existantes :
L’implantation de la grange compose avec le relief du site pour articuler les différentes entrées. En conséquence, chaque programme est judicieusement réparti selon les niveaux. Les gites bénéficient d’entrées et de terrasses intimes et individualisées. Ainsi, à chaque étage du petit gite correspond un usage (cuisine, séjour, chambre). Le grand gite est situé au rez-de-chaussée de la grange, en contrebas du jardin de la maison. Les chambres d’hôtes sont affectées de part et d’autre de l’espace d’accueil, vaste volume cathédrale restituant par un lambris en planches de peuplier les élégantes courbes de la charpente. Une continuité visuelle est assurée entre la salle d’activités au dessus des chambres d’hôtes et l’accueil, ce qui permet de restituer la beauté du volume initial.

 

Détails

Concepteur(s) : GAUTRAND Marie-José - architecte
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2012
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
350 m²
Coûts
Non communiqué
Crédit photos : Caue du lot et propriétaires

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Tourisme

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Rénovation d’une ferme en maison et chambres d’hôtes

59270 Bailleul
1

Présentation

Cette ferme à l’ancienne située dans un site très venteux a été rélaisée en grande pârtie en autoconstruction.
L’état originel du bâti diagnostiquait une isolation inexistante, aucun assainisseme et une qualité du bâti en briques moulées mains.
Description de la philosophie du projet et des travaux entrepris
Isolation par l’intérieur des murs en chaux plus chancre banché
Isolation des charpentes en ouate de cellulose et fermacel
Pour la 1ère phase de construction, l’architecte a été agréablmeent surpris des consommations réelles d’énergie largement inférieures au calcul thermique.
© Olivier Goudeseune

Programme

Aménagement d’un corps de ferme, rénovation d’une habitation exisatnte, aménagement de chambres d’hôtes dans le poulailler, le grenier et l’étable

Détails

Concepteur(s) : GOUDESEUNE Olivier
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2008
Types de réalisation : Equipement agricole Equipement touristique et de loisirs Habitat individuel
Surface(s)
maison : 200 m² chambre d'hôtes : 200 m²
Coûts
Non communiqué
Crédit photos : Olivier GOUDESEUNE

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Hebergement touristique, Autoconstruction, Brique, Charpente, Chauffage par le sol, Chaux, Ecoconstruction, Geothermie, Gite rural, Qualite architecturale

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Gîte rural “La Grenouillère”

179 Lieu-dit Fontaine aux Loups, 39210 Plainoiseau
1

Présentation

Le projet, aux lignes simples, cherche à s’intégrer au mieux dans le paysage existant.

Un aménagement complet des espaces intérieurs apporte une très bonne optimisation du lieu avec la construction d’un mur meuble dans la pièce de vie.

La construction est réalisée en structure bois tridimensionnelle et fabriquée à 90 % en atelier, y compris les aménagements intérieurs.
(Texte Atelier Zou)

Prix :
Regards sur l’architecture et l’aménagement en Franche-Comté 2015 :
Vote du public et Coup de coeur du jury
Palmarès régional de la construction Bois ADIB Franche-Comté 2013 :
Coup de coeur hors catégorie

Programme

Aménagement d’une mini-maison comprenant une pièce de vie / nuit et une salle de bains, mobilier adapté au lieu.

Détails

Concepteur(s) : Atelier Zou Architecture et Urbanisme (Rémi Carteron- Anaïs Romand- Nicolas Grosperrin - architectes - Vincent Plésiat- urbaniste)
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2012
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
27 m² surface plancher
Coûts
50 000 € HT
Crédit photos : Photos 1 à 6 : Cécile Labonne / Photos 7 et 8 : CAUE Jura / Documents graphiques : Atelier Zou

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Bardage, Gite rural, Habitat leger de loisirs, Mare, Ossature bois, Palmares, Prix d'architecture, Zinc, Hebergement touristique

Date de mise à jour : 7 mai 2024

4 gîtes BBC au Lac des Sapins

Lac des Sapins, 69550 Cublize
1

Présentation

Le développement des activités autour du lac des Sapins à Cublize, plan d’eau entouré de collines, de prés et de sapins, a suscité ces dernières années la construction de plusieurs ensembles de logements saisonniers autour de l’auberge La Voisinée, du centre d’accueil, implanté dans l’ancienne ferme Recorbet, de la plage et du camping, à l’image des douze habitations de loisirs destinées à la location de courte durée qui s’élèvent sur le lieu dit des Grands-Prés. Ces constructions légères en bois, d’architecture traditionnelle et de couleurs variées, sont implantées en suivant la courbe que forme la bordure de la prairie. Le Syndicat mixte a souhaité réaliser quatre habitations complémentaires, de type « basse consommation », accessibles aux personnes à mobilité réduite. Ces nouvelles constructions s’inscrivent dans le prolongement des habitations existantes et sont placées à une distance de trois mètres cinquante les unes des autres et légèrement décalées afin de préserver l’intimité des terrasses qui ouvrent côté lac. Les constructions, qui s’ancrent dans un terrain légèrement remodelé côté Sud-Est, sont surélevées par rapport à la prairie au nord-ouest afin de permettre un accès depuis les chemins et les pistes existants. Les habitations s’organisent sur deux niveaux et comportent au niveau bas une chambre, un séjour avec coin kitchenette et des sanitaires accessibles. À l’étage, autour d’un coin mezzanine et d’une salle d’eau, se trouvent deux autres chambres dont une d’une capacité de quatre couchages. La capacité d’accueil de chaque entité est de huit à neuf personnes. Le projet a été dicté par de fortes exigences environnementales : sur-isolation, eau chaude sanitaire assurée par quatre mètres carrés de panneaux solaires, utilisation de bois locaux (douglas et sapin) – seul le mélèze n’est pas d’origine régionale –, ventilation VMC double flux – chauffage de l’ensemble du gîte par un poêle à bois de granulés à grande autonomie et commande à distance (à l’exception des deux salles d’eau). Les plans de fabrication de l’ossature et de la charpente ont été établis dans l’objectif d’une préfabrication en atelier et d’une étanchéité maîtrisée des assemblages. Les cheminements des fluides ont été également étudiés afin de limiter les pénétrations à travers les parois.

Programme

Construction de 4 gîtes en bois brut labellisés BBC en face du lac

Détails

Concepteur(s) : Pierre VURPAS et Associés Architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Syndicat mixte du lac des Sapins
Année de réalisation : 2011
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
280 m² (surface utile ) soit 70 m² par gîte
Coûts
Non communiqué
Crédit photos : Studio Erick Saillet

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Batiment basse consommation, Bois, Equipement touristique et de loisirs, Gite rural, Habitat leger de loisirs, Hebergement touristique, Performance energetique

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Gîtes contemporains passifs La Haute Molune

13 Sur la Semine, 39370 La Pesse
1

Présentation

Un gîte contemporain et respectueux de l’environnement…
L’ensemble des deux gîtes LA HAUTE MOLUNE, au coeur du Parc naturel régional du Haut-Jura, a obtenu la labellisation ECOGITE (label Gîtes de France) qui répond à des critères environnementaux exigeants ayant un faible impact sur l’environnement de sa construction à sa déconstruction. Ce concept fait appel à des notions d’économie, d’écosystème et de bioconstruction. Le gîte a par ailleurs été classé ECOGITE “Or”, soit le classement le plus élevé. Il respecte les labels PASSIV HAUS ou MINERGIE P qui sont les plus exigeants dans le monde du bâtiment actuellement (moins de 15Kwh/m² ).
Un gîte accessible pour tous…
Une chambre ainsi que l’espace de vie du gîte sont aménagés pour l’accès aux personnes à mobilité réduite.
Le projet de construction a été fondé sur huit éléments clés :
– Intégration du bâtiment dans son environnement ainsi que dans le territoire local,
– Priorité à la santé et au bien-être des occupants,
– Choix raisonné des matériaux,
– Utilisation rationnelle des énergies et de l’eau,
– Choix d’une architecture contemporaine tournée vers demain,
– Volonté des propriétaires de partager leur passion pour la nature avec leurs hôtes,
– Souhait de penser et construire un tourisme durable et responsable,
– Sensibilisation des occupants des gîtes à l’environnement et aux alternatives énergétiques.
Il s’agissait pour le concepteur non seulement d’avoir une conception passive du bâtiment mais également de démontrer ce niveau de performance durant la phase d’exploitation. C’est pourquoi, en parallèle du projet de bâtiment réel, vit un bâtiment virtuel qui permet la corrélation entre les simulations dynamiques et la réalité (via un monitoring poussé : environ 150 paramètres enregistrés toutes les minutes).
(Texte G. Sevessand)

