Billetterie des thermes de Constantin - Arles

Rue du grand prieuré, 13200 Arles

Ce projet a été sélectionné pour le Grand prix départemental de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage des Bouches-du-Rhône en 2009.

Le contexte :

Les ruines des Thermes de Constantin participent largement à l’identité romaine de l’Arles antique. Le guichet de vente des billets pour l’accès au site, un bungalow préfabriqué provisoire, avait pris possession d’un délaissé en terre battue. À l’origine du projet, une commande modeste envisageait de requalifier cette dent creuse par l’architecture d’un petit abri de 9 m2 et le traitement en dur des surfaces en terre battue.

 

Le parti pris :

L’idée d’un projet sans bâtiment s’est imposée rapidement face à l’intériorité spatiale des Thermes. Une série de contreforts, parallèles, disposés en quinconce créent une profondeur de champs et des cadrages permanents sur l’axe longitudinal de l’édifice. Ce dispositif spatial conduit progressivement les visiteurs depuis l’espace urbain jusqu’à l’intérieur des ruines. Paradigme d’une ruine contemporaine, s’appuyant sur l’archétype du mur, il offre au regard une série d’écrans qui s’estompent progressivement dans un cadrage dynamique des points de vue.

L’architecture romaine dans sa leçon invite à rendre compte de l’espace par le mur, mais aussi à décliner sa matérialité par la lumière et les rapports chromatiques qu’elle renvoie. Le béton armé affirme le caractère contemporain de l’intervention, il inscrit sans ambiguïté les nouvelles valeurs d’usage. L’adjonction de tuileaux en brique, la recherche d’agrégats calcaires et de ciment au ton chaud répondent à la lumière par le même rapport chromatique que les lits alternés de brique et de pierre de la construction romaine. Les murs à forte pente donnent systématiquement à voir leur épaisseur et leur masse variables.

Ainsi, le guichet d’accueil trouve place dans l’épaississement d’un mur. Des dispositifs de volets métalliques escamotables signifient l’ouverture du site, et font disparaître les équipements derrière un jeu de plans en béton ou en métal. L’objectif de ce dispositif est d’effacer toute idée de construction au profit d’une continuité entre l’espace des ruines et l’espace de la ville.

 

(Crédit texte: Extraits des écrits de Daniel Fanzutti).

Programme

Scénographie de l’accès, billetterie et passerelles de visite.

Maître(s) d'ouvrage(s)

Types de réalisation

Année de réalisation

Surface(s)

9 m2 billetterie-guichet et 157 m2 espaces extérieurs

Coûts

239 200 € TTC

Crédit photos

© Jean-Michel Landecy

Date de mise à jour

31/08/2021