Programme

Construction d’un ensemble de 2 gîtes passifs – Label Ecogîte et Gîte de charme

Détails

Concepteur(s) : SEVESSAND Guillaume - architecte
Maître(s) d'ouvrage(s) : SARL La Haute Molune
Année de réalisation : 2011
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
221 m² (SHON)
Coûts
Non communiqué
Crédit photos : Photos 1 à 4 et 7 à 9 : B. Sevessand / Photos 5, 6 : CAUE39

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Hebergement touristique, Accessibilite, Architecture contemporaine, Bardage, Batiment passif, Bois, Developpement durable, Ecoconception, Ecoconstruction, Gite rural, Label de performance energetique

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Hameau hébergement éco-touristique

63410 Malauzat
Hameau hébergement éco-touristique 1

Présentation

« Le bois basalte » naît de la rencontre entre un site d’exception à la frontière de la Chaîne-des-Puys et des Combrailles et quatre jeunes diplômés de l’ENSACF. Julien, Lise, Mathilde et Sébastien, guidés par l’envie de revenir au pays après quelques années de pérégrination, se lancent dans une aventure à la  « Robinson Crusoé » dans ce « nouveau monde » qu’est l’Auvergne.

Leurs maîtres mots ont été:

  • « Construire des cabanes contemporaines »
  • « Investir un petit morceau de campagne perché à 900m d’altitude »
  • « Partager leur passion de l’architecture, de la construction et du paysage »
  • « Être acteurs de la conception jusqu’à la gestion dans un projet »

Comme de grands enfants ils ont rêvé, dessiné et fabriqué les cabanes du bois basalte. Une grande partie du chantier s’est déroulé en auto-construction.

Aujourd’hui, après 2 années de chantiers, 7 cabanes sont proposées aux vacanciers. Deux bâtiments abritent les salles de bain et les points vaisselles. Un espace « bien-être » permet aux résidents d’agrémenter leurs séjours. Une grande salle de 55m² donne l’occasion d’être aux premières loges sur la Chaîne des Puys le temps d’un repas ou d’animations variées.

2 intentions architecturales fortes sont lisibles au bois basalte :

* L’expérimentation et la recherche sur la mise en œuvre du bois a été un objectif fort de l’équipe. Brute, brulé, raboté, déchiqueté, effilé, contrecollé, scié, le bois est exploité sous tous ses aspects. Il prédomine ! Il est présent en tant que matériau de construction bio-sourcé. On le retrouve également en tant que source d’énergie combustible et composante essentiel du paysage.

* La mise en valeur d’un petit patrimoine jusqu’ici oublié a aussi été un fil conducteur. Le bois basalte s’implante sur l’ancien site d’exploitation de la carrière de basalte de la Roche Sauterre et abrite de nombreux vestiges. La construction emblématique de ce duo ancien-contemporain reste le concasseur.

Programme

Construction d’un ensemble d’hébergement touristique constitué de 7 cabanes en bois et de bâtiments annexes collectifs : points d’eau, salles de bain et vaisselle, espace bien-être et grande salle commune.

Détails

Concepteur(s) : GARDARIN S. PELTIER J. RICHARD M. VALET L.
Maître(s) d'ouvrage(s) : SAS Le bois basalte SCI Les hauts de Sauterre
Année de réalisation : 2015
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Coûts
Non communiqué
Crédit photos : SAS Le bois Basalte

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Amenagement touristique, Cabane, Filiere bois, Hebergement touristique, Patrimoine industriel

Date de mise à jour : 16 mai 2024

Aménagement d’un gîte rural dans une ancienne étable

rue de la Droue , les Greffiers, Sonchamp, 78120 Sonchamp
5

Présentation

Un gîte dans une ferme historique

La ferme, dans laquelle est venue s’installer le gîte rural, est exploitée par la même famille depuis 4 générations. Elle faisait partie du domaine du château de Voisins, construit à Saint-Hilarion par le comte de Fels.

Le bâtiment réhabilité est une étable datant de 1934. Le propriétaire et l’entreprise ont travaillé ensemble pour valoriser le patrimoine existant et intégrer au mieux le nouveau programme. Ils ont dû rénover et réaménager le bâtiment entièrement.
Le projet a dû jouer avec les contraintes. Seules les façades sur cour et le pignon donnant sur le jardin ont pu être percés. 4 chambres de l’étage, desservies par un escalier central, et une chambre PMR ainsi que les pièces de vie au RdC bénéficient de la lumière naturelle.

Un gîte à l’écoute de ses occupants

La cour a été aménagée pour créer un espace privatif extérieur au gîte (terrasse et jardin directement accessible depuis la salle à manger/salon). Des places de stationnement ainsi qu’un espace extérieur couvert (ancien poulailler réhabilité) abritant le barbecue et quelques mobiliers sont mis à disposition.

Ce gîte offre un accueil aux personnes souffrant de handicaps moteurs (RdC entièrement PMR), mentaux ainsi qu’aux malentendants (dispositifs lumineux).
Sa situation, à proximité immédiate de la forêt de Rambouillet, permet de rejoindre des sentiers pédestres et cyclistes. La ferme offre des boxes et des prés pour les cavaliers qui viendraient au gîte à cheval.

Le projet a reçu le prix partenaire “Gîtes de France” au Palmarès 2014 d’Architecture, d’urbanisme et de paysage du CAUE 78.

Programme

Transformation d’une ancienne étable en gîte rural.

Détails

Concepteur(s) : BUCHER Jean-Marc cabinet d'architecture (retraité)
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2007
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
280 m²
Coûts
312 680 € HT (valeur 2011)
Crédit photos : ©DR

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Hebergement touristique, Architecture rurale, Equipement pour handicape, Ferme, Gite rural, Grange, Patrimoine architectural, Rehabilitation, Milieu rural, Reconversion de batiment

Date de mise à jour : 7 mai 2024

La ferme du Marais Girard : écolodge au bord de l’océan

116 rue du Marais Girard, 85470 Bretignolles-sur-Mer
1

Présentation

Le projet consiste en la création d’un village vacances écologique composé de 16 villas groupées (3 types) et de bâtiments communs (restaurant, bar, piscine, cuisine participative, serre, séchoir, halle aux créations).

L’ancienne ferme du Marais Girard est située dans un espace de marais, au bord de l’océan, rattrapé par l’urbanisation pavillonnaire : un territoire littoral ordinaire.

Le programme, les aménagements et l’architecture répondent aux besoins d’intimité des vacanciers tout en proposant un lien fort avec l’environnement naturel et les activités balnéaires. La circulation sur le site se fait uniquement à pied ou à vélo. Les espaces communs sont en partie une réhabilitation d’une ancienne ferme et en partie des constructions neuves.

Lors de sa conception et jusqu’au temps du chantier, un des fils conducteurs a été de tirer parti des ressources présentes sur place en les déplaçant, transformant, réagençant :

– les anciens arbalétriers en bois de chêne vieilli de la charpente de la grange deviennent des parois dans les chambres d’hôtes et certains parements de façade sous forme de cubes de bois,

– les tuiles hors d’usage de l’ancienne couverture de la grange constituent, une fois calepinées telles des briques, la vêture du séchoir laissant largement circuler l’air marin. Le linge de l’hôtel et des familles est lavé et séché au naturel, reprenant les caractéristiques des anciens séchoirs locaux. L’empreinte carbone de l’établissement est nettement réduite tout en assurant un rôle pédagogique et ludique,

– les pierres issues des frangements ont servi à faire des gabions.

La Ferme du Marais Girard a reçu le prix du public de la 3e édition du Prix Départemental d’Architecture et d’Aménagement de la Vendée.

(Texte : CAUE de la Vendée sur la base d’un texte de la maîtrise d’œuvre)

Programme

Rénovation d’une ancienne ferme en gîtes et café et création de lodges

Détails

Concepteur(s) : TICA ARCHITECTES & URBANISTES - architectes-urbanistes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2014
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
1 295 m² (surface utile de bâtiment) + 530 m² (terrasses et circulations couvertes)
Coûts
2 353 000 € HT (hors voirie et réseaux divers)
Crédit photos : Photos : François Dantart pour le CAUE de la Vendée

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Hebergement touristique, Architecture contemporaine, Bois, Chambre d'hote, Ecoconstruction, Gite rural, Piscine, Prix d'architecture, Rehabilitation

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Gites communaux

rue du bourg, 37420 Savigny-en-Véron

Présentation

Le bâtiment présentant une grande qualité architecturale, typique d’un presbytère du XVIIIème siècle, orienté nord-sud et ouvrant sur un ancien jardin, a été réhabilité avec le plus grand soin.
Le programme, outre les 2 gîtes (2 à 6 couchages et 6 à 12 couchages), se compose également de locaux communs dévolus tout particulièrement à la demande des randonneurs à vélo.
Ainsi, un préau et un abri à vélo sécurisé ont été construits sur le côté du jardin pour accueillir les randonneurs cyclistes, permettre le stockage des vélos et la mise à disposition d’un kit de réparation avec zone de nettoyage.
Enfin, le jardin existant et les différents espaces attenants ont été requalifiés et paysagés afin d’offrir à ce lieu un cadre de qualité propre au repos et à la détente.
L’ancien préau vétuste a été déposé afin d’ouvrir l’espace, son mur conservé et arasé à une hauteur d’environ 1 m.
Pour conserver toute son authenticité, les ravalements extérieurs de la pierre de Tuffeau (dans un bon état de conservation) ont été laissés en l’état.
Seuls les appuis en pierre trop abimés ont été remplacés par une pierre de même nature que celle existante, ainsi que les pieds de lucarnes.
Les menuiseries extérieures ont toutes remplacées (dessin à l’identique).
Soucieux d’apporter aux futurs occupants une prestation juste, mais de qualité, nous avons été attentifs à conserver au maximum les quelques vestiges du XVIIIème siècle existant.
Ainsi, le hall d’entrée avec son escalier conservé, les murs piqués pour être réenduits à pierre vues, les cheminées conservées…

Programme

Réhabilitation de l’ancien Presbytère de Savigny-en Véron (et ancien bureau de poste)
Aménagement de 2 gîtes communaux
Relais randonnées dans le cadre de la Loire à vélo
Capacité totale d’accueil de 18 couchages.

Détails

Concepteur(s) : Bourdin-Villeret-Robin Architectes et associés Sativa Paysage
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Savigny-en-Véron
Année de réalisation : 2017
Types de réalisation : Aménagement paysager Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
Bâtiment : 350 m² - Aménagement extérieurs : 920 m²
Coûts
Réhabilitation du bâtiment : 407 000 € HT - Aménagement paysager : 66 000 € HT
Crédit photos : Photos : © BVR Architectes - Axonométries : © Sativa paysage

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Hebergement touristique, Gite rural, Jardin, Patrimoine architectural, Rehabilitation

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Cabanon Pomme de Pin

21220 Gevrey-Chambertin
7

Présentation

Le cabanon « Pomme de pin », suspendu dans le parc d’un hôtel du centre de Gevrey-Chambertin, se compose dans sa partie basse d’un espace de couchage pouvant accueillir deux personnes, et dans sa partie supérieure d’un espace de vie.
Conçu comme une zone de repos dénudée et autonome de l’hôtel, le cabanon délocalise ses sanitaires et autres services usuels dans des « Thermes » qui lui sont proche, où un vestiaire dédié est aménagé.

Sa typologie est directement issue d’un cépage viticole local : le pinot. En effet, ce nom vient du mot « pin » car la grappe du pinot, petite et très dense, a la forme d’une pomme de pin.
Le cabanon reprend en particulier deux éléments fondamentaux : une structure résille en ellipse et des « ailettes » réagissant à la température extérieure.

La résille en chêne est accrochée sur un roulement permettant une rotation du cabanon en fonction des souhaits du client.
A l’instar d’une pomme de pin dont l’écaille se déforme en fonction de la température extérieure, les ailettes en carbone, montées sur piston, se soulèvent lorsque la température monte. Le motif « libellule », d’aspect organique, se fond dans le paysage environnant.
La peau en tissu translucide blanc, conçue comme une chaussette enveloppante, peut être remplacée et réglée grâce à des tendeurs aux niveaux des connections métalliques.

DISTINCTIONS
Regards sur l’architecture et l’aménagement en Bourgogne-Franche-Comté 2018 :
Retenu pour le Vote du Public en ligne, catégorie : Activités

♥ COUP DE CŒUR DU JURY

Programme

Création d’un gîte suspendu.

Détails

Concepteur(s) : AZCA - Atelier Zéro Carbone Architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2017
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
9 m²
Coûts
Non communiqué
Crédit photos : © Azca

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Hebergement touristique, Cabane, Equipement hotelier, Gite rural, Parc

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Transformation d’une ferme en gîtes

33190 La Réole
9

Présentation

Cet ancien corps de ferme, une maison d’habitation accolée à une bergerie, a été rénové avec soin et transformé en gîtes.

Les deux parties accueillent désormais deux logements distincts. Le volume monolithique du bâtiment a été conservé, et la pierre mise en valeur par des éléments contemporains en bois et métal (menuiseries, chéneau, structure, mobilier …).

On retrouve ici une attention particulière à l’histoire du lieu, comme dans le salon de l’ancienne bergerie (à l’ouest), où une partie des anciennes mangeoires a été conservée, presque comme une double cloison.

Sur la façade Est la toiture se prolonge et vient s’appuyer sur les murs extérieurs à découvert, créant un abri, un espace intermédiaire dedans – dehors, qui évoque la silhouette des maisons landaises.

La plupart des ouvertures existantes ont été conservées, et des nouvelles créées. Soigneusement dimensionnées dans l’esprit des anciennes, leurs cadres en métal viennent se poser au nu de la façade.

Les pièces de vie sont placées au sud, afin de profiter de l’ensoleillement et de la vue sur la Garonne en contrebas à travers de grandes ouvertures.  On retrouve ainsi les autres pièces au nord, et certaines chambres à l’étage éclairées par des fenêtres de toit.

 

Un auvent (photo n°3 sur la gauche) accompagne les entrées sur la partie nord, pour protéger des intempéries, et se termine par un hangar de stockage. La façade sud, quant à elle plus ouverte, offre à chaque logement sa terrasse indépendante.

 

 width=

 

Programme

Réhabilitation d’un corps de ferme, et transformation en gîtes.

Détails

Concepteur(s) : Art'Ur Architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2012
Types de réalisation : Habitat individuel
Surface(s)
296 m²
Coûts
600 000 € soit environ 2027 € /m²
Crédit photos : Art’Ur Architectes
Liens page web : http://artur.archi/

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Bois, Ferme, Metal, Patrimoine, Pierre, Rehabilitation

Date de mise à jour : 26 septembre 2022

Ensemble touristique sur l’étang de la Chaux

58230 Alligny-en-Morvan
3

Présentation

Au cœur de cette zone boisée, peuplée d’étangs, le bâtiment destiné à recevoir des touristes pratiquant la pêche s’est glissé dans le paysage sans modifier le site.

La nouvelle construction, un bâtiment parallélépipédique regroupant toutes les fonctions (repas, couchages, habitation des propriétaires), abrité sous une toiture à deux pans en métal laqué gris foncé, a été orienté avec soin afin de bénéficier au maximum de la chaleur des apports solaires l’hiver et de la lumière naturelle avec vue sur l’eau. Les façades Est et Sud sont largement vitrées, à l’inverse du pignon Nord où est positionnée la circulation verticale (un escalier extérieur).

Extérieurement, l’unité a été recherchée, celle du matériau bois, le sapin Douglas du Morvan qui revêt à la fois les façades et les volets.

Ainsi, lorsque l’établissement est inoccupé, la coque refermée reste énigmatique.

Les abords de la construction sont recouverts d’arène granitique, matériau simple et de provenance locale destiné aux stationnements nécessaires à l’accueil de groupe.

(Atelier Correia et Associés, architectes)

www.ateliercorreia.com

Programme

Construction d’un bâtiment à vocation d’habitation et d’accueil touristique orienté vers la pisciculture.

Détails

Concepteur(s) : Atelier Correia et Associés - architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2018
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs Habitat individuel
Surface(s)
200 m²
Coûts
290 000 € (HT), communiqué par le maître d'oeuvre
Crédit photos : Atelier Correia

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Etang, Habitat individuel, Hebergement touristique, Integration paysagere, Ossature bois, Peche de loisir

Date de mise à jour : 26 septembre 2022

LA CITÉ LACUSTRE

681, route de l'écluse, 73310 Chanaz
1

Présentation

Construction d’un ensemble d’habitats de loisirs sur pilotis

La cité lacustre se situe en face du bourg de Chanaz, de l’autre coté du canal de Savières qui relie le Rhône au lac du Bourget. Le site est relié par la passerelle piétonne qui donne accès à un cheminement qui longe la cité pour rejoindre les stationnements regroupés plus loin. Le petit lac a été créé pour accueillir les 8 bungalows ; à terme il accueillera aussi des bateaux de plaisance puisqu’il est relié au canal. Les bungalows sont gérés par le camping municipal.
Les constructions sont individuelles ou regroupées par deux pour une implantation équilibrée dans le site. Un bungalow est accessible aux personnes à mobilité réduite.
L’accès se fait le long du camping par un chemin clôturé et indépendant.

L’architecture est identique pour tous les logements. L’ensemble du projet offre une architecture de qualité pour des bungalows de loisirs dans un cadre paysager reposant.
La construction entièrement en bois sur pilotis s’appuie sur des plots en béton immergés dans le lac. Des poutres métalliques ont été utilisées ponctuellement, mais la structure, les façades, les doublages intérieurs (hors pièces humides), les planchers et la charpente sont entièrement en bois.
Les bungalows sont desservis par des coursives extérieures qui se prolongent en terrasse sur la façade est, coté lac, et donnent accès à un ponton au niveau de l’eau.
Chaque terrasse offre un point de vue haut sur le lac et son environnement, ainsi que sur le canal et la ville de Chanaz.

Le bungalow est divisé en deux parties, une coté lac, l’autre coté camping.
Le studio pour 2 à 4 personnes bénéficie directement de la terrasse est et du lac, la chambre indépendante de 2 personnes se situe derrière. La connexion de la coursive avec la terrasse
permet un accès libres aux espaces extérieurs.
La baie vitrée, coté est, s’occulte par un volet coulissant en douglas qui se déporte au-dessus de l’eau.
Toutes les menuiseries et les éléments de charpente et de parement sont en mélèze et sans aucun traitement.
La demande d’utilisation de bois de pays avait été formulée sur les pièces écrites de l’appel d’offres. Le bois est de provenance locale (bois de pays exclusivement), tout comme les entreprises.
Les sections de bois restant relativement faibles et la mise en œuvre très traditionnelle, ce parti pris d’un approvisionnement en bois local n’a pas posé de problème.
Toutes les toitures sont recouvertes en planches en mélèze sauf une qui est recouverte de panneaux photovoltaïques sur toute sa surface. La production d’électricité qui en résulte est
revendue à ERDF.
L’isolation est en laine minérale ; le chauffage se fait par granulats de bois ; le réseau de chaleur passe dans le sol des bungalows par une chape sèche ; enfin, l’eau chaude est produite par un ballon d’eau chaude électrique.
Le cubage total de bois est d’environ 215 m3.

Programme

Habitats légers de loisirs en bois local sur pilotis

Détails

Concepteur(s) : DEN HENGST - paysagiste PLOTTIER Richard - architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : La Commune de Chanaz
Autre(s) acteur(s) : BOSCAROLO - BE Économiste Sintec - BE Structure béton Arborescence - BE Structure bois Thermi-Fluides - BE Thermique SARL COLIN - charpentier
Année de réalisation : 2011
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
SHON 62 m² par bungalow
Coûts
1 140 000 € HT
Crédit photos : Isabelle FOURNIER et CAUE de la Savoie

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Habitat leger de loisirs

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Complexe touristique Boisrouge

21640 Flagey-Echézeaux
5

Présentation

« Boisrouge » est un complexe touristique situé dans l’espace boisé protégé du Petit Paris à Flagey-Echézeaux. Il se compose de trois bâtiments autour d’un jardin commun. Tous perchés sur pieux, ils évitent le système racinaire des arbres et compensent un sous-sol marneux. Leurs typologies sont tirées de cabanes dans les bois, chères aux clients.

Le premier bâtiment est un restaurant de 35 couverts spécialement conçu pour le cuisinier Phillippe Delacourcelle. Il inclut un espace d’école de cuisine et une porte du soleil entièrement vitrée pour regarder l’aube se lever.

Au premier étage du deuxième bâtiment, se trouvent deux chambres de luxe totalement immergées dans la canopée grâce à des verrières surdimensionnées. En partie basse, un espace bain japonais vient compléter cette sensation d’immersion dans la nature. Deux chambres plus modestes donnent sur un espace de thé en double hauteur au rez-de-chaussée.

La maison d’habitation vient refermer le jardin central en gardant les codes esthétiques et matériaux de l’ensemble : enduit à la chaux et bardage zinc en partie supérieur.

Tous les bâtiments sont en structure bois et font la part belle aux enduits terre.

Programme

Création d’un complexe touristique: chambres d’hôtes, restaurant

Détails

Concepteur(s) : AZCA - Atelier Zéro Carbone Architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2016
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
448 m²
Coûts
950 000 € (Travaux)
Crédit photos : Jib Peter

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Bois, Cafe restaurant, Chambre d'hote, Cuisine, Equipement hotelier, Equipement touristique et de loisirs

Date de mise à jour : 14 septembre 2022

Chambres d’hôtes – Élément terre

71370 Baudrières
1

Présentation

Matériaux sains, performances énergétiques, énergies renouvelables… accessibilité PMR.

Au RDC, l’entrée protégée à l’est ouvre sur l’accès à l’étage et sur la grande pièce commune traversante. Largement ouverte au sud (au soleil coté rue), cette dernière est en relation avec la terrasse et le jardin au nord par une grande ouverture existante (ancienne porte de grange). Une chambre orientée à l’est, indépendante et adaptée pour personnes à mobilité réduite, est également aménagée au RDC. À l’étage se trouvent deux chambres et une suite parentale toutes équipées de sanitaires. L’étage bénéficie aussi d’une loggia commune avec vue sur la rivière à l’est.  L’oriel, dominant en toiture nord, permet un jeu de volume intérieur (hauteur sous plafond au RDC) et extérieur à l’emplacement du auvent qui couronnait l’ancienne porte de grange.
Ce projet vise de hautes performances énergétiques (entre BBC et passif) et il est alimenté par des énergies renouvelables. Un poêle à granulés suffit à chauffer en hiver grâce à l’isolation, l’inertie thermique (murs en pierres existants, béton ciré au RDC) et à une VMC double flux de qualité. Six panneaux solaires thermiques chauffent l’eau sanitaire une grande partie de l’année.
Au-delà de la basse consommation énergétique, l’usage de matériaux sains et économes en énergie grise a été recherché : bois brut, d’origine locale où les feuillus trouvent une bonne part (sol étage et escaliers chêne, structure intérieure en peuplier) et les résineux viennent en complément (menuiserie, bardage et agencement en épicéa). L’ancienne grange en pierre à troqué sa couverture de tuiles au profit de l’acier posé sur la charpente existante. L’économie, faite ici, à été replacée là où l’on vit, là où l’on se frotte au matériaux.
Les murs nord et est sont isolés par l’extérieur (laine et bardage bois) laissant la maçonnerie à l’intérieur pour l’inertie thermique. Le mur sud est isolé par l’intérieur (ouate cellulose), ce qui a permis de conserver la façade sur rue en pierres. Isolations intérieures et extérieures sont continues grâce à leur inversion au droit du porche d’entrée (en façade est). Ce projet humain, militant et passionné, présente des matériaux proches de leur sortie de forêt, de champs ou d’aciérie, en quête du ”bon sens agricole”.

Programme

Rénover un ancien corps de ferme pour accueillir un ensemble de chambres d’hôtes, modulables en gîte rural suivant la demande.

Détails

Concepteur(s) : LIPO VIEUXMAIRE Philippe - architecte
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2016
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs Habitat individuel
Surface(s)
170 m²
Coûts
205 000 € HT
Crédit photos : Élement terre ; Le tulipier ; Le LiPo
Liens page web : https://li-po.org/

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Accessibilite, Architecture ecologique, Architecture interieure, Bardage, Chambre d'hote, Distribution des pieces du logement, Grange, Habitat, Isolation thermique, Jardin, Materiau naturel, Performance energetique, Rapport interieur-exterieur, Reconversion de batiment, Rehabilitation, Tourisme

Date de mise à jour : 26 septembre 2022

Transformation de la gare en gîtes et espaces d’expositions

21290 Leuglay
3

Présentation

Transformation de la gare : nature du projet de

La volonté de l’équipe municipale, menée par François Maire du Poset (avec Françoise Spillmann et Françoise Naudet) pour redonner vie au patrimoine paysager du site désaffecté de la gare, en bordure du village de Leuglay (1), conjuguée à la rencontre avec Xavier Douroux, médiateur pour la Fondation de France dans le cadre du programme des Nouveaux Commanditaires, sont à la base de cette commande. L’idée du projet était, à partir de ce patrimoine, de constituer un nouvel ensemble avec l’ancienne gare transformée en espaces collectifs (cuisine, salle communes et appartement du gardien), la grande halle aux machines devenant un lieu d’expositions (2) et de nouvelles constructions remplissant la fonction de gîtes.

Organisation du projet

La restauration des constructions existantes (gare et halle technique) procède d’une remise en état ou d’une rénovation limitée afin de garder les ambiances d’origine. Les constructions nouvelles ont été, quant à elles, disposées entre les deux constructions existantes suivant des rapports de tensions et de distances fonctionnelles entre les volumes. Le sol minéral, constitué de ballast aux pourtours des constructions et d’un stabilisé uniforme pour les circulations, renforce la cohésion de la composition en un tout. Les constructions, suivant les angles de perception proches ou lointains, peuvent être appréhendées visuellement comme un regroupement autour d’un espace collectif et comme une suite d’alignement d’objets dans le paysage. Ce dispositif confronte les valeurs individuelles des habitations aux valeurs collectives de l’espace qui les regroupent.

Economie et construction

Le mode de construction et les matériaux ont été choisis à partir d’une stratégie initiale du projet incluant l’économie du projet. Dès l’origine, le budget de construction a été réparti pour permettre de la préfabrication et l’élaboration in situ. L’association de l’industrie et de l’artisanat local mettent en oeuvre deux types de productions qui se complètent, pour prendre en compte la rigueur des coûts de réalisation et une volonté de qualité architecturale élevée.

Une commande alternative

Le maître d’ouvrage (la commune de Leuglay) a passé commande à un architecte, par l’intermédiaire d’un médiateur de la Fondation de France, qui a lui-même choisi le maître d’oeuvre et l’a rémunéré, dans un premier temps, pour que ce dernier propose une esquisse de projet. Libre à la commune de retenir ou pas, cette proposition qui par la suite l’engage dans une opération classique. Cette procédure impose des rapports entre le commanditaire et le maître d’oeuvre qui ouvre de nouveaux horizons architecturaux alternatifs. En effet, l’opération de la gare de Leuglay est un « laboratoire d’expérimentations » de la construction. L’architecture est une pratique qui, de tout temps, voit des logiques économiques interagir avec des raisons conceptuelles. La complexité de ces domaines et leurs rapports sur le terrain de la matérialité nécessitent un lien entre les commanditaires (ici la commune) et l’architecte, au travers d’un médiateur qui accompagne intellectuellement et matériellement les projets. Cette nécessité d’un intermédiaire est liée à la production des formes architecturale contemporaines qui vont au-delà de la simple utilité fonctionnelle.

Un territoire relié par diverses interventions sur plusieurs années

Cette construction fait partie d’une série d’interventions menée par le médiateur de la Fondation de France Xavier Douroux. Ces interventions s’inscrivent à l’échelle du territoire géographique élargi de la Bourgogne, permettant d’y voir une stratégie de réponses à des problématiques quotidiennes de mise en valeur des qualités des bâtiments et des paysages de cet environnement par des interventions diversifiées. L’ensemble des opérations architecturales ou artistiques répond à des demandes relativement simples, de communes ou de personnes investies localement, de créer de nouvelles fonctionnalités ou des événements pour faire vivre ce territoire en partie rural, qui se vide de ses occupants. Au fils des années et des interventions, un parcours de réalisations, certes modestes par les moyens engagés, mais exigeant dans ses objectifs pour l’ensemble des acteurs, se concrétise. Au-delà, une cohérence de pensée se dessine, celle de raisonner les rapports entre les hommes à partir de l’art et de l’architecture (3).

Prix : Projet récompensé par le Trophée Cité21 en 2014.

 

(1) La gare de Leuglay-Voulaines faisait partie des 16 gares qui ponctuaient la voie ferrée reliant Marcilly-sur-Tille à Châtillon-sur-Seine sur 47 km. Créée à la fin du XIXème siècle, elle a connu l’âge d’or du chemin de fer, avant de voir la fin du transport de voyageurs en 1969 et celui de marchandises en 1980. Cette ancienne voie ferrée constitue aujourd’hui un parcours qui traverse le pays Chatillonnais en reliant les richesses de cet environnement.

(2) La halle expose une oeuvre de l’artiste américaine Nancy Rubins, « Table and Airplane Parts », 1993, appartenant au Fond Régional d’Art Contemporain de Bourgogne.

(3) Notre bureau a réalisé plusieurs opérations dans ce cadre. Voir le livre « Nouveaux commanditaires en Bourgogne », paru aux éditions des Presses du Réel en 2004.

Programme

Salle commune, gîtes individuels, halle d’expositions

Détails

Concepteur(s) : Architectures Adelfo Scaranello
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune de Leuglay
Année de réalisation : 2014
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
407 m² SU (réhabilitation : 87 m² - création : 320 m² )
Coûts
671 780 euros HT
Crédit photos : Architectures Adelfo Scaranello, Sylvain Boulch, Thibaud Szadel

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Hebergement touristique, Architecture contemporaine, Art contemporain, Exposition, Gare, Gite rural, Halle, Reconversion de batiment, Reconversion de site, Rehabilitation, Restauration

Date de mise à jour : 7 mai 2024

1+1=1

44350 Guérande
1+1=1 4

Présentation

Le projet prend naissance sur une parcelle occupée par une maison caractéristique des marais salants de Guérande.

L’objectif est la création d’un lieu; à la fois lieu de vie, mais également lieu d’échanges. Le programme est riche. Il s’agit de redonner un sens social à ces hameaux en proposant de nouvelles possibilités de rencontres à travers deux gîtes de 4-5 personnes modulables pour être réunis ; offrant ainsi une surface mutualisée.

Les travaux consistent en la réhabilitation d’un logement puis la construction d’un second, tous deux reliés par un sas. Le contexte administratif est complexe. Les couches réglementaires sont nombreuses (PPRI, Site classé des Marais Salants, ZPPAUP, mitoyenneté) et ont fourni un cadre de contraintes faisant émerger une proposition architecturale évidente pour l’extension de la construction présente. Le parti pris fut donc de réinterroger la typologie des maisons paludières pour créer un second logement accolé.

Le programme comportait un volet familial et social important. Pour le commanditaire, ce projet devait être le support d’une transmission familiale pour leurs trois enfants. Il s’agissait, à travers certaines phases d’études et de travaux, de fournir à des adolescents, futurs citoyens, des éléments de compréhension et d’appréhension d’un chantier effectué par des artisans locaux. Ces échanges ont pris plusieurs formes, comme la présence à des réunions de travail ou encore leur participation au workshop pour réaliser le bardage en bois brulé.

Les deux gîtes peuvent fonctionner séparément. Le sas, porte d’entrée des deux logements, est la conséquence d’une réflexion plus large sur l’entrée d’un logement – sur le chez soi. Ici, le seuil, de l’intimité du logement, est partagé avec son voisin. Cette surface, éminemment sociale, force l’échange et l’empathie tout en conditionnant également l’intimité des logements. Il s’agit d’un parti pris fort que d’offrir à rencontrer un voisin temporaire pendant ses vacances.

Au delà de l’aspect humain du programme, nous avons travaillé avec le maître d’ouvrage sur des dispositifs architecturaux et techniques pour mettre en valeur le lieu et les constructions. Le projet est pensé en coupe. La lumière naturelle est travaillée sur la hauteur de certains volumes. Les éléments remarquables comme les murs ont été mise en valeurs. Le difficile équilibre entre mise en valeur d’un mur de pierre et son masquage par l’isolation a parfois été traité de manière écologique ne masquant pas la minéralité de la structure (enduit affleurant – correction thermique chaux/paille/terre – laine de bois/fermacell).

L’ensemble des gîtes est accessible aux personnes à mobilité réduite. La volonté était d’offrir un maximum de porosité pour ses occupants en fournissant des espaces différenciés en fonction des temps d’usages, comme cette terrasse générée par le décalage du volume neuf par rapport au mur ancien de clôture.

Techniquement, dans la partie réhabilitée ont été mise en œuvre des matériaux perspirants. L’habitat sain, dans son traitement esthétique comme technique (avec la ventilation pour le radon par exemple) fut une priorité. L’emploi des enduits tadelakt, de la chaux, des laines de bois participent à cette intention.

La partie neuve (RT2012) est une ossature bois, isolée par de la ouate issue du retraitement des journaux. Les menuiseries sont mixtes et le chauffage bois pellets permettent de maîtriser finement la consommation du logement. L’esthétique n’était pas la seule raison à l’emploi d’un bardage noir de bois brulé. Les caractéristiques de la mise en œuvre de ce matériau venu du Japon sont écologiques et durables. Le brûlage du bois a fait l’objet d’un workshop avec des artisans, architectes, le maître d’ouvrage mais également des habitants voisins et paludiers.

Les deux constructions, malgré une volumétrie similaire, dialoguent. L’objectif est d’ouvrir sur le territoire, sur l’autre, sur des démarches de développement durable. Le contraste fort entre ces deux constructions interroge sur notre manière de consommer le logement. Au delà des caractéristiques spatiales et techniques que nous avons souhaitées offrir, les voisins communiquent, l’architecture est un support d’échanges et n’enferme pas ses occupants.

Approche environnementale :
– RT 2012
– Bâti éco-sourcé
– Traitement du RADON
– Démarche participative (workshop boîs brûlé)

Bureaux d’études : PEZZO (ingénieur bois), SK (Structure ingénieur BA), AZANEO (BE thermique)

(Texte : Atelier LABAU)

Programme

Réhabilitation d’une maison de paludier et extension en vue de la création d’un programme de gîtes modulables en deux ou une entités

Détails

Concepteur(s) : ATELIER LABAU
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2016
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
Réhabilitation : 77,5 m² SDP
Extension : 76,5 m² SDP
Coûts
Réhabilitation : 64 000 € HT
Neuf : 143 000 € HT
Aménagement extérieur : 5 300 € HT
Crédit photos : Cyrille PAWLOSKI et LABAU
Liens page web : http://labau.eu/

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Hebergement touristique, Bardage bois, Extension de batiment, Gite rural, Littoral, Pierre, Rehabilitation

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Gîte du Domaine de l’Avenir

44170 Nozay
2

Présentation

Le projet concerne l’extension d’une maison d’habitation constituée d’un ancien corps de ferme. Cette extension accueille les chambres du gîte de L’Avenir à Nozay. Afin de respecter le bâtiment initial longiligne, l’extension vient s’inscrire dans l’alignement du bâtiment existant en conservant son gabarit. Elle est intégralement habillée en bardage bois afin de dialoguer avec l’existant qui par la mise en oeuvre de la pierre bleue de Nozay et de l’ardoise dessine une architecture également monolithique. L’extension s’appuie sur les anciennes soues à cochon conservées et transformées en chambre.

(Texte : Golven Le Pottier)

Approche environnementale : ossature bois, eau chaude sanitaire solaire.

Programme

Extension d’une vieille bâtisse, création de lieux de couchages atypiques et d’une chambre des mariés

Détails

Concepteur(s) : GLP ARCHITECTE (LE POTTIER Golven) - architecte
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2017
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
60 m²
Coûts
135 000 € TTC
Crédit photos : Prix national de la construction bois

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Hebergement touristique, Ardoise, Bardage bois, Extension de batiment, Gite rural

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Moulin de Rix

58500 Rix
3

Présentation

Reconvertir le patrimoine artisanal pour habiter et profiter paisiblement des lieux

Situé à Rix, petit village proche de Clamecy, cet ancien moulin à eau du XVIIIe siècle, cerné par 5,5 hectares d’eau et de prairies connait, après avoir été délaissé durant 25 années, une nouvelle vie. Tombés amoureux du site réunissant de nombreuses qualités : proximité du village, environnement naturel préservé, bâti traditionnel remarquable…, les propriétaires ont élaboré un programme architectural fin avant de faire appel aux compétences d’un architecte local, particulièrement sensible à l’architecture rurale.

Le projet consiste en la reconversion des deux corps de bâtiment principaux : l’un en maison d’habitation pour les propriétaires, et l’autre, en hébergement touristique indépendant pouvant accueillir jusqu’à 4 personnes. Respect du bâti ancien et aménagements intérieurs contemporains ont guidé l’intervention du maître d’œuvre.

Les habitants bénéficient ainsi d’un maximum de confort et de lumière tout en pouvant facilement lire l’histoire du lieu grâce aux nombreuses traces conservées du passé.

De multiples ouvertures savamment disposées offrent des vues confortables et plaisantes sur la rivière. Ce travail très subtil s’accompagne d’une généreuse terrasse en bois reliant les deux principales constructions. Celle-ci surplombe le bief et procure un nouvel espace extérieur agréable, ouvert sur le domaine.

(CAUE de la Nièvre)

Programme

Reconversion d’un ancien moulin en maison d’habitation et gîte touristique

Détails

Concepteur(s) : DEBRAY Mathieu - architecte
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2009
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs Habitat individuel
Surface(s)
256 m² (habitation et gite) ; 45 m² (terrasse et ponton)
Coûts
350 000 € (TTC), communiqué par le maître d'ouvrage
Crédit photos : CAUE de la Nièvre

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Reconversion de batiment, Maison individuelle, Moulin a eau, Architecture rurale, Batiment d'habitation, Bois, Rehabilitation, Hebergement touristique, Terrasse, Gite rural

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Aménagement touristique de l’étang du Marnant

Etang du Marnant, 58250 La Nocle-Maulaix
Aménagement touristique de l’étang du Marnant 8

Présentation

La communauté de communes Bazois-Loire-Morvan a envisagé l’aménagement de l’étang du Marnant à travers différents objectifs paysagers et touristiques, pour remettre à niveau ce petit équipement villageois très fréquenté à la belle saison.

L’ancien Moulin a été réhabilité, une terrasse aménagée à l’avant avec une tonnelle pour en faire une guinguette. Deux habitations légères de loisirs ont été implantées sur le camping redessiné par les paysagistes d’A3 Paysage. Un bâtiment d’accueil pour le camping abritant également des douches pour la petite plage de l’étang a été implanté à l’entrée du site.
Les sanitaires du camping ont connu une remise à niveau.

Les bâtiments empruntent au même vocabulaire architectural : bardage bois, toitures métalliques sobres, leur permettant de bien s’insérer dans la végétation et le bocage alentours.

(Atelier Correia Architectes et Associés)

Programme

Construction de deux habitations légères de loisirs et d’un bâtiment d’accueil, rénovation de sanitaires et reconversion d’un ancien moulin à eau en guinguette

Détails

Concepteur(s) : Atelier Correia et Associés - architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Communauté de Communes Bazois Loire Morvan
Année de réalisation : 2020
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
Surface utile : 90 m² (bâtiments, hors aménagements paysagers)
Coûts
562 000 € (HT)
Crédit photos : Atelier Correia Architectes et Associés ; Communauté de Communes Bazois Loire Morvan

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Bardage, Equipement touristique et de loisirs, Batiment d'accueil, Reconversion de batiment, Amenagement touristique, Moulin a eau, Bois, Etang, Rehabilitation, Habitat leger de loisirs, Cafe restaurant, Terrain de camping, Hebergement touristique, Renovation de batiment

Date de mise à jour : 17 novembre 2023

Constructions dans le cadre de l’aménagement du bassin et du canal

Rue du Port, 58340 Cercy-la-Tour
Constructions dans le cadre de l’aménagement du bassin et du canal 2

Présentation

La communauté de communes Bazois Loire Morvan a envisagé l’aménagement du bassin de Cercy-la-Tour, sur le canal du Nivernais, avec des objectifs paysagers et touristiques très forts (cheminements le long et depuis la voie d’eau, développement des activités fluviales, de l’offre de services et touristique, continuité de la vélo-route, sécurisation des passages d’une berge à l’autre, etc).

Au sein de ce vaste projet de mise en valeur (conçu par A3 Paysage), ont été programmées l’implantation ou la rénovation de plusieurs bâtiments : office de tourisme sur le quai, sous une toiture de métal plié, construction d’un espace accueil piscine/camping et d’une guinguette à la silhouette reconnaissable, implantation d’habitations légères de loisirs dans le camping entièrement repensé.

Nous avons souhaité que ces diverses constructions évoquent toutes une ambiance identique, puisant dans le même vocabulaire architectural : bardages bois, toitures métalliques, baies plongeantes sur le bassin pour mettre en scène le cadre exceptionnel et protégé.

(Atelier Correia Architectes et Associés)

Programme

Implantation ou rénovation de l’office de tourisme,  construction d’un espace accueil piscine/camping et d’une guinguette, implantation d’habitations légères de loisirs dans le camping

Détails

Concepteur(s) : Atelier Correia et Associés - architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Communauté de Communes Bazois Loire Morvan
Année de réalisation : 2020
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
200 m² (surface utile des bâtiments)
Coûts
478 000 € (HT), communiqué par le maître d'oeuvre
Crédit photos : CAUE de la Nièvre

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Canal, Camping, Office de tourisme, Bois, Cafe restaurant, Hebergement touristique, Bardage, Batiment d'accueil

Date de mise à jour : 28 novembre 2023

Bloasis, gite en bois et paille

91490 Oncy-sur-Ecole
Bloasis, gite en bois et paille 1

Présentation

Sous ses airs de grosse maison, le bâtiment combine plusieurs fonctions : un appartement pour le propriétaire et un gîte de 6 chambres destiné aux touristes grimpeurs (forêt de Fontainebleau). Puis sous la maison, des espaces de service non-chauffés (cave, cellier, atelier) et une étonnante salle d’entraînement d’escalade (35m2), aménagée par le propriétaire.

Le bâtiment est posé sur pilotis, pour minimiser les terrassements et l’impact au sol, dans le but de préserver au maximum la faune et la flore existantes, pour sauvegarder les grands arbres adultes présents, et ainsi veiller à la qualité de l’ombre et du feuillage qui viendra protéger ce bâtiment passif de la surchauffe d’été. Deux grandes terrasses sur pilotis viennent créer un effet de « cabane », afin d’offrir aux visiteurs une immersion dans la forêt de Fontainebleau.

La construction a fait l’objet d’une démarche globale afin d’atteindre un niveau passif, tout en favorisant l’emploi de matériaux biosourcés et locaux. Ainsi, l’enveloppe est constituée d’une ossature en caissons bois préfabriqués et remplis d’isolant paille (usine de préfabrication à moins de 100km du chantier). Les fenêtres sont en bois-aluminium à triple vitrage de fabrication française. Les occultations sont des Brises Soleils Extérieurs à lames Orientables (BSO) en aluminium. Les eaux de pluies sont récupérées dans une citerne de 5m3 et utilisées pour les chasses d‘eau et l’arrosage du jardin.

Programme

Construction neuve d’un gîte pour l’accueil de touristes grimpeurs (6 chambres privatives) ; un logement pour le propriétaire ; des annexes communes (cave, cellier, atelier) en rez-de-jardin.

Le projet a bénéficié du soutien financier de la Région Ile-de-France au titre du dispositif “Fonds pour le tourisme Investissement” et d’une petite aide du Parc Naturel Régional du Gâtinais pour l’aménagement intérieur et pour l’aménagement paysager.

Détails

Concepteur(s) : Maison Econome J. Blondeel (BET thermique) DOUCET architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Autre(s) acteur(s) : Charpente Natali (caissons bois-paille) WCB (ossature bois) Bruzda (second oeuvre)
Année de réalisation : 2019
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs Habitat individuel
Surface(s)
210 m2 habitable
Coûts
650 000 euros (communiqué par le MOA)
Distinctions / label
Prix Coup de coeur du Trophée de la Réserve de Biosphère de Fontainebleau et du Gâtinais (programme de l'Unesco), 2018.
Crédit photos : CAUE 91 | Doucet architectes

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Tourisme durable, Prefabrication, Materiau biosource, Ecogite, Bois, Paille, Batiment passif, Hebergement touristique

Date de mise à jour : 7 mai 2024

Refuges du plateau d’Ambel

26400 Omblèze
Refuges du plateau d’Ambel 3

Présentation

Bienvenue sur le plateau d’Ambel au sud du massif du Vercors. Les trois refuges de montagne situés au coeur de cet Espace naturel sensible, protégé et géré par le Département de la Drôme, ont été rénovés entre 2019 et 2022. La conception architecturale est sobre, subtile et respectueuse des lieux. Confiée à un unique architecte, la rénovation a permis d’améliorer la qualité d’accueil, de rendre les trois refuges attractifs et de rééquilibrer leur fréquentation. Les bâtiments ont été assainis et remis aux normes de sécurité et d’accessibilité. Toujours en accès libre et dans un cadre plus convivial et confortable, les refuges accueillent désormais tous les publics : randonneurs et promeneurs, personnes à mobilité réduite, familles ou groupes de jeunes…

Le refuge de Gardiol est localisé au bord de la D199, à proximité du local des écogardes. Une large ouverture réalisée dans la façade apporte de la lumière dans la pièce principale et ancre le lieu dans la nature environnante. Tubanet est un lieu plus isolé et sans eau potable Un accès de plain-pied a été aménagé à l’est du refuge et une terrasse à l’ouest permet de profiter de la vue sur la forêt. Le 3e refuge, la ferme d’Ambel, est très prisé avec son architecture pittoresque en pierre et sa vue dégagée sur les pâturages. Comme à Tubanet, un nouvel escalier encloisonné facilite l’accès à tous les niveaux. Au sous-sol, une pièce de vie et un dortoir occupent l’ancienne écurie jusque-là inutilisée. La capacité d’accueil a ainsi été augmentée.

Au sein des trois refuges, les matériaux naturels apportent une ambiance chaleureuse. Les murs sont enduits à la chaux. Les aménagements et le mobilier sont en douglas certifié Bois des AlpesTM ou en hêtre. Le bois a été scié à quelques kilomètres seulement du chantier. Les tables, bancs, rangements ouverts et patères ont été dessinés et réalisés sur mesure. Les dortoirs sont isolés acoustiquement et optimisés. Les jeux d’estrades et les alcôves offrent des espaces intimes et ludiques. Chacun des refuges dispose d’un poêle à bois. Pour améliorer l’état sanitaire et le confort hygrothermique, les bâti­ments sont ventilés par des entrées d’air haute et basse situées sur les façades opposées. Les murs semi-enterrés sont doublés avec des blocs de béton cellulaire et les toitures sont isolées en laine de bois.

Le temps des chantiers limité aux seules périodes estivales et leur éloignement ont fait de ce projet une belle aventure humaine avec l’implication de tous : maître d’ouvrage, écogardes, architecte et entreprises pour la plupart du Vercors.

Texte rédigé par le CAUE de la Drôme (janvier 2024)

Programme

Rénovation de 3 refuges
Gardiol, 2019 / Tubanet, 2020 / Ambel, 2022

Détails

Concepteur(s) : CoCo Architecture - architecte mandataire Domélio - thermique
Maître(s) d'ouvrage(s) : Département de la Drôme
Année de réalisation : 2019
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
328 m2
Coûts
Coût d'opération (travaux, honoraires et frais divers) : 551 370 € HT dont 464 107 € HT de travaux
Crédit photos : © Bastien Defives Transit, © CAUE Drôme, © CoCo Architecture, © Edouard Decam

Référencement

Mot(s)-clé(s) :

Date de mise à jour : 13 février 2024

Réhabilitation et extension de l’Auberge Nordique

1515 route de Lormay, 74450 Le Grand-Bornand
Réhabilitation et extension de l’Auberge Nordique 21

Présentation

Un lieu emblématique en harmonie avec la nature

Installée au pied des pistes de ski de fond dans la vallée du Bouchet, l’Auberge Nordique offre à tous un lieu de pratique depuis les années 70, dans le cadre préservé de la chaîne des Aravis. Son extension et sa réhabilitation ont été réalisées en étroite collaboration avec les élus locaux, en tenant compte des contraintes environnementales et des besoins de la nouvelle clientèle. L’Auberge Nordique est aujourd’hui un village vacances pas comme les autres, offrant des séjours pour tous les types de publics, des familles aux groupes, scolaires. Désormais, elle est également accessible aux personnes à mobilité réduite.

Extrait de la fiche « Références » – Rédaction de Grégoire Domenach

Programme

Ce projet porte sur l’extension et la réhabilitation de l’Auberge comprenant la création de 26 chambres, d’une restauration de 200 couverts, d’un espace de bien-être ainsi que la restructuration de tous les espaces communs situés au rez-de-chaussée du bâtiment existant.

Détails

Concepteur(s) : Patey Architectes
Maître(s) d'ouvrage(s) : Commune du Grand-Bornand
Année de réalisation : 2019
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Surface(s)
2350 m2
Coûts
5 400 000 € HT
Crédit photos : Béatrice Cafieri

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Rehabilitation, Extension de batiment, Village de vacances

Date de mise à jour : 3 avril 2024

Eco Lodge “Les Echasses”

701 Route de la Bruyère, 40230 Saubion
Eco Lodge “Les Echasses” 1

Présentation

La structure hôtelière « les Échasses » comprend 7 bungalows, un restaurant et une maison d’habitation.

Consciente de son impact sur le site, l’intervention architecturale esquisse un nouveau dialogue avec ce tableau paysagé. Déposé sur pilotis métallique, 7 bungalows les pieds dans l’eau, s’articulent autour d’un lac et de petites dunes, la forêt de pins en arrière-plan.

Caractérisées par leur écriture prismatique et des lignes obliques contrastant avec celles du site, ces petites unités d’habitations autonomes s’inscrivent dans ce paysage landais tout en répondant à des aspects environnementaux.

Réalisées en ossature bois, elles exploitent l’essence locale d’Aquitaine qu’est le pin maritime, de plus le système de préfabrication des murs facilite la mise en place des bungalows en respectant l’environnement du site. Par ailleurs, l’ensemble des bungalows est équipé d’un poêle à bois pour le chauffage et d’ouvrants avec lames orientées pour assurer une ventilation naturelle en été.

Programme

Eco Lodge comprenant 7 bungalows, un restaurant et une maison d’habitation.

Détails

Concepteur(s) : AROTCHAREN Patrick - architecte FRANCH Marti - paysagiste
Maître(s) d'ouvrage(s) : privé
Année de réalisation : 2015
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs
Coûts
2 300 000 € HT
Distinctions / label
Lauréat 2016 du prix national de la Construction Bois - 2ème prix dans la catégorie Bâtiments et Aménagements divers
Crédit photos : CAUE 40

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Equipement hotelier, Architecture sur pilotis, Bois, Lac

Date de mise à jour : 26 mars 2024

Gîte rural à Fréterive

73250 Fréterive
Gîte rural à Fréterive

Présentation

Le projet s’implante dans un paysage viticole en bordure du hameau le Villard-d’en-Haut à Fréterive, au cœur de la combe de Savoie, sur un versant ensoleillé du massif des Bauges, à l’altitude de 340 m. La construction est fortement encastrée dans un terrain dont la déclivité est relativement prononcée, mais elle profite d’un très bon ensoleillement grâce à une orientation allant du sud au sud-est, et elle fait face aux paysages somptueux de la plaine de l’Isère et de la chaîne de Belledonne.

Implanté à l’extérieur du hameau ancien au sein d’un bâti diffus et plus ou moins récent composé de maisons hétéroclites et de hangars agricoles métalliques, le projet cherche ici non pas à réinterpréter le patrimoine vernaculaire mais plutôt à estomper les limites entre architecture et paysage naturel. La fine rive en béton de la casquette, telle une ligne de sol en tension, strie à présent ce paysage d’adret du massif des Bauges. Les façades en creux, tramées horizontalement par un bardage en mélèze de pays évoquent les strates géologiques fertiles du cône de déjection sur lequel le village viticole s’était autrefois implanté.

Le programme original a évolué au fil du projet pour s’adapter à une demande locative contemporaine diversifiée de telle sorte que le gîte permet aujourd’hui plusieurs configurations grâce à un ensemble de serrures sur organigramme : un T3 de 85 m2, un T2 et un studio séparé, ou encore deux studios loués indépendamment.

Nous étions parfaitement en phase avec les maîtres d’ouvrage au sujet du développement durable. Ces derniers n’avaient pas formulé de demande de labels ou de certifications, toutefois nous étions très attentifs à l’impact global de la construction sur son environnement, aussi bien concernant son bilan énergétique que concernant la provenance et la nature des matériaux ou la qualité de l’air intérieur. Une cohérence de toute la filière construction a également été recherchée afin d’encourager tant que possible un artisanat local et des savoir-faire traditionnels de qualité.

L’enveloppe a fait l’objet d’une conception bioclimatique élémentaire afin de limiter sa consommation énergétique aussi bien en saison froide qu’en saison chaude à travers les choix d’un projet fortement enterré, d’une casquette de protection profonde, d’une toiture végétalisée, et de surfaces de vitrages largement dimensionnées pour permettre un excellent éclairement naturel intérieur, un captage solaire optimisé en hiver, ainsi qu’une relation exclusive avec le grand paysage.

D’une manière générale les choix se sont portés sur des matériaux sains et locaux, peu transformés. Les bardages et boiseries intérieures sont en mélèze des Hautes-Alpes brut de sciage, les menuiseries extérieures en carrelets de mélèze huilés, les portes de distribution en pin massif, les rideaux en lin naturel de Normandie façonnés par une couturière du village, et la cuisine a été réalisée par un ami ébéniste à partir d’un merisier abattu sur le terrain par les maîtres d’ouvrage. Les carrelages en grès ont été fabriqué à Boussois (59), une partie de l’isolant en laine de bois à Casteljaloux (47), les granulats proviennent d’une carrière située en contrebas en bordure de l’Isère. Quant aux appareillages choisis, ils sont majoritairement fabriqués en France et/ou dans les pays voisins.

L’exercice s’inscrit dans un travail de longue haleine visant à encourager autant la qualité architecturale et la préservation des paysages que l’orientation progressive de nos filières du bâtiment vers un modèle économique relocalisé, circulaire et respectueux de l’environnement.

Le gîte est habité depuis 2021 et prend doucement une belle patine qui lui permettra de se fondre en douceur dans son environnement.

Programme

Les maîtres d’ouvrage ont souhaité en 2019 construire un logement meublé de tourisme sur ce terrain anciennement en vignes qui les avait séduits 10 ans auparavant et sur lequel ils avaient choisi à l’époque d’édifier leur maison en bois. Lors de la première rencontre sur le site il m’est apparu évident d’implanter le gîte dans la partie basse du terrain, en contrebas du bassin de nage écologique, afin d’offrir aux futurs locataires la meilleure projection possible en direction du grand paysage. Ce choix impliquait toutefois de concevoir un volume bas pour ne pas générer de masque devant l’espace de vie de la maison existante. Une construction intégralement encastrée dans la pente s’est donc rapidement imposée, permettant au terrain de venir mourir en douceur sur la toiture.

Détails

Concepteur(s) : Atelier Rémi Chaudurié - architecte
Maître(s) d'ouvrage(s) : Maîtrise d’ouvrage privée
Année de réalisation : 2021
Types de réalisation : Equipement touristique et de loisirs Habitat individuel
Surface(s)
Surface Hors d’œuvre Brute (S.H.O.B) : 144 m²
Surface de Plancher (S.D.P) : 85 m²
Surface Habitable (S.Hab) : 75 m²
Coûts
233 500 € HT
Distinctions / label
Cette réalisation a été présélectionnée pour représenter la catégorie "Habitat individuel en Savoie" par un jury composé d'élus et de professionnels dans le cadre du Palmarès Régional de l'Architecture et de l'Aménagement : Valeurs d'exemples.
Crédit photos : suivant photo : © Rémi Chaudurié ; © Emmanuelle Blanc ; © Olivier Martin Gambier ; © François Passerini

Référencement

Mot(s)-clé(s) : Gite rural, Equipement touristique et de loisirs, Toiture vegetalisee, Meleze, Hebergement touristique

Date de mise à jour : 14 mai 2